Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Agroalimentaire breton : comment attirer des candidats et les fidéliser ?

Véronique Maignant, le 24.04.2018

Avec 6 500 établissements et près de 100 000 actifs, le secteur agroalimentaire breton pèse fortement sur l’économie régionale. Confrontés à la pénurie de main d’œuvre, les professionnels du secteur se sont réunis à Rennes ce lundi 23 avril, à l’initiative de l’Association bretonne des entreprises de l’agroalimentaire (Abea). Parmi les solutions envisagées : une meilleure prise en compte de l'expérience des candidats et de l'attractivité du secteur. 

Produits laitiers, commerce de gros,  marchés de la viande et de la volaille, mais aussi activités dans l’artisanat avec les métiers de la boulangerie, la pâtisserie, la boucherie, l’épicerie et la vente de produits alimentaires, l’agroalimentaire breton regroupe un nombre grandissant d’activités. Côté emplois, plus de 9 200 contrats à durée indéterminée ont été signés en Bretagne, en 2017. Pour autant, plus de 40% des entreprises ont rencontré des difficultés à embaucher, soit par manque de candidats motivés, soit du fait de profils inadaptés au poste à pourvoir.

Avec des perspectives de recrutement au moins équivalentes en 2018 et un regain de croissance amorcé sur l’ensemble de la région, le secteur agroalimentaire doit plus que jamais se mobiliser pour faire converger les dynamiques emploi et formation. Et ce, dans un contexte où un peu moins d’un établissement sur deux du secteur a engagé une action de formation en 2017.

La place de l’expérimentation autour d’innovations pédagogiques apparait être un facteur clé de succès de l’accélération des parcours de formation à venir, tant pour les industries que pour l’alimentation de détail, avec des formations en situation de travail, des certifications de savoirs fondamentaux (CléA) ou l’apparition de la réalité augmentée comme outil de formation.

Un nouveau marqueur fait également son apparition : l’expérience du candidat ou du salarié. Elle est désormais au cœur des préoccupations des actifs, quels que soient leur âge ou leur positionnement dans l’entreprise. Ainsi les dimensions recrutement, intégration, mais aussi la lisibilité des parcours professionnels proposés, la formation et la communication sont aujourd’hui autant de composantes de la « Marque Employeur » dont doivent s’emparer au plus vite les entreprises du secteur.

En filigrane de ces enjeux, la question de l’attractivité du secteur apparait comme la clé de voûte des problématiques Emploi et Formation. Avec un quart des établissements du secteur ayant accueilli et formé un apprenti en 2017, et la moitié des recrutements effectués auprès des moins de 30 ans, un point majeur a été soulevé par les entreprises du secteur de l’alimentaire présentes ce 23 avril* : l’intégration. Une bonne intégration est, en effet, un facteur clé pour fidéliser les nouveaux entrants.

*Plus de de 15 entreprises différentes sont venues témoigner dont Triskalia, Even, Henaff, Pâtisserie Le Daniel, Maison Beucher, Quintin viande…

Contact : ABEA

Lire aussi 


L'évènement

Open de l'industrie 2020. Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 30 septembre

Pour sa 5ème édition, l'Open de l'Industrie se déroulera le mardi 13 octobre, de 13h30 à 18h30, au Palais des Arts et des Congrès de Vannes.
Pour des raisons évidentes liées à l’évolution de la crise sanitaire, le comité d'organisation de l’Open de l’industrie a pris la décision de réduire la programmation de cet événement.
C’est pourquoi, exceptionnellement cette année, l’Open de l’industrie se déroulera sur une demi-journée.

Au programme :

13h30 – Remise de Trophées Crisalide Industrie #3
A partir de 14h40 – Rencontres B2B
A partir de 14h40 – Ateliers thématiques
17h – Conférence exceptionnelle de Marc Halévy et Iker Aguirre : “Qu’est-ce qui nous arrive ?”

Pour participer à cet événement, inscriptions en ligne jusqu'au 30 septembre.