Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

1er Forum économique breton : "C’est le moment ou jamais de reconstruire ensemble de nouvelles stratégies"

Véronique Maignant, le 08.09.2020

Deux jours de propositions et de réflexions pour la relance de l’économie :  c’est l’objectif majeur que se sont fixés les participants à ce 1er Forum économique breton (Feb). Chefs d’entreprise, élus et décideurs de tous bords, ils sont près de 500 à avoir fait le déplacement, ce jour à Saint-Malo, heureux de se retrouver enfin « en vrai ». Organisé par l’agence parisienne We’ll en lien étroit avec la Région Bretagne, le Feb propose de suivre aussi en distanciel, depuis son site,  tous les Talk shows, interviews et autres  grands plateaux. Emploi, relocalisation industrielle, transition écologique et transition numérique ont rythmé les débats de cette première journée.

Deux jours de propositions et de réflexions pour la relance de l’économie :  c’est l’objectif majeur que se sont fixés les participants à ce 1er Forum économique breton (Feb).

Prévu de longue date, bien avant l’arrivée du Covid, le Feb a bien  failli être annulé. Mais pour Loïg Chesnais Girard, Président de la Région et maître de cérémonie de la plénière de lancement, « il fallait le faire . C’est le moment ou jamais de reconstruire ensemble de nouvelles stratégies pour faire redémarrer le territoire et transformer l’économie. Nous avons vécu un crash économique sans précédent, il nous faut tracer le chemin pour travailler ensemble. Le Feb est l’occasion d’amorcer ce travail et le faire vivre dans la durée.  La Bretagne s’en est toujours sortie par le collectif. Nous sommes tous dépositaires d’un bout de cette Bretagne », at-il lancé à l’assemblée et aux partenaires qui se sont ensuite succédés sur la scène de l’auditorium du Palais du Grand large à Saint-Malo. Pour l’ensemble des parties prenantes à ce forum, l’enjeu est  d’imaginer une croissance plus verte, plus respectueuse des envies de chaque citoyen, plus équilibrée aussi en matière d’infrastructures, dans un contexte de transitions écologique  et numérique.

 

Renforcer le lien avec les groupes nationaux

Parmi les principaux partenaires du Feb, on trouve le Medef Bretagne ou Niji,  mais aussi des grand groupes comme Arkea ou Yves Rocher.  Ces derniers ont la particularité de puiser leur réussite dans leurs racines bretonnes. Leur présence, pour l‘un comme pour l’autre, est « évidente ». D’autres grands groupes nationaux comme SNCF, Engie ou encore Enedis ont eux  aussi souhaité s’engager dans ce forum.  En effet, si le Feb est l’occasion de retrouver un ensemble d’acteurs qui fait la cohésion de la Bretagne , il vise aussi à renforcer le lien avec les groupes nationaux. « A l’avenir, la préférence Bretagne doit  faire partie de leurs choix stratégiques », souligne Hugues Meili, Président de Niji . De fait, les relocalisations industrielles passeront aussi par les choix de ces grands groupes.  Pour Hervé Kermarrec, Président du Medef Bretagne, « le Feb doit nous permettre de travailler sur l’attractivité de la Bretagne. Avant le Covid, la Bretagne était en situation de quasi plein emploi. Nous devons nous attacher à retrouver ce niveau ».

 

Groupe Rocher : performance économique et prise en compte du bien commun

Grand témoin de cette plénière de lancement, Briec Rocher, Président du Groupe Rocher est revenu longuement sur sa vision de l’entreprise à mission.  Le groupe breton de cosmétiques a officiellement adopté ce statut à la fin de l’année 2019 et définit ainsi sa raison d’être : « Reconnecter les hommes et les femmes à la nature ». « Pour la trouver nous sommes allés puiser dans l’expérience personnel de notre grand-père, explique-t-il. A travers elle, nous avons compris que la nature a un impact bénéfique sur notre bien-être. S’ensuit alors logiquement une volonté d’agir sur la planète. Nous devons transformer notre business model mais en nous s’appuyant sur un socle de valeurs qui ne doit pas varier dans le temps. Par exemple, à l’horizon 2030, tous nos sites dans le monde doivent devenir des refuges de biodiversité ».

Crise du Covid :  un rebond rapide

Il est aussi revenu sur les premièressemaines de la crise du Covid. « Comme tout le monde, nous avons vécu un cataclysme. La première semaine, nous nous sommes focalisés sur le cash, notre capacité à nous refinancer. La seconde semaine, sur la sécurité. Puis très vite, il a fallu rebondir et reprendre contact avec nos clientes, prendre de leurs nouvelles, être attentif. Nous avons besoin d’être connectés les uns aux autres. Par chance, nous n’avons pas attendu la crise pour pivoter. Depuis trois ans nous utilisons le social selling , outil de  vente direct via les réseaux sociaux , mais avant tout outil de connexion , de relation».

Sur le télétravail, Brice Rocher estime que les entreprises ont été très réactives. « Durant cette période, j’’ai aussi pu constater combien par temps calme nous ne bougeons pas. Mais quand nous faisons face à une tempête, nous avons une capacité de réactivité incroyable.  C’est une caractéristique bien française. Force est de constater que toutes les entreprises ont réussi à mettre leurs collaborateurs en télétravail en moins de trois jours. Ca, c’est positif ! De même, on, ne peut plus voyager et bien on a appris à faire autrement. Et on a découvert qu’on pouvait faire tourner la boîte sans voyager.  A l’avenir, nous allons réduire notre budget voyage de moitié par rapport à celui de 2019. C’est bon pour la planète, ce sont des économies, au final c’est bénéfique pour tout le monde ».

Dans les années à venir le Groupe Yves Rocher entend poursuivre son ancrage territorial avec des objectifs forts en matière de RSE. En 2030, l’ensemble des sites bretons du groupe seront bas carbone, « ce qui devrait nous permettre de réduire nos émissions de Co2 de 50% à l’horizon 2030», conclut le dirigeant.

Suivre en direct tous les débats sur www.Fe-breton.bzh

 


L'évènement

L'Economie en question. La CPME 56 organise un débat le lundi 5 octobre à Lorient

L'Economie en question. La CPME 56 organise un débat le lundi 5 octobre à Lorient

Comment anticiper la récession de l’économie en essayant de comprendre des problèmes et des situations qui ne manqueront pas de se poser à notre économie dans les prochaines semaines voire dans les prochains mois?

Pour répondre à cette question et aux difficultées dans lesquelles les TPE/PME du territoire sont confrontées, la CPME 56 organise une réunion sur le contexte économique post-covid qui a mis les entreprises à l’arrêt et provoqué des problèmes économiques et sociaux qui ont surgi et qui ne manqueront pas de se développer avec une acuité violente.

Lundi 5 octobre 2020 à 18h45 au Palais des congrès de Lorient
Participation gratuite / Inscription en ligne

 

Pierre Montel, Président de la CCI Morbihan, animera le débat et favorisera les échanges entre tous. Antoine Lemaistre présentera le CIP, garant d’une partie de la solution.

 

Recommandations