Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Ports de Saint-Malo et Cancale : Edeis, nouveau concessionnaire pour 10 ans, va engager 50 M€ d’investissement notamment sur le volet environnemental

Véronique Maignant, le 04.11.2019

Propriétaire des ports de Saint-Malo et Cancale, la Région Bretagne a annoncé sans surprise ce lundi 4 novembre 2019 avoir confié leur gestion à la société Edeis. Celle-ci va engager 50 millions d’euros d’investissements qui viendront s’ajouter aux 140 millions d’euros prévus par la Région.  La CCI Ille-et-Vilaine dont la candidature n’a pas été retenue prend acte de la décision. La signature du contrat aura lieu à Saint-Malo fin novembre.

Loïg Chesnais-Girard et Martin Meyrier, respectivement Président et Vice président de la Région Bretagne
V.Maignant

« C’est à l’unanimité que la commission permanente du Conseil régional a attribué ce jour le marché à la société Edeis, explique Loïg Chesnais Girard, Président de la Région Bretagne. Son offre est apparue comme la plus à même de répondre aux ambitions prescrites dans le cahier des charges, à savoir développer les activités de commerce, de réparation navale, de pêche et de transport passagers. Ceci avec une contrainte environnementale forte, le port étant intégré à la ville ».

"Ce renouvellement de concession intervient à la fin d’un vieux contrat de plus de 60 ans, poursuit Martin Meyrier, vice-président en charge de l’économie. Datant de 1957, la délégation de service publique (DSP) actuelle devait s’achever fin 2018. Nous avons fait le choix de la prolonger d’un an afin de définir son futur périmètre et d’en sortir les investissements indispensables à la modernisation du Terminal ferry du Naye. En attribuant 110 million d’euros au seul Terminal passagers, nous demandions au candidat de se concentrer sur les investissements liés aux 4 autres activités (pêche, trafic de marchandises, transport de personnes et réparation navale) regroupés sur 2 sites ».

 

Transparence des données sur la qualité de l’air

Performance économique, performance financière, performance environnementale, performance sociale et niveau de garanties tels étaient les cinq critères présents au cahier des charges et sur lesquels la Région s’est appuyée pour établir son choix. Si les élus ne communiquent pas encore sur les résultats obtenus par chacun des deux candidats, il semble que la performance environnementale d’Edeis ait pu faire la différence. « Le nouveau concessionnaire s’engage à communiquer en toute transparence sur les données relatives à la qualité de l’air. C’est une approche totalement disruptive souligne Martin Meyrier. Sur les 50 millions d’euros d’investissement qu’Edeis s’est engagée à réaliser, une partie sera d’ailleurs consacrée dans les deux premières années au volet environnemental. Objectif : mettre fin aux poussières générées par les opérateurs lors du débarquement des marchandises.

 

Une place de marché pour les crustacés

Dans son offre, Edeis a aussi mis en avant sa volonté de développer le port de pêche, d’en faire une place de marché. Selon le nouveau concessionnaire, Saint-Malo pourrait devenir « un des premiers ports français en crustacés ». Au final, sur les 10 prochaines années, ce sont presque 200 millions d’euros (190 exactement) qui vont être investis sur les ports de Saint-Malo et Cancale. « Les 30 millions qui ne sont pas attribués au terminal du Naye viendront en appui des investissements du concessionnaire. Concernant les compétences, les 90 ETP seront repris dans leur intégralité par Edeis » précise Martin Meyrier.

 

La CCI demeurera un partenaire impliqué et vigilant

De son côté, la CCI Ille-et-Vilaine indique dans un communiqué de presse prendre acte de la décision du conseil régional et ajoute : « Nourrie de l’expérience de la CCI, l’offre s’appuyait sur un projet ambitieux et objectif, responsable et adapté aux attentes des entreprises et usagers des Ports. Elle était ancrée sur une démarche pérenne et globale de développement. La CCI restera très attentive aux conditions dans lesquelles les entreprises liées aux Ports -directement et indirectement- pourront y exercer leurs activités. Il en ira de leur compétitivité et des emplois qui en dépendent. La CCI demeurera, aux côtés des entreprises, un partenaire impliqué et vigilant, notamment à la préservation du caractère industriel et commercial de cet équipement très structurant pour l’économie bretonne. ».

 

« Nous sommes sur des moments de bascule pour l’ensemble des ports de Bretagne, conclut Loïg Chesnais-Girard. Nous clarifions le modèle économique et le périmètre qui est aujourd’hui régional. Ce choix d’un nouveau délégataire pour les ports de Saint-Malo et Cancale nous permet de réaffirmer notre volonté de renforcer les pots bretons dans un contexte de concurrence européenne et de Brexit ». En effet, déjà renouvelés, en 2009, les contrats de concession des ports de Brest et Lorient arrivent également à leur terme : nouvelle DSP pour Lorient au 1er janvier 2020 : (procédure en cours). Pour le port de Brest, la Région envisage de constituer une Société portuaire, au côté de la CCI et de Brest Métropole, qui aura vocation à assurer les missions de développement stratégique du port, dans le cadre d’un contrat de service public négocié avec la Région pour 2021.