Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Antoine Cozigou, président de l’entreprise familiale, installée depuis 60 ans à Plouisy dans les Côtes d’Armor
Cozigou
Antoine Cozigou, président de l’entreprise familiale, installée depuis 60 ans à Plouisy dans les Côtes d’Armor

Cozigou (22) repart à l’offensive et investit dans sa logistique

Véronique Maignant, le 17.12.2021

En ce second semestre 2021, le groupe Cozigou, installé dans les Côtes d’Armor, redresse la barre et réorganise sa logistique. Principal acteur régional de la distribution de boissons pour le secteur des cafés, hôtels, restaurants (CHR), il inaugurera d’ici 2023, en Bretagne, un entrepôt de 5 000 m². Objectifs : optimiser la rotation de ses 4 500 références, pour moitié des bières artisanales et accroître la capacité de stockage de ses matières premières.

« Aujourd’hui, l’entreprise va bien, même si cette année encore, notre chiffre d’affaires est en repli de 40% comparé à celui de 2019, explique Antoine Cozigou, président de l’entreprise familiale, installée depuis 60 ans à Plouisy dans les Côtes d’Armor. Depuis septembre 2021, la consommation a retrouvé son niveau d’avant crise. Cependant, il faut rester prudent. Le remboursement à venir des PGE pourrait entraîner des défaillances parmi nos clients, les cafés, hôtels et restaurants. » Ces derniers représentent 90% de l’activité. L’entreprise emploie 500 salariés répartis sur 21 sites : 15 en Bretagne, 4 en Savoie, 1 à Marseille et Paris.

En 2020, le distributeur breton a bien cru disparaître après la fermeture de ses 7 000 clients. « En dehors d’un PGE de 15 millions d’euros et du chômage partiel, nous n’avons bénéficié d’aucune aide. Nous étions sur la mauvaise liste, la S1bis*. »  A partir de 2021, le gouvernement a changé son fusil d’épaule et renforcé ses aides au secteur. « De janvier à mars, nous avons touché l’aide coûts fixes. Mais, après, plus rien. Nous avions atteint le plafond européen, fixé à 1,8 million d’euros. »

 

L’attractivité de la Bretagne atténue les pertes

Toutefois, à quelque chose malheur est bon. Faute de pouvoir partir à l’étranger, les vacanciers se sont rués à l’Ouest pour leur pause estivale. « Malgré une météo mitigée et un nombre réduit de festivals, nous avons sécurisé les deux derniers étés et retrouvé, à chaque fois, le même niveau d’activité qu’en 2019. » Une performance, puisque l’activité « festivals » a généré 1% du chiffre d’affaires sur la dernière période estivale contre 15% en temps normal.

Depuis quelques mois, Antoine Cozigou observe une évolution de la clientèle. La consommation du p’tit noir, le matin, au comptoir, a chuté. La restauration routière, également. Par contre, les bars, pubs et restaurants travaillent bien dans leur ensemble. « Est-ce l’impact des tickets restaurants ?  Qu’en sera-t-il à la fin de l’année, quand les clients auront épuisé leur cagnotte ? Interroge le dirigeant. Nous devons être prudents. Néanmoins, il est évident que l’impact du télétravail post confinement est beaucoup moins lourd en Bretagne que dans les grandes métropoles. Les entreprises semblent avoir repris leur rythme d’organisation d’avant crise. »

Autre perspective encourageante : après deux années blanches, le site savoyard qui approvisionne en café, bières, vins et spiritueux, les stations de ski de la région, s’apprête à vivre une saison exceptionnelle. « Les taux de réservation sont au plus haut et la clientèle anglosaxonne est de retour ( entretien réalisé début novembre)» Situé à Bourg Saint-Maurice, ce dépôt représente 5% du chiffre d’affaires consolidé du groupe Cozigou.

 

Multiplication des références régionales

Plus près de chez nous, l’entrepôt de 5 000 m² acquis en mars 2020 à Paris, en association avec la société Hadès, enregistre une forte activité. « Les lieux et les habitudes de consommation changent. A Paris comme en Bretagne, de nouveaux concepts ont vu le jour après la crise. Ils font la part belle aux produits locaux, artisanaux et bio. » Cette année, ce site génèrera 4 à 5 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Face à l’explosion de la demande en bières régionales et de niche, le distributeur breton multiplie les partenariats exclusifs. « On assiste à une montée en puissance du phénomène de la craft avec des produits vraiment différenciants. Aujourd’hui, il existe plus de 500 microbrasseries en France. Notre stratégie consiste à travailler exclusivement avec deux ou trois d’entre eux, sur chacun des départements où nous sommes présents. » La bière représente 50% du chiffre d’affaires de l’entreprise.

Pour garder la main sur ce marché, le distributeur a également pris une participation dans le Comptoir de la Bière au sud de Nantes (CA-15 M€), véritable spécialiste de la bière Craft. « Il va nous conseiller. Le cidre, aussi, commence à adopter les codes de la Craft. Nous venons de conclure un partenariat exclusif avec la cidrerie Ti-Lo. » De février à juin 2021, l’entreprise Cozigou a rentré 620 nouvelles références dont la moitié concerne des bières. Au global, elle propose 4 500 références, tous produits confondus.

 

Un nouveau site de 5 000 m² à l’horizon 2023

Cette frénésie du « consommer local » pousse le leader breton de la distribution à réorganiser sa logistique.  En complément de ses 15 entrepôts de proximité répartis en Bretagne, l’entreprise recherche aujourd’hui un entrepôt de 5 000 m² entre Guingamp et Rennes. « Nous avons des pistes. Le projet pourrait voir le jour en 2023. L’enjeu est de mieux gérer la multitude des produits et d’optimiser leur rotation. Il s’agit aussi d’accroître nos capacités de stockage de matières premières, le café vert en particulier.  Notre métier est en pleine transformation. Les canaux de distribution s’intensifient avec l’arrivée en nombre des e-commerçants et des enseignes spécialisées. Le groupe doit impérativement protéger sa chaine de valeurs à savoir continuer à miser sur les marques régionales. » 

En 2022, Antoine Cozigou table sur un chiffre d’affaires de 180 millions d’euros. « La Bretagne s’en sort très bien. Elle le doit à son attractivité touristique et l’arrivée de nouveaux habitants en quête d’un meilleur cadre de vie. » En cinq ans, le distributeur breton a racheté 30 sociétés. Il vient d’opérer un rapprochement avec la brasserie Philomenn située à Tréguier dans les Côtes d’Armor  et annonce l’acquisition, dans les mois à venir, de 2 à 3 nouveaux sites en Bretagne. Une chose semble acquise : la pénurie de bière n’est pas pour demain.

 


 

Chiffres clés

CA 2021 : 90 M€

Effectif : 500 salariés

Sites : 21 dont 15 en Bretagne

L'évènement

Bus Entrepreneuriat Pour Tous fait escale à Vannes, le 21 janvier

Bus Entrepreneuriat Pour Tous fait escale à Vannes, le 21 janvier

Bpifrance renforce son offre en Bretagne en inaugurant le Bus de l’Entrepreneuriat Pour Tous, un dispositif mobile dans le Finistère et le Morbihan, visant à rendre accessible l’offre d’accompagnement à la création d’entreprise dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville.

Vendredi prochain, le 21 janvier 2022, le Bus de l'entrepreneuriat pour tous fera escale à Vannes, place Henri Auffret.

10h : Présentation du dispositif par Vincent Le Brech (Bpifrance), Mohamed Azgag (Ville de Vannes), Léna Berthelot (Vannes Agglomération), Cécile Massonneau (Préfecture du Morbihan). Hafidha Ouadah (Région Normandie), Nicolas Mayer-Rossignol (Métropole Rouen Normandie) et témoignages d’entrepreneurs
10h35 : Visite du Bus

Recommandations