Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Energies renouvelables : une 1ère micro-méthanisation à base de lisier bovin voit le jour dans le Morbihan

Véronique Maignant, le 10.07.2018

Fonctionnant uniquement à base de lisier bovin, l’unité de micro-méthanisation de l’EARL de Fromentoriaux à Guilliers dans le Morbihan est la première installation de ce type en Bretagne. La coopérative Triskalia a accompagné les éleveurs, Josiane et Fabrice Sablé, dans leur projet.

Adapté à la taille de leur troupeau de 120 vaches laitières, le méthaniseur de l’EARL de Fromentoriaux produit chaque année près de 700 000 kWh d’énergie sous forme d’électricité et de chaleur, soit l’équivalent de la consommation annuelle de plus de 40 foyers. La méthanisation est un traitement naturel des déchets organiques qui conduit à une production combinée de biogaz et de digestat. Le biogaz provient de la décomposition biologique des matières organiques dans un milieu en raréfaction d’air. Il est convertible en énergie. Le digestat conserve tous les éléments fertilisants du lisier et il est utilisable en brut sous forme liquide, ou après traitement (séparation de phase, compostage...).

En valorisant les effluents d’élevage, la méthanisation permet de produire une énergie renouvelable non tributaire des aléas climatiques. De plus, elle limite le rejet dans l’atmosphère des gaz à effet de serre liés au stockage et à l’épandage des effluents (méthane et protoxyde d’azote essentiellement).

 

Une première en Bretagne

L’unité de l’EARL de Fromentoriaux est la première unité bretonne de micro-méthanisation alimentée uniquement à base de lisier de bovin. L’investissement total, de près de 400 000 €, englobe les modifications de la stabulation, le procédé de méthanisation, une unité de séchage à plat et une géomembrane couverte pour le stockage du digestat. Le projet a été subventionné à hauteur de 120 000 € (ADEME, Région Bretagne, PCAEA). Le temps de retour sur investissement est estimé à 8 ans.

En plus du digestat, épandu sur les cultures comme fertilisant organique, le méthaniseur produit de l’électricité, revendue à EDF, et de la chaleur, utilisée pour sécher la luzerne (jusqu’à 200 kg par jour). La quantité annuelle d’énergie primaire produite par l’unité de méthanisation équivaut à la consommation de plus de 40 foyers. La méthanisation permet également de diminuer les gaz à effet de serre produits par l’exploitation   (92 tonnes équivalents CO2), soit les rejets d’un tracteur en fonctionnement pendant 1 135 heures. Depuis 5 ans, Triskalia accompagne ses adhérents dans leurs projets, dans le but de sécuriser les choix techniques, le financement et de faciliter les démarches administratives.

 

60 unités de méthanisation agricole en Bretagne

L’Etat et la Région Bretagne, dans le cadre du Schéma Régional Climat-Air-Energie (SRCAE), se sont fixés des objectifs ambitieux pour développer les sources d’énergie alternatives aux énergies fossiles, principalement les énergies renouvelables. Ainsi, le parc breton de méthaniseurs agricoles compte actuellement près de 60 unités en fonctionnement1, dont les typologies sont variées. Si les effluents d’élevage représentent, en tonnage, la part principale de l’approvisionnement de ces unités, les substrats végétaux et les déchets agro-alimentaires constituent généralement un complément permettant d’augmenter la puissance des installations. Dépassant dorénavant les 200 kW2, la puissance électrique moyenne des unités agricoles bretonnes (individuelles ou collectives) évolue à la hausse, avec l'agrandissement progressif des unités “pionnières”. En parallèle, de plus en plus de projets s’orientent vers l’injection réseau, si le réseau gaz est suffisamment proche.

 


Taille du texte

L'évènement

Mois européen de la cybersécurité : trois permanences dans le Finistère

Bénéficiez d'un entretien individuel de 30 minutes avec un expert finistérien signataire de la charte Cybersécurité, le 2 octobre à Brest, le 11 à Quimper ou le 18 à Morlaix. Gratuit mais inscription obligatoire.