Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Christian Guyader

Guyader Gastronomie mise sur la diversification de ses activités

Véronique Maignant, le 31.12.2017

Groupe indépendant de l’agroalimentaire, Guyader Gastronomie a doté sa filiale traiteur d’un outil de pointe : une nouvelle usine, à Kervignac, équipée de fours boulangers et permettant la surgélation des produits. L’industriel espère ainsi tripler sa production de cakes salés et de recettes végétales.

L’entreprise Guyader est née à Landrévarzec (29) en 1930. Christian Guyader en a pris la direction à l’âge de 22 ans, en 1982, succédant ainsi à son grand-père, à son père et à sa mère, qui a tenu les rênes de l’entreprise au décès de son mari. "Il y avait alors à peu près 30 salariés à Landrévarzec et l'on faisait de la charcuterie. Aujourd'hui, nous sommes plus de 400 et nous avons quatre activités."

LIRE AUSSI notre dossier : "Palmarès 2017-2018 : la dynamique des entreprises bretonnes se confirme"

Soit autant de choix stratégiques et une diversification à laquelle le dirigeant se dit très attaché. Le groupe breton, qui affiche un chiffre d’affaires de près de 80 M€, est toujours indépendant et ne s’appuie sur aucun. Guyader Gastronomie compte six sites de production : la charcuterie cuite est faite à Saint-Agathon (Côtes-d’Armor) ; dans le Finistère, l’andouille et les tripes bretonnes viennent de Fouesnant, les spécialités traiteur de la mer de Landrévarzec et le poisson fumé de Châteauneuf-du-Faou. Enfin, la gamme traiteur et recettes végétales est installée dans le nouveau site de Kervignac (Morbihan). A cela s’ajoute un entrepôt logistique, à Trégourez (Finistère).

A Kervignac, un investissement de 6 M€

« Depuis pratiquement cinq ans, nous sommes dans une démarche de rénovation ou de construction », précise Christian Guyader. A Saint-Agathon, l’usine de charcuterie s’est installée dans un bâtiment existant mais tout a été refait à l’intérieur en 2015. Déjà présente à Kervignac depuis 2006, l’activité traiteur et végétal a déménagé dans un bâtiment neuf, inauguré à la rentrée 2017. « Cette usine neuve, dotée d’un couloir de visites, représente nos valeurs et ce pour quoi on se bat : de bons produits, du fait-maison mais à l’échelle industrielle, insiste Christian Guyader.»

L’usine de Kervignac représente un investissement de 6M€, à la hauteur des ambitions de Guyader Traiteur. L'entreprise bretonne représente 51% de parts de marché sur les 12,4 M€ du marché français du cake salé en 2016. Ce nouvel outil et son équipement de pointe devront lui permettre de conserver sa place de leader mais également d'augmenter les capacités de production de ses cakes mais aussi de toute sa gamme végétale. Ainsi, ce ne sont plus 1 000 tonnes mais bien 3 000 tonnes de produits que Guyader Traiteur compte produire chaque année.

L'entreprise poursuit ainsi aussi un double objectif : continuer à se développer sur le frais mais aussi se faire une place dans les produits surgelés, ce que ne permettait pas l’équipement précédent. « Les enseignes spécialisées dans les surgelés sont des relais de croissance importante», assure Christian Guyader.

« Dans l’agroalimentaire, les tendances évoluent »

En se donnant, aussi, les moyens de développer plus largement son offre de recettes végétales, Guyader Gastronomie espère être en phase avec certaines attentes des consommateurs. « Dans les métiers de l’agroalimentaire, on sait que les tendances évoluent. Chez Guyader, nous sommes à l’aise avec le fait d’avoir plusieurs métiers dans l’entreprise, réunis sous l’appellation Guyader Gastronomie. Nous avons fait le choix de spécialiser chacun de nos sites. » Ainsi l’industriel devrait-il prochainement se lancer dans la production de cakes sucrés, faits dans les fours boulangers de l’usine de Kervignac et de fondants au chocolat qui, eux, sortiront de Landrévarzec.

De quoi être raccord avec l’une des valeurs importantes de Guyader : l’innovation. « Au fur et à mesure de notre développement, nous avons changé de métier à plusieurs reprises. Guyader a la chance d’avoir des salariés qui, à tous les niveaux, sont favorables à ses innovations et à ses évolutions. C’est dans notre ADN. Avec aussi la qualité, l'ouverture sur le monde et l'ancrage territorial".

 

Taille du texte

L'évènement

Meilleure maîtrise des risques, les clés pour comprendre la révision des référentiels agro

Crises sanitaires, internationalisation des échanges, concurrence exacerbée, exigences de traçabilité, maîtrise des coûts, volatilité des goûts des consommateurs… L'Afnor Bretagne organise le mercredi 28 novembre, de 9 h à 12 h 30, à l'Agrocampus de Rennes, un colloque sur la sécurité des denrées alimentaires. Inscrivez-vous !

 

Recommandations