Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Stéphane Schulz, conférencier, a rappelé comment la prise de conscience environnementale, le développement durable, le RSE, l’altermondialisation puis enfin l’aspiration de la génération Z à une entreprise libérée inspirent fortement les nouveaux modèles économiques.
V.maignant
Stéphane Schulz, conférencier, a rappelé comment la prise de conscience environnementale, le développement durable, le RSE, l’altermondialisation puis enfin l’aspiration de la génération Z à une entreprise libérée inspirent fortement les nouveaux modèles

Réseaux d’entreprises : effervescence et congruence, maîtres mots de la plénière Plato Bretagne

Véronique Maignant, le 03.07.2019

Plus de la moitié des 420 entreprises bretonnes engagées dans le réseau Plato s’étaient donné rendez-vous, ce mardi 2 juillet, à Saint-Brieuc. L’occasion d’entendre le témoignage de dirigeants pour qui la réussite de leur entreprise passe par de nouveaux modèles économiques et l’impératif de congruence qui consiste à aligner ses paroles et ses actes.

Il faut bien le dire, une certaine effervescence régnait hier à Saint-Brieuc. Les chefs d’entreprise bretons, membres du réseau Plato sont venus en nombre assister à la conférence/table ronde dont la thématique retenue portaitsur  « la découverte des nouveaux modèles économiques ». « Pour sortir de sa bulle et s’oxygéner quoi de mieux qu’un réseau comme Plato, a souligné Michel Lerat, Vice-président de la CCI des Côtes d’Armor. Nous devons être des révolutionnaires. C’est à nous de prendre la société en main », a-t-il adressé aux chefs d’entreprise.

 

Cohérence et transparence

Stéphane Schulz, conférencier, a ensuite rappelé comment la prise de conscience environnementale, le développement durable, le RSE, l’altermondialisation puis enfin l’aspiration de la génération Z à une entreprise libérée inspirent fortement les nouveaux modèles économiques. « Aujourd’hui de plus en plus de personnes essaient de consommer responsable. L’achat est donc forcément questionné : est-ce que je suis obligé d’acheter neuf ? La méfiance, voire la défiance vis-à-vis de la grande distribution s’est installée. L’entreprise avec l’image du patron avide de profit prospère toujours dans l’esprit du public ». Pour reconquérir le consommateur ou le fidéliser, de plus en plus d’entreprises revisitent leur culture d’entreprise. Parmi les exemples cités par Stéphane Schultz :  ‘C’est qui le patron ». Lancée en novembre 2016 pour répondre à la crise du prix du lait, la coopérative compte désormais 18 familles de produits équitables et 5 millions de clients. Les utilisateurs donc les consommateurs valident le cahier des charges des produits, fixent leurs prix de façon à mieux rémunérer les producteurs. « Les dirigeants de la coopérative revendiquent pleinement le fait qu’ils doivent dégager de la marge pour rester indépendants, mais ils le font en expliquant avec transparence son affectation ». Autrement dit, la mise sur pied d’autres formes d’organisation oblige les chefs d’entreprise à s’adapter aux aspirations en cours « mais uniquement avec ce qui leur parle ». L’absence de cohérence entre le discours et les actes passe de moins en moins auprès de la société. C’est aussi ce qui ressort des différents témoignages de la table ronde.

 

Ethique, sens au travail

Invité de la table ronde, Olivier Méril, Président de MV Group (35), spécialisé dans le numérique est persuadé que l’implication des collaborateurs est la clé du succès d’une expérience clients réussie. Au travers de l’Ecole digitale de la nouvelle chance déployée au sein même de son entreprise, il forme une partie de ses collaborateurs à devenir formateurs des jeunes en rupture qui l’intègrent. Idem pour l’université digitale dédiée aux Bac+2, créée plus récemment pour former des jeunes aux métiers du numérique. « C’est une manière de donner du sens au travail. Tant mieux si ça contribue à la notoriété de l’entreprise. Aujourd’hui, je reçois 6 000 candidatures spontanées dans un métier qui peine à recruter ». Autre témoignage :  celui de Benjamin Duquenne, Président de Book Hémisphères (56). Spécialisée dans le réemploi du livre, la société Coopérative d’Intérêt collectif (SCI), issue de son rapprochement avec livrenpoche.com, collecte chaque mois 45 000 livres en Bretagne. Pour ce faire, elle s’appuie sur une entreprise d’insertion. « 100% de ce que nous collectons ressortent en livres d’occasion vendus en moyenne 3 €/pièce ou en boîtes à œufs. Tous nos débouchés sont expliqués à nos donateurs et 85% des bénéfices sont réinjectés dans l’entreprise. »

 

Développement durable 

Claire Denieppe, cogérante de Cochons des prés à Dinan (22), une charcuterie entièrement bio est engagée dans l’évolution de son modèle économique. « En achetant du porc bio, nous payons 5 fois plus cher nos approvisionnements que s’il s’agissait de conventionnel. » Un tiers des ventes est réalisé auprès du réseau Biocoop. « Nous tachons de transférer notre métier et nos valeurs auprès de nos clients. Conseils RH, fabrication des produits, utilisation des produits, ce sont nos équipes qui transmettent ce savoir. C’est une façon de donner du sens au travail et travailler sa marque employeur. » La recette semble plutôt marcher, en 8 ans, l’entreprise est passée de 7 à 30 salariés. Enfin, Jacques Bareau, Directeur général de Grain de Sail à Morlaix a créé une entreprise liant une activité maritime et une activité agroalimentaire. Ce projet original permettra à l’entreprise d’exploiter dès 2020 son premier voilier cargo de 22 m, en charge de transporter les cafés verts et cacao bio d’Amérique Centrale nécessaires à la production de ses chocolats et cafés. « Notre action en faveur du développement durable facilite nos recrutements et notre voilier cargo constitue un intérêt médiatique inespéré. En cherchant au départ à optimiser le bilan carbone à partir d’une activité maritime, nous avons agrégé de la complexité dans l’entreprise. Au final notre modèle économique est difficilement copiable ! »

 

Echanges conviviaux et ateliers se sont succédé tout au long de la journée, conformément à l’esprit Plato. « Nous animons 32 groupes de dirigeants partout en Bretagne. Depuis quelques temps, les sujets financiers ont laissé place à ceux orientés bien-être au travail et qualité de vie travail. Nous aussi, nous avons dû nous adapter. Nous proposons des séances de sophrologie, de yoga du rire ou des méthodes comme les 6 chapeaux du Bono pour les aider dans la résolution de problème », conclut Sophie Payoux-Chevillard, en charge de l’animation de la plénière régionale de Plato. Réseau de partage d'expériences et de compétences pour les dirigeants de TPE/PME-PMI, Plato est soutenu par les CCI de Bretagne, le Conseil régional et l’association Ader 35.

 

Devenir membre du réseau Plato

L'évènement

Entreprendre en franchise : tout savoir le 14 octobre à Lorient

Forum Franchise Lorient

Organisée par la Fédération française de la franchise et accueillie par la CCI du Morbihan, cette journée est l'occasion d'échanger avec des franchisés et de découvrir les fondamentaux de la franchise. Gratuit, inscriptions en ligne.