Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Du Baume au cœur

Bretagne économique, le 13.02.2012

Baume Constructions Métalliques, créée en 1987 par Bernard Baume, n'a pas changé de nom à sa reprise en avril dernier par Gildas Lesven. Ni de philosophie. Le coup de cœur immédiat entre les deux hommes a été la clé d'une succession réussie.

Diplômé en génie civil de l’école d’ingénieurs de Strasbourg, Gildas Lesven, originaire de Plouguerneau comme son épouse, a rejoint La Rochelle en Charente-Maritime dès sa sortie de formation en 1996 pour répondre à un challenge. Créer de toutes pièces, dans une ville qu’il ne connaissait pas, une antenne pour une entreprise en charpenterie métallique de Pau (Pyrénées-Atlantiques). Essai transformé. Quand en 2005, on l’appelle au siège de Pau pour prendre la direction générale de la société (45O salariés et 90 millions d’€ de CA), son antenne de La Rochelle compte 30 personnes réalisant 9 millions d’euros. Il aurait pu continuer à jouir ainsi du confort de ce poste au sommet mais, à l’aube de ses 40 ans, la nostalgie du pays tiraille le couple. « J’aimais mon travail, mais l’envie de ma femme et moi de retrouver notre région et nos familles était de plus en plus forte, raconte Gildas Lesven. En 2010, deux paramètres m’ont fait franchir le pas : le départ à la retraite, pour laisser place à son fils, du patron de l’entreprise avec lequel j’avais noué un lien fort, et la question de savoir si j’étais capable d’être plus qu’un directeur général, c’est-à-dire un patron à mon tour. L’idée d’une reprise s’est tout de suite imposée mais sans a priori sur le secteur d’activité. »



Une succession rapide



Gildas Lesven regarde dans le BTP, la marbrerie... mais finalement, la charpente métallique garde sa préférence. « J’ai demandé dans chaque CCI de Bretagne les entreprises de ce métier où le dirigeant avait plus de 55 ans. J’ai éliminé celles où un fils apparaissait au conseil d’administration et j’ai téléphoné aux autres. A ma surprise, j’ai constaté que beaucoup n’avaient pas entamé la réflexion de la succession. » Au final, à coup d’allers - retours entre Pau et la Bretagne, il visitera quatre sociétés d’une moyenne de 20 salariés. « Mon premier critère était le contact humain avec le cédant. Avec l’un, les discussions ont bien avancé jusqu’à un problème d’avocats. Il avait le sien et je devais en trouver un autre pour régler certains problèmes. Face à mes interrogations, l’avocat m’a demandé si mon choix était vraiment arrêté car sinon, il pouvait me présenter Bernard Baume dont il était le conseil. Cette fois, le courant est immédiatement passé. Dire que je l’avais écarté de ma liste parce que son fils travaillait auprès de lui ! » Une succession familiale n’était donc pas envisagée et les deux hommes ont la volonté commune d’aller vite. Première rencontre le 18 novembre 2010, signature du protocole d’accord le 20 janvier 2011 et passage de témoin le 1er avril. « Un contrat d’accompagnement de trois mois a été signé mais Bernard Baume n’est jamais venu ! Ce fut une bonne attitude de sa part et je l’en remercie. »




Des soutiens appréciés



Les clients ont été personnellement informés du changement de direction et Gildas Lesven est allé à leur rencontre. « Commercialement, Bernard Baume répond toujours présent pour un coup de main ponctuel. Il connaît mieux le tissu local que moi, parti depuis des années. » A la reprise, les banques ont également suivi le nouveau patron, ainsi qu’Oséo. « Que je sois du métier a beaucoup pesé, et d’abord auprès de Bernard Baume qui rejetait la reprise par des investisseurs pour pérenniser l’entreprise et ses emplois. » Même réaction du personnel appréciant l’arrivée de quelqu’un qui avait fait ses preuves. « J’ai adhéré aux clubs Entreprendre Bretagne et Plato qui regroupent des créateurs et repreneurs pour échanger et se former. Et je dois dire que l’accueil convivial d’autres chefs d’entreprise, en particulier les gens de chez Emily à Pencran, a été un plus. » Neuf mois après, Baume (7 millions d’euros de CA à 80 % en appels d’offres) se porte bien. « Nous avons embauché 3 personnes pour porter l’effectif à 45 salariés et moi, j’ai divisé mon ancien salaire par quatre, s’amuse Gildas Lesven. Mais être patron, c’est autre chose de valorisant que directeur, même général ! »



Yves Pouchard


Bretagne Economique N°211 Décembre 2011/ Janvier 2012



Taille du texte

L'évènement

360 Possibles à Brest : Inscrivez-vous dès maintenant aux rendez-vous B2B organisés les 15 & 16 novembre 2017

360 Possibles à Brest  :  Inscrivez-vous dès maintenant aux rendez-vous B2B organisés les 15 & 16 novembre 2017

A 360 Possibles, l'Open de l’Innovation est une occasion unique d'accélerer le développement de vos projets et de développer votre réseau !