International
Croissance

Ateme se renforce à Rennes avec un million d’euros investis dans son centre de R&D

En croissance de 12%, Ateme renforce son ancrage à Rennes où il concentre 70% de ses équipes R&D soit près de 200 personnes sur un effectif global de 580. Implanté depuis 2015 au sud-est de la capitale bretonne, le champion français des solutions de compression et de diffusion vidéo à destination des diffuseurs TV, des opérateurs télécoms et des plateformes de streaming a investi environ un million d’euros dans l’agrandissement et la rénovation de ses locaux. Il entend ainsi conserver son attractivité au cœur d’un bassin d’emploi qui abrite historiquement tout un écosystème d’acteurs internationaux et pépites locales spécialistes de la compression et la diffusion vidéo. L’inauguration aura lieu le 20 juin prochain.
DR
Michel Artières, cofondateur et PDG d’Ateme

Fondé en 1991, Ateme se distingue sur un marché particulièrement technique en développant historiquement des logiciels d’encodage, de transport puis de distribution des vidéos, qui sont vendues à des chaînes télévisuelles (TF1, M6) ou des opérateurs télécom. « Notre technologie permet de préserver la qualité des vidéos une fois diffusées, tout en faisant en sorte qu’elles soient moins lourdes en termes de données à transporter », explique Michel Artières, cofondateur et PDG d’Ateme. En 2014, lorsque l’entreprise s’introduit en bourse sur le marché Euronext, elle pèse 20 millions d’euros. Dix ans plus tard, en 2023, elle affiche un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros pour un effectif global de 580 personnes répartis dans une vingtaine de pays. « Depuis 2014, nous avons fait plus 10 millions d’euros tous les ans, soit une croissance moyenne annuelle de 12%. Nous comptons un millier de clients issus d’une centaine de pays. »

2020, développement dans le streaming vidéo

Entre temps, en 2020, Ateme a repris Anevia spécialiste de la distribution de sa technologie d’encodage auprès des plateformes de streaming sur lesquelles se concentrent désormais toutes les opportunités de business. Contrairement à ses concurrents, des américains pour l’essentiel comme Harmonic ou Mediakind, mais aussi l’anglais Synamedia, Ateme propose des solutions logicielles de compression de contenus sur toute la chaîne de valeur, de l’encodage jusqu’à la distribution « y compris pour les vidéos en streaming dont l’usage et l’offre de contenus est en pleine explosion. » En 2023, l’entreprise a également su répondre à la demande de certains opérateurs télécom comme Swisscom pour transposer le cloud DVR vers un cloud public (Google cloud, Microsoft Azur, Amazon Web Services …). « Aujourd’hui, les opérateurs télécom veulent se recentrer sur leur cœur de métier, le réseau et leurs abonnés, et externalisent vers les clouds publics la gestion des datacenters. Nous avons donc optimisé nos solutions logicielles sur ces architectures. »

 

Rennes, l’excellence en matière de R&D

Basée en France, la R&D représente 50% des effectifs du groupe dont les trois quarts à Rennes et le reste à Vélizy, au siège. « La présence historique d’Orange, le rachat en 2015 de Thomson Vidéo Networks par Harmonic et d’Envivio par Ericsson, désormais aux mains de Mediakind, ainsi que le développement d’un certain nombre de PME et de structures publiques (Images et Réseaux, b-com …) font de Rennes une place stratégique en matière de diffusion de streaming vidéo. On y trouve l’excellence en matière de R&D », poursuit le PDG. En doublant ses effectifs rennais en l’espace de quatre ans, passant d’une centaine à près de 200, les locaux situés sur la Zac Saint Sulpice entre Rennes et Cesson-Sévigné étaient devenus trop exigus et plus en phase avec les attentes des collaborateurs. « Nous avons réunis deux bâtiments en un afin de créer un espace collaboratif, convivial servant de lieu de restauration. » La surface totale a doublé, elle est passée de 1 100 m² à 2 300 m². « Le télétravail au bon dosage est efficace, et nous sommes bien organisés pour travailler à distance puisque beaucoup d’équipes sont partagées entre Rennes et Vélizy. Nous souhaitons néanmoins une présence à minima de 2 jours par semaine pour éviter le phénomène d’isolement qu’on a pu voir pendant le confinement. »

L’avènement du Spatial Computing

L’investissement total de ce projet d’extension, de près d’un million d’euros, en dit long sur les ambitions du groupe. Si les perspectives offertes par le marché du streaming vidéo sont prometteuses, elles impliquent de travailler sur des stratégies innovantes, en dégradant le moins possible la qualité d’image. Ensuite, le développement du cloud, requiert de continuer à adapter la structure des logiciels afin qu’ils puissent tourner sur les principales plateformes (Azure ou Amazon par exemple). En mars 2024, Ateme a également annoncé que ses encodeurs TITAN peuvent désormais fournir du contenu stéréoscopique 3D pour le casque de réalité virtuelle développé par Apple vision pro. « A domicile, via leur écran, les spectateurs sont immergés dans l’action à travers des scènes virtuelles réalistes et des personnages représentés en vidéo stéréoscopique 3D. Cette nouvelle technologie permet aux fournisseurs de contenus et aux détenteurs de droits de proposer une double billetterie, sur site, en direct et à domicile, en 3D. Prenez un événement sportif : via Apple Vision pro, le téléspectateur peut le vivre au cœur de l’action en étant toujours placé au meilleur endroit au meilleur endroit. Toutes ces innovations, on les doit en grande partie aux ingénieurs rennais », conclut Michel Artières. Cette révolution en marche s’appelle le Spatial Computing et devrait conforter la croissance d’Ateme dans les années à venir.

Évènements

AGENDA DES ÉVÈNEMENTS À VENIR

Palmares
des entreprises
bretonnes

PALMARES 2023-2024 Je commande

Bretagne Économique