Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


18ème édition Finist’éco : l’agro-alimentaire finistérien en repli mais 260 emplois à la clé avec le projet Synutra

Bretagne économique, le 05.06.2014

La 18ème édition de Finist’éco dresse le bilan économique de l’année 2013 en Finistère . Celle-ci reste marquée par la crise, certains secteurs, à commencer par l’agro-alimentaire et le bâtiment restant plus impactés que d’autres .Ainsi dans l’agro-alimentaire, les difficultés traversées par les industries du porc et de la volaille depuis 2 ans, en particulier la fermeture de Gad à Lampaul Guimiliau, se traduisent en 2013 par la perte de 1 700 emplois (-4%).Dans le Finistère, les abattages de porc baissent de 12,5 % par rapport à 2012, ceux de volaille de 4,6 %. L’arrêt des aides européennes versées pour l’exportation de poulet entier congelé vers le Moyen-Orient, a été durement ressenti par les deux entreprises finistériennes engagées sur ce marché (Doux et Tilly Sabco). Une aide exceptionnelle de 14 millions d’€ a été octroyée à la filière pour 2014. La suite dépendra de la capacité des acteurs à revoir leur modèle économique.

L’accord signé par Sodiaal avec l’investisseur chinois Synutra, redonne un peu d’optimisme au secteur agroalimentaire. A terme, 260 emplois devraient être créés à Carhaix. Les difficultés de quelques poids lourds ne doivent pas occulter le dynamisme du secteur industriel. La Bretagne représente 15 % de la valeur ajoutée des industries agroalimentaires françaises. Une étude de l’Insee met en évidence un taux d’innovation nettement meilleur que celui de leurs consœurs hexagonales. L’ancrage local et le fonctionnement en réseau font partie des explications avancées.