Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Cédric Bourges a créé Nutraveris en 2006 à Saint-Brieuc
Cédric Bourges a créé Nutraveris en 2006 à Saint-Brieuc

Nutraveris : pionnier en matière d’intelligence artificielle, le cabinet briochin voit sa croissance s’envoler de + 20%

Véronique Maignant, le 10.02.2020

A la tête de Nutraveris, cabinet de conseil scientifique et réglementaire, Cédric Bourges a réussi à imposer son expertise sur le marché européen de la nutrition-santé. Il y a trois ans, il a investi dans une solution digitale basée sur l’intelligence artificielle. Une prouesse pour ce cabinet d’une vingtaine personnes, en plein recrutement, qui a vu son chiffre d’affaires grimper à 2,4 M€ dont 60% à l’international.

L’intelligence artificielle bouleverse la recherche scientifique et l'évaluation réglementaire. Cédric Bourges, créateur de Nutraveris en 2006 à Saint-Brieuc, fait figure de pionnier. « J’ai toujours pratiqué l’innovation, précise-t-il. J’ai déjà déposé une bonne dizaine de brevets déclinés aujourd’hui dans une quantité de pays. Parmi la vingtaine de collaborateurs que compte l’entreprise, la plupart sont docteurs, ingénieurs agronomes ou encore titulaires d'un master en droit et nutrition. Beaucoup d’entre eux sont aussi passés par l’industrie et ont intégré une culture du service clients. Il y a trois ans, j’ai fait le choix d’intégrer des développeurs informatiques pour proposer un service digitalisé à nos clients ». Aujourd’hui, « Nutraveris Online (Nol) » bouscule la concurrence.

 

N°1 européen de la réglementation relative aux compléments alimentaires

Le métier de Nutraveris consiste à analyser les formules des produits nutrition santé que lui adressent ses clients, les laboratoires des grands groupes agroalimentaires, sportifs ou pharmaceutiques comme Coca-cola, Nestlé, Lactalis, Décathlon ou encore Forte Pharma. Les compléments alimentaires, un marché en plein croissance, a pris une place importante dans son activité de réglementation.  « En France, ce marché représente 2Md $, au niveau européen, 12,6 Md $. Nos clients développent de plus en plus de solutions naturelles pour la prévention de la vieillesse. Après avoir réalisé un audit complet de leurs formules, nous leur rendons un avis scientifique et réglementaire en fonction des textes en vigueur dans chaque pays de distribution. Une fois le produit conforme, nous déposons les dossiers auprès des autorités européennes et nationales compétentes (Anses pour la France). Nous les suivons jusqu’à l’obtention des autorisations de mise sur le marché par ces différentes instances. La moitié de nos projets relève des procédures nationales. Le process dure alors en moyenne 6 mois. Pour les dossiers qui passent par les autorités européennes, les délais peuvent prendre entre 3 et 4 ans ».

 

Des formules mises à jour en un clic

La PME propose également de la veille et de la formation. Avec l’aide de ses équipes, Cédric Bourges a disrupté son modèle en mettant au point, en interne, deux solution digitales.  En donnant accès à toutes les données disponibles, qu’il s’agisse d’informations réglementaires, scientifiques ou d’aspects marketing, « Nutraveris Online » permet de créer, depuis son site ses produits. Avec "Nol Compliance", solution qui embarque de l’intelligence artificielle, les laboratoires peuvent aussi, à partir de la liste des ingrédients qu’ils renseignent en ligne, auditer leurs formules sur les aspects réglementaires, pour chaque ingrédient et pays, et générer automatiquement l’étiquetage de leurs produits (allégations, tableau nutritionnel, mentions légales, avertissements spécifiques). « Le gain de temps est considérable. Prenez l’exemple de nos plus gros clients, les laboratoires qui ont plus de 200 produits : avant ils auraient mis 2 à 3 ans pour finaliser tous les enregistrements. Avec notre solution, la mise à jour se fait en un 1 clic, en fonction de l’évolution de la réglementation ou de la formule ».

 

Obligation d’aller vite

Lancée en mai dernier, « Nutraveris Online » booste l’activité de Nutraveris. « En 2019, nous avons fait un bon de 20% versus 2018 pour atteindre 2,4 millions d’euros de CA. 60% de notre activité sont réalisés à l’international, 20% rien qu’aux Etats-Unis ». Outre l’Europe, la PME travaille beaucoup avec le Japon et la Corée. Seuls manquent à l’appel les pays d’Afrique et la Chine. « Nous allons continuer à aller chercher de la croissance. Nous avons désormais l’obligation d’aller vite car nous avons fait mal à nos concurrents. Nous devons rester devant. En 2020, nous avons un plan de recrutement de 5 à 6 personnes. Trois ont déjà intégré l’entreprise.

 

Partie prenante de Totem Innovation à Saint-Brieuc

 
Briochin, né à Saint Brieuc, Cédric Bourges revendique son ancrage dans les Côtes d’Armor. « A côté de la qualité de vie que nous y trouvons, il y a énormément de projets à mener autour de l’économie verte ». Engagé depuis un an au sein du comité de pilotage du club entreprises Totem Innovation, piloté par la CCI des Côtes d’Armor avec le soutien de la Région Bretagne et l’Agglomération de Saint-Brieuc, il salue le travail en cours : « Nous avons été interrogés à toutes les phases de ce projet.  Beaucoup de choses restent à faire mais d’ores et déjà, au sein du club, nous apprenons à découvrir les pratiques de l’innovation durable pour transformer nos entreprises. J’invite toutes les entreprises innovantes à nous rejoindre ». Le club, qui rassemble déjà une vingtaine de chefs d’entreprise a été lancé mardi 21 janvier. Le bâtiment Totem en plein centre de Saint-Brieuc ne verra le jour qu’en 2022. Nutraveris prévoit de s’y implanter, de manière à assurer un « mentoring » des start-up qui seront accueillies.
 

L'évènement

[Save the Date] Le 18 octobre, 5e édition des rencontres de l’Achat public en Bretagne

[Save the Date] Le 18 octobre, 5e édition des rencontres de l’Achat public en Bretagne

Cette rencontre est l’occasion pour les acheteurs publics et les entreprises du territoire breton de se connaître et d’échanger autour de problématiques communes afin d’améliorer encore les
relations entre acheteurs et fournisseurs.
13H30 : Ouverture
Discours d’ouverture du préfet de la région Bretagne, Emmanuel Berthier, et allocution introductive du directeur des achats de l’État, Michel Grévoul.
14H00 : Table ronde
« Les clauses environnementales, comment et pour quoi faire ? », animée par la directrice de la PFRA de Bretagne, Rachel Pailleux, avec la participation de la cheffe du bureau des achats
responsables à la direction des achats de l’État, Malika Kessous, de Jérôme Lieurey, chef du bureau des achats et marchés publics au secrétariat général pour l’administration du ministère de l’Intérieur
(SGAMI) — zone de défense Ouest, et de Madame Le Corguille, chargée de mission éco-construction à la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et de du logement (DREAL) Bretagne.
14H45 : échanges entre acheteurs et entreprises exposantes sur leurs réalisations innovantes en matière de transition écologique. Une répartition en trois pôles : numérique, bâtiment et mobilité durables et un pitch
par chaque entreprise. Rendez-vous le 18 octobre au Roazhon park de Rennes à partir de 13h30. Entrée libre avec inscription préalable obligatoire.

 

Recommandations