Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


APPA Parc d'activités Côte d'Emeraude
ABC Texture
L’Association des Professionnels des Parcs d’Activités (APPA) de la Côte d’Emeraude est aujourd’hui présidée par Pierre Henry Mercier.

Les dirigeants d’APPA Côte d’Emeraude travaillent en synergie avec les élus

, le 01.11.2017

Créée en  2000 sous l’impulsion des délégués consulaires du canton de Dinard, des élus locaux de l’époque et par la volonté de quelques chefs d’entreprises décidés à se fédérer pour mieux se faire entendre des collectivités locales et territoriales, l’Association des Professionnels des Parcs d’Activités (APPA) de la Côte d’Emeraude est aujourd’hui présidée par Pierre Henry Mercier.
 
 
« A plusieurs, on est plus fort ! Et il est plus facile de peser sur les décisions des élus, du moins de se faire entendre d’eux sur les sujets d’ordre économique, indique d’emblée Pierre Henry Mercier, par ailleurs co-dirigeant de l’entreprise ABC Texture, située en pleine zone d’activités de la Ville es Passants, à Dinard. 

Il y a cinq ans, il a adhéré à l’APPA, convaincu « que la proximité favorise les échanges dans la durée et, au final, un engagement  réciproque. Même si nous travaillons dans des domaines d’activités très différents, nous avons une volonté de nous impliquer ensemble pour porter des projets communs et à faire entendre notre voix auprès des élus ». La méthode semble efficace puisque l’association rassemble une cinquantaine d’entreprises adhérentes réparties sur neuf parcs d’activités et six communes du ressort de la communauté de communes de la Côte d’Emeraude.

Animée par Patrick Le Guen, conseiller et animateur territorial à la délégation de la CCI Ille-et Vilaine à Saint-Malo, l’APPA organise chaque année quatre à cinq conseils d’administration plus une assemblée générale, ainsi que deux à trois réunions  thématiques sur différents sujets (signalétique, fibre optique, sécurité des biens et des personnes ou encore sur le sujet des friches commerciales et de la vacance des locaux). « Une fois par an, poursuit Pierre Henry Mercier, nous organisons une rencontre avec l’ensemble des élus de l’intercommunalité. Nous les alertons sur certains projets ou difficultés en cours et faisons des propositions. Ils sont à l’écoute et cela permet des avancées concrètes. Ce respect mutuel nous a même  incités à conventionner pour que, systématiquement, chacun remonte les informations à l’autre sur les sujets qui le concernent. »

L’aménagement du carrefour des Millières, action prioritaire sur 2017

En 2017, par exemple, deux sujets ont été portés prioritairement par les membres de l’APPA : l’installation illégale des gens du voyage sur les zones d’activités et les travaux qui viennent de débuter au niveau du carrefour des Millières en direction du Barrage de la Rance. « La 2x2 voies entre Saint-Malo et Dinard va connaître deux ans et demi de travaux au niveau de La Richardais. Nous ne sommes pas encore dans la phase critique, mais déjà les incidences sur la circulation entraînent une baisse d’activité sur au moins deux ou  trois commerces. Nous avons sensibilisé les élus du Conseil Départemental et les élus locaux sur les difficultés rencontrées par ces entreprises et fait des propositions pour les atténuer. Il apparait qu’ils ont tenu compte de nos remarques. En 2018, à  chaque nouveau plan de déviation, nous continuerons à agir de la sorte, non pas pour aller à l’encontre de ces travaux mais bien pour atténuer leurs conséquences sur le développement économique du territoire ».

L’autre sujet qui préoccupe les membres de l’association est l’installation illégale et fréquente des gens du voyage sur des parcelles inoccupées situées sur les zones d’activités. « Il s’agit très souvent d’installations brutales. Face à cette situation, les élus locaux se trouvent mis devant le fait accompli et disposent de peu de moyens légaux pour agir rapidement au bénéfice de tous. L'État peine à trouver une solution pour permettre des évacuations rapides en cas d'occupation illicite. Aussi les maires et nous-mêmes avons un sentiment d'impuissance. Notre rôle est d’aider les élus de la  communauté de commune à sensibiliser l’Etat à agir plus vite et plus efficacement contre de tels agissements ».

 

Plus de témoignages dans notre dossier sur les réseaux professionnels bretons

Taille du texte

L'évènement

Le commerce connecté à la rescousse des centres-villes

Centre-ville connecté Morbihan

Du 28 septembre au 1er octobre, des commerces de Lorient vont expérimenter de nouvelles solutions. Objectif : continuer d'attirer les consommateurs en centre-ville.

Recommandations