Accueil > Portraits > Simulo Technologies créée (...)

 


Simulo Technologies créée sous l’impulsion d’Entreprendre Bretagne

Publication : 05-05-2009

A 23 et 25 ans, Laëtitia Fermen et Tristan Giraud ont créé à Lorient leur entreprise, juste après avoir obtenu leur Master mécanique et matériaux à l’UBS. Une opportunité saisie à l’issue des Entrepreneuriales, concours organisé chaque année auprès des étudiants par le réseau Entreprendre Bretagne.

" Nous avions imaginé nous lancer dans la recherche d’un emploi, explique Laëtitia, mais les encouragements et le soutien reçus à l’issue des Entrepreneuriales, en septembre dernier, nous ont incités à nous lancer tout de suite. Nous avons créé la SARL SIMULO Technologies en octobre 2008, avec un capital de 8 000 euros, 4 000 euros chacun : toutes nos économies amassées au cours de nos jobs d’été." C’est grâce à leur projet de cabinet d’études et d’ingénierie en mécanique tourné vers le secteur du nautisme qu’ils ont remporté un des quatre prix décernés par Entreprendre Bretagne. Pour le préparer, ils s’étaient investis durant 4 mois, dans leur cadre de leur Master, dans une vaste étude de marché avec le soutien de leur parrain, un banquier du Crédit Agricole. " Nous avons rapidement pris conscience qu’il existait un véritable marché dans le domaine de la simulation numérique, en particulier pour les PME. Cette technologie permet de modéliser des pièces ou des assemblages et vérifier leur tenue mécanique. Prenez l’exemple d’un tabouret : selon le matériau dans lequel il va être constitué et le poids de la personne qui va s’asseoir dessus, il nous faut vérifier comment il va se déformer ou résister. Nous proposons d’effectuer cette analyse complexe pour des machines spéciales, relevant soit de l’agro-alimentaire soit du nautisme. Nous pouvons aussi optimiser les machines en réduisant, par exemple, leur poids. A terme, nous pouvons intéresser tous les secteurs." Aujourd’hui, seules les grosses industries ont la structure suffisante pour intégrer et rentabiliser la technologie acquise par la jeune entreprise : le NASTRAN®. Il s’agit d’un des trois logiciels de calcul les plus utilisés au monde depuis 30 ans. Pour répondre aux besoins ponctuels des PME dans ce domaine, SIMULO Technologies leur propose d’intervenir sur site ou depuis leur bureau. Un de leurs premiers projets a consisté à l’optimisation d’une machine spéciale pour l’EPR de Flamanville : "un marché décroché suite à notre seule prospection", précise la jeune entrepreneuse.

Le soutien des réseaux pour se créer un portefeuille clients
Aucun des deux associés n’a reçu de formation commerciale. "C’est pourquoi, aujourd’hui, nous consacrons 70% de notre temps à la prospection, c’est indispensable en phase de démarrage. Nous nous appuyons en particulier sur le réseau Entreprendre Bretagne au sein duquel nous avons trouvé nos premiers clients. A terme, le développement commercial ne sera assuré que par l’un d’entre nous", poursuit Laëtitia. Site Internet, référencement dans les annuaires professionnels, les deux associés bénéficient également du soutien de réseaux locaux comme la plate-forme d’initiative locale de Lorient avec un parrain qui se trouve être aussi un banquier. "Pour le business plan, ses analyses sont précieuses." L’Université de Bretagne Sud (UBS) leur loue un bureau, au sein d’un de ses centres de recherche, le LIMATB. Ainsi, ils bénéficient, si besoin, des conseils des enseignants chercheurs travaillant sur place. Malgré l’engagement de ces réseaux à leurs côtés, le démarrage est plus lent que prévu : la crise mais aussi les délais d’encaissement qui en tant que société de service courent au minimum sur 60 jours. " On travaille en moyenne 50 heures par semaine, week-end compris. Mais on a aucun mal à penser à autre chose, c’est notre cœur d’activité, tout le reste en découle." La volonté et l’optimisme sont très présents chez ces jeunes qui ont bénéficié d’une rampe de lancement pour créer leur entreprise dès la fin de leurs études.

Véronique Maignant
N° 192 avril 2009



Autres Portraits

Atria Le Gall (Plérin-22) se lance dans la conception de maisons tout (...)

Spécialiste des grandes tours (usines avec silos), Atria Le Gall se lance dans la conception de maisons tout acier. A fin 2013, son CA atteindra 3 millions (...)

En savoir plus

Krampouz (29) a le vent en poupe

Spécialiste de la fabrication de crêpières, Krampouz est aujourd’hui une référence mondiale du matériel de cuisson «  prêt à brancher  ». Créée il y a 65 ans, l’entreprise est dirigée par Serge Kergoat qui a (...)

En savoir plus

Une transition dans la coopération

Spécialiste de la maçonnerie et du gros œuvre dans le bâtiment d’élevage depuis 1979, Avry Le Corvaisier a été cédée par son créateur en mars 2009. Bien que la reprise ait été très rapide, le nouveau (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 330 ko

Le palmarès

Découvrez le numéro 225 Palmarès des entreprises bretonnes : édition 2013/2014


Portraits