Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Space : le gaz vert a le vent en poupe, les projets bretons se multiplient

Véronique Maignant, le 12.09.2018

A l’occasion du Space, le salon international de l’élevage à Rennes, le GAEC La Jousselinays et GRDF Ouest  ont signé un contrat d’injection de biométhane. Dans 1 an, l’exploitation agricole produira localement et injectera dans le réseau un gaz renouvelable, à partir d’effluents d’élevage et de résidus de culture.

la signature ce jour du contrat d’injection des frères Boursault de Noyal-Chatillon sur Seiche. Dès 2019, ils injecteront dans le réseau de distribution de gaz rennais un gaz vert, 100% renouvelable et produit localement à partir de leurs déchets agricoles

L’exploitation agricole d’Alain et Patrick Boursault, les deux associés du GAEC La Jousselinays, produit plus de 10 000 tonnes de fumiers de bovins et résidus de culture non alimentaires à traiter par an. La future unité de méthanisation situé à Noyal-Châtillon-sur-Seiche produira prochainement près de 6,5 millions de kwh de biométhane par an, soit l’équivalent de 25% de la consommation en gaz des foyers de la commune (pour l’eau chaude et le chauffage), ou encore l’équivalent de la consommation annuelle de 28 bus roulant au bioGNV. Les travaux de construction de cette future unité débuteront à l’automne ; elle sera en mesure d’injecter ses premiers m3 de gaz vert dans le réseau de distribution GRDF d’ici 1 an. Le projet est subventionné par l’ADEME et accompagné par la Banque Populaire Grand Ouest, le Crédit Mutuel de Bretagne, AILE et HoSt France.

 

80 projets actifs en portefeuille

Les intérêts de ce projet agricole sont multiples : il permet de produire un gaz « vert », 100% renouvelable à partir des déchets de l’exploitation. Ainsi, les effluents d’élevage et autres résidus de culture deviennent une ressource : ils sont transformés en biométhane, et le résidu (après méthanisation) est utilisé en engrais organique naturel. Le recours aux engrais chimiques est ainsi évité, et les odeurs liées à l’épandage, diminuées de manière conséquente. Ce projet favorise donc une agriculture durable et pérenne, et permet au GAEC d’envisager à terme, la création d’un emploi (non délocalisable), dédié à l’exploitation de l’unité.

Cette forme d’économie circulaire mobilise l’ensemble des Chambres d’Agriculture, l’Ademe et tous les acteurs de la filière biométhane en Bretagne. Ainsi la région passera de 5 sites actuellement en service depuis 2015, à 9 sites d’ici fin 2018 et 20 d’ici fin 2019. GRDF comptabilise plus de 80 projets actifs en portefeuille sur la Bretagne. Ils devraient contribuer dans les prochaines années à atteindre les objectifs fixés dans les Plans Climat du territoire. Plus de 80% de ces projets sont portés par le monde agricole.

Afin de pouvoir injecter toujours plus de gaz vert, GRDF commence à adapter ses réseaux, en intégrant les opportunités d’extension et en travaillant, avec GRTgaz, à de nouveaux schémas et modèles de développement destinés aux producteurs. Une expérimentation est ainsi menée en Pays de Pontivy (56), qui accueillera une unité de recompression du biométhane vers le réseau de transport.

 

Qu’est-ce que le gaz vert ?

Le gaz vert est un gaz 100% renouvelable, produit localement grâce à la méthanisation de déchets organiques, ici d’origine agricole. Après épuration, le gaz produit a les mêmes propriétés, atteint le même niveau de qualité que le gaz naturel et peut donc être injecté dans le réseau. Tout comme le gaz naturel, il sert à chauffer, cuisiner, mais peut également être utilisé comme carburant : le BioGNV, est une solution économique et écologique pour le transport routier (poids lourd, bus, bennes à ordures ménagères,…). L’injection de gaz vert est donc une solution d’avenir : au vu du dynamisme actuel de la filière, l’objectif de 10% de gaz renouvelable dans les réseaux en France d’ici à 2030, fixé par la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte), pourrait être atteint et même dépassé. GRDF ambitionne d’injecter, d’ici à 2030, 30% de gaz vert dans le réseau.

 

Lire aussiune 1ère micro-méthanisation à base de lisier bovin voit le jour dans le Morbihan


Taille du texte

L'évènement

Meilleure maîtrise des risques, les clés pour comprendre la révision des référentiels agro

Crises sanitaires, internationalisation des échanges, concurrence exacerbée, exigences de traçabilité, maîtrise des coûts, volatilité des goûts des consommateurs… L'Afnor Bretagne organise le mercredi 28 novembre, de 9 h à 12 h 30, à l'Agrocampus de Rennes, un colloque sur la sécurité des denrées alimentaires. Inscrivez-vous !

 

Recommandations