Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Le Premier ministre  et le Président du conseil régional de Bretagne ont signé ce vendredi 8 février à Rennes,  un Pacte d’accessibilité pour la Bretagne et un Contrat d’action publique.
V.Maignant
Le Premier ministre et le Président du conseil régional de Bretagne ont signé ce vendredi 8 février à Rennes, un Pacte d’accessibilité pour la Bretagne et un Contrat d’action publique.

Signature du pacte d’accessibilité : « Une étape importante pour la Bretagne mais ce n’est pas la fin »

Véronique Maignant, le 08.02.2019

Ils s’étaient engagés à le faire depuis plusieurs mois. Certains points de désaccords subsistaient encore en début de semaine. Ce vendredi 8 février, Edouard Philippe, le Premier Ministre, et Loïg Chesnais-Girard, le Président du Conseil Régional, ont signé à Rennes le Pacte d’accessibilité et le Contrat d’action publique pour la Bretagne.  

 

« Il n’y a rien de spectaculaire dans ce que nous allons faire, il y a juste de l’important. C'est ce qui contribue au jour le jour à changer en mieux, la vie et la réalité que vivent nos concitoyens », a indiqué le Premier ministre à la fin de son intervention, soulignant ici le sens du dialogue qui a prévalu entre l’Etat et la Région pour parvenir à cet accord répondant au besoin de proximité et de simplicité des citoyens.  

 

L'enjeu des transports 

« Avec ce pacte, nous tournons la page de Notre Dame des Landes, indique pour sa part le Président de la Région. La bataille de l’accessibilité et de la mobilité du quotidien n’est pas encore gagnée, elle se poursuivra, mais reconnaissons ensemble que rien de tout cela n’était gagné il y a un an lorsque le Premier Ministre a annoncé l’abandon de Notre Dame des Landes ou même lorsque le Président de la République est venu inaugurer la LGV. Donc oui c’est une étape dans notre travail historique mais ce n’est pas la fin ». 

Le pacte d’accessibilité décline en 18 objectifs les priorités pour développer les transports et les insfrastructures en Bretagne. Concernant les liaisons aériennes, la ligne Quimper Orly sera sécurisée pour plusieurs années et l’aéroport de Lorient pourra intégrer le réseau régional. L’aéroport se verra enrichir de nouvelles liaisons, comme Amsterdam qui vient d’ouvrir. Quant à l’aéroport de Rennes, il pourra engager ses travaux d’agrandissement avec à terme le transfert en  pleine propriété du foncier appartenant à l’Etat.
Pour relier la pointe bretonne à Paris en 3 heures, le pacte prévoit le lancement des études pour une nouvelle ligne entre Rennes et Redon qui permettra de gagner du temps entre Rennes et Nantes et, du même coup, entre Rennes et Quimper. Sur la ligne nord, entre Rennes et Brest, d’autres études vont être lancées pour cette fois développer les « trains bolides ». C’est le surnom donné à ce TGV qui, une seule fois par semaine, boucle la distance entre Paris et Brest en 3 h 13 en brûlant les arrêts dans les gares intermédiaires.
 
Il est aussi prévu la fin des travaux de la RN 164 et le développement des nouvelles mobilités du quotidien.

 

La Bretagne : laboratoire d’expérimentation de l’action publique

En signant le contrat de l’action publique, l’Etat et la  Région entendent expérimenter de nouveaux modes de fonctionnement dans plusieurs domaines, comme la gestion de l’eau, la biodiversité, les transitions écologiques ou encore  la politique du logement avec une régionalisation partielle du Pinel. « C’est une véritable innovation, a souligné Loïg Chesnais-Girard. Elle va permettre aux élus de Bretagne de flécher ce dispositif dans les cœurs de villes et ainsi faciliter la sortie de nouveaux programmes de logements ». Le tourisme ou bien encore les langues régionales, ce sont aussi des domaines pour lesquels la collectivité régionale va gagner en autonomie.

 

Sur un plan plus politique, « ce contrat permet d’ouvrir une brèche dans notre culture jacobine », a indiqué Loïg Chesnais-Girard.  Il constitue une réponse à la « différenciation », sur le plan culturel, maritime mais aussi économique : « Il est temps de reconnaître la maturité des conseils régionaux, nous sommes capables d’accompagner des artisans, des commerçants et de devenir actionnaires d’entreprises. Avec ce contrat, en Bretagne, nous assumerons le pilotage de la politique industrielle. »

Pour le Premier ministre, le laboratoire d’expérimentation de l’action publique breton, dont l’acte de naissance a été scellé ce vendredi 8 février, pourrait servir d’exemples à d’autres régions.

 

 

 

 

Taille du texte

L'évènement

Startup Weekend du 29 au 31 mars à Saint-Brieuc : les inscriptions sont ouvertes

Startup Weekend du 29 au 31 mars à Saint-Brieuc : les inscriptions sont ouvertes

Startup Weekend rassemble des personnes aux profils variés, qui possèdent la fibre entrepreneuriale. Regroupées en équipes, elles ont 54 heures pour proposer une idée de startup. L'évenement se déroule à la CCI des Côtes d'Armor. Inscrivez-vous dès aujourd'hui.