Accueil > Portraits > Cozigou, entrepositaire (...)

 


Cozigou, entrepositaire grossiste en boissons indépendant

Publication : 19-10-2010

Lorsque l’entreprise familiale guingampaise a été créée il y a 50 ans, chaque ville comptait un nombre conséquent de grossistes en boissons. Depuis, la filière a subi de sérieuses mutations et concentrations, face auxquelles Cozigou SA a maintenu un cap, celui de l’indépendance.

A leur entrée dans l’entreprise paternelle en 1982 et 1983, Hervé et Loïc Cozigou avaient un objectif : booster l’activité et son développement, alors trop modeste pour faire face aux grands groupes qui se dessinaient. « Le groupement professionnel auquel nous adhérions nous avait alertés sur le fait que nous étions trop nombreux en Bretagne, relate Hervé Cozigou. Étant les plus petits en taille, nous savions ce qu’il nous restait à faire si nous ne voulions pas disparaître ou tomber entre les mains d’un industriel ». Les clients CHR (cafés, hôtels, restaurants) étant au rendez-vous et les circonstances favorables, à partir de 1984 les deux frères reprennent une dizaine d’affaires afin d’atteindre une taille optimale. Les dernières en date : les dépôts Elidis de Brest, Quimper et Saint-Brieuc en 2009. Une stratégie de croissance externe qui porte l’effectif de 12 collaborateurs à leur arrivée à 200 aujourd’hui, pour un chiffre d’affaires de 45 millions d’euros (la bière représente 60% du CA avec 100.000 hectolitres en fûts chaque année). De la région de Guingamp où se situe toujours le siège social, leur rayon d’action s’établit désormais sur tout le nord Bretagne. Mais il s’en est fallu de peu. « Vers 1995, les brasseurs ont voulu réaliser leur propre distribution, rappelle Loïc Cozigou. Heineken et Kronenbourg ont racheté plusieurs entrepôts… Un raz de marée ! Sur les 80 adhérents que comptait notre groupement national, nous n’étions plus que 20. Tout le monde revendant son affaire, nous avons longuement hésité. C’est à cette époque que France Boissons a pris une participation de 49% dans notre société. Cela permettait à nos parents de réaliser une partie de leurs actifs, tout en nous permettant de garder une majorité et éviter les contraintes ».

Des prestations qui font la différence
- Si Bruxelles a remis de l’ordre dans le risque de duopole représenté par les grands brasseurs, la forte concentration du marché demeure un enjeu stratégique pour les indépendants. Or, malgré un marché de la bière en baisse constante de près de 5% par an depuis une dizaine d’années, Cozigou SA reste leader sur le département des Côtes d’Armor. « Nous sommes persuadés, contrairement aux grands groupes, que l’activité de grossiste requiert une forte proximité, souligne Hervé Cozigou. Pour marquer notre différence, nous devons garder des valeurs humaines fortes en travaillant à l’ancienne : pas de call-center, visite régulière des clients… » Mais le développement passe également par une diversification des produits proposés et un véritable service au client. Les frères Cozigou distribuent entre autres 4 millions de bouteilles de vins, 120 000 bouteilles de sirops et 80 tonnes de café chaque année. «  Notre rôle au sein de la filière est fondamental, reprend Loïc Cozigou. Auprès des clients avec lesquels nous travaillons en partenariat et assurons une véritable assistance technique et commerciale, notamment l’aide au financement ; d’autant que le cafetier se sent souvent seul dans la gestion de son affaire. Mais aussi auprès des fournisseurs et marques de boissons. C’est à nous d’aller vendre les produits, de proposer les nouveautés, de relayer leurs opérations commerciales... Ce ne sont pas les personnels de Coca ou Martini qui vont aller en pleine campagne à la rencontre du client ». En soutien à leur démarche, l’adhésion au réseau de grossistes indépendants « C10 » leur permet de faire face aux trois réseaux d’industriels existants. Mais pour l’heure, l’enjeu consiste à consolider et stabiliser l’activité. « Aujourd’hui, nous avons la taille critique nécessaire pour affronter la concurrence et intéresser les industriels qui préfèrent un interlocuteur agissant sur une large zone géographique, constate Hervé Cozigou. Mais on ne connaît pas les opportunités qui se présenteront. Pour autant, nous souhaitons rester sur la Bretagne, car nous avons une identité régionale forte ». Et pour retrouver son autonomie d’affaire familiale, Cozigou SA vient de racheter la participation de France Boissons dans son capital… La boucle est bouclée.

Véronique Rolland
n° 202 septembre 2010




Autres Portraits

PME, l’industrie du futur est à votre portée

L’une des ambitions de la politique industrielle du Gouvernement est d’aider les entreprises à moderniser leur outil industriel et modifier leur modèle économique en intégrant le potentiel du (...)

En savoir plus

Chez Bio Armor, la recherche passe par le terrain

Forte d’une expérience dans les biotechnologies animales, Bio Armor met sa R&D avant tout au service de ses clients dont elle enregistre les besoins. Entre innovation opérationnelle et (...)

En savoir plus

Pressi-Mobile (29) transforme vos fruits en jus

Lancé à l’automne 2013, le concept Pressi-Mobile est un atelier mobile de pressage et de conditionnement de fruits unique en France, qui s’adresse aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers (...)

En savoir plus

le dernier numéro

Découvrez vite le dernier numéro !!

JPEG - 215.1 ko

Le palmarès des entreprises bretonnes

Découvrez la 28 ème édition du Palmarès des entreprises bretonnes : hors-série-Edition 2016/2017

Hors-Série

Les entreprises bretonnes à la conquête de l’international


Portraits