Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
« En  30 ans, le Choix funéraire est devenu, en France, un acteur incontournable de ce marché bien atypique qu’est le funéraire”, explique Philippe Martineau, directeur général délégué de l’UDIFE
V.Maignant
« En 30 ans, le Choix funéraire est devenu, en France, un acteur incontournable de ce marché bien atypique qu’est le funéraire”, explique Philippe Martineau, directeur général délégué de l’UDIFE

Le Choix funéraire (22). Pionnier des obsèques 2.0

Véronique Maignant, le 05.01.2021

Chaque année en France, ce sont plus de 660 000 personnes qui décèdent et autant de familles et de proches endeuillés qui doivent avoir recours à un service de pompes funèbres. Détenant 9 à 10 % du marché national, le Choix funéraire est désormais le premier réseau de commerçants indépendants. Sous l’impulsion de UDIFE, la structure chapeau, il accélère sa transformation digitale et revisite les funérailles de A à Z.

« Depuis 30 ans, pas à pas, et grâce aux valeurs qui font la réussite de l’entreprise, l’innovation, l’implication et le partage, le Choix funéraire est devenu, en France, un acteur incontournable de ce marché bien atypique qu’est le funéraire”, explique Philippe Martineau, directeur général délégué de l’UDIFE*. Basée à Pleslin-Trigavou dans les Côtes d’Armor, la structure emploie 75 collaborateurs au service d’un réseau de 460 magasins détenus par 182 concessionnaires.Chacun d’entre eux réalise entre 1,2 et 2 millions d’euros de chiffre d’affaires et couvre une zone de 50 000 habitants. Nous sommes en pleine croissance, d’ici 2 à 3 ans, nous compterons 600 magasins pour environ 200 concessionnaires”.

Son histoire remonte à 1991, quand a été lancé le Groupement des marbriers et des granitiers de France (GMGF), associant quatre marbriers indépendants et Philippe Martineau. Le GMGF devient le Choix funéraire en 1995. “Nous sommes une société coopérative, ni intégrée, ni franchisée, le capital étant totalement la propriété de nos entrepreneurs. C’est un engagement militant”. Aujourd’hui, implantée sur tout le territoire national, l’entreprise intervient sur trois marchés : la prestation funéraire, la marbrerie et la prévoyance obsèques.

 

Fédérer les adhérents

 “Le vrai challenge a été de stabiliser le réseau. La centrale d’achats, qui gère aujourd’hui 50 millions d’euros de chiffre d’affaires, ne pouvait pas suffire à fédérer les relations entre tous ces “artisans du passage”, poursuit le dirigeant. Pour ce faire, il suit la voie de son mentor, Jean-Claude Jaunait, ancien président de Système U (1971-2005). “J’ai beaucoup dupliqué ce qu’il a mis en place au sein de ses magasins, à savoir créer des services complémentaires, dans un souci d’appartenance”.

Outre la formation, le marketing, le système informatique, etc, le Choix funéraire dispose de son propre cabinet de courtage. “Nous assurons 1 400 véhicules funéraires, des milliers de m² de bâtiment, la santé des 2 300 salariés, etc.” Cette activité a vu le jour dans les années 2000, un peu avant celle de la prévoyance-obsèques : “À l’époque, il devenait primordial pour le réseau d’établir des relations directes et solides avec les grands comptes de type banques-assurance qui investissaient de plus en plus le marché du funéraire”. Aujourd’hui, une douzaine d’entre eux travaille en lien étroit avec UDIFE, en adossant leur contrat à une prestation obsèques. “Nous avons 380 000 contrats en stock, représentant 1 milliard d’euros de chiffre d’affaires. Résultat : nous apportons plus de business à nos adhérents qu’ils ne payent de cotisations. C’est, selon moi toute la finalité d’un groupement coopératif”, assure Philipe Martineau.

 

L’envol des obsèques 2.0

C’est aussi dans cette logique que Sereneo a vu le jour, en 2017. “Il fallait intégrer le numérique dans toutes nos offres, réinventer la cérémonie pour que, depuis son écran d’ordinateur, de tablette ou de téléphone, chacun puisse faire son travail de deuil”. La start-up a mis au point un service de diffusion des obsèques en streaming. La crise sanitaire n’a fait qu’accroître la demande. “Aujourd’hui, 25 % à 30 % de nos cérémonies sont filmées ou enregistrées pour plus tard. La Covid 19 a profondément bouleversé l’approche sociétale de la mort et de l’accompagnement des défunts”, constate Philippe Martineau. Le Choix funéraire retransmet en direct les obsèques avec une caméra en plan fixe sur le célébrant et le cercueil uniquement.

Sereneo et sa petite sœur Cybille née en 2019, ambitionnent de devenir les pionniers des obsèques 2.0. Les deux start-up proposent des services innovants comme le dépôt de volontés en ligne : “Vous pouvez par exemple, enregistrer un message destiné à vos petits-enfants qui l’écouteront à l’âge adulte. Nous nous chargerons de les informer au moment voulu”. Une bibliothèque du souvenir pour partager ses vidéos et photos en ligne est aussi proposée ainsi qu’un service fin de vie numérique pour fermer l’ensemble des comptes en ligne (réseaux sociaux…), “Tous ces services sont déjà opérationnels et trouvent leur public. Ça va même très vite”, confie Philippe Martineau.

Site Internet : Le choix funéraire

Retrouvez tous nos portraits de groupes et PME  dans le Palmarès des entreprises bretonnes-Edition 2020-2021

* Union Diffusion Information Funéraire Européenne

L'évènement

Lancement du Cluster Hydrogène en vue de former et de développer les usages H2 dans les entreprises costarmoricaines

Lancement du Cluster Hydrogène en vue de former et développer les usages H2 dans les entreprises costarmoricaines

Face à ces enjeux environnementaux et convaincue des opportunités d'une filière structurée autour de l'hydrogène sur le territoire, la CCI Côtes d'Armor lance un Cluster Hydrogène. Ouvert à toutes les entreprises du territoire désireuses d'enclencher leur transition énérgétique, cet évènement sera notamment animée par Laurent Meillaud,  journaliste automobile et spécialiste des énergies alternatives. La participation est gratuite. Néanmoins, l’inscription est obligatoire.

Recommandations