Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Nous avons deux métiers à cheval entre l‘agriculture et l‘agroalimentaire, explique avec fierté Estelle Le Helloco, PDG de l’entreprise
Véronique Maignant
Nous avons deux métiers à cheval entre l‘agriculture et l‘agroalimentaire, explique avec fierté Estelle Le Helloco, PDG de l’entreprise

Côtes d'Armor   Le Helloco Accouvage investit pour durer

Véronique Maignant, le 04.02.2017

En 10 ans, Le Helloco Accouvage a investi 10 millions d’euros dans un accouvoir ultra moderne à Loudéac. Aujourd’hui, son avance technologique lui permet de rester compétitif, en particulier à l’export, où elle réalise 35% de son activité

« Nous avons deux métiers à cheval entre l‘agriculture et l‘agroalimentaire, explique avec fierté Estelle Le Helloco, PDG de l’entreprise créée par son père en 1973. Le premier est d’élever des dindonneaux, futurs reproducteurs, qui seront acheminés vers des sites de ponte où ils produisent des œufs à couver de dindes. Le second, réalisé par des machines dernier cri, consiste à incuber des œufs à couver pour éclore des dindonneaux d’un jour ». En plein mois d’octobre, l’entreprise familiale travaille pour les fêtes de Noël et son outil de production est à saturation : 350 000 dindonneaux sortent chaque semaine de l’accouvoir. Ce dernier achève sa 3ème et dernière phase d’un plan d’investissement initié il y a 10 ans et devient au passage le plus performant de France.

 

Un marché domestique à nouveau fragilisé

« Depuis 2 ans nous avions trouvé un certain seuil d’équilibre, mais cette année le marché français de la dinde chute à nouveau. C’est d’autant plus regrettable que depuis 15 ans, après chaque baisse, nous n’avons jamais su rattraper notre retard. La consommation n’est pas en cause. Au contraire, depuis quelques années la volaille bénéficie d’une bonne image en termes de prix et de qualités diététiques. Les places que nous libérons sont prises par l’import. Le Brésil mais plus encore la Pologne sont particulièrement offensifs » poursuit Estelle Le Helloco. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en 2000, la France produisait 2,4 millions de dindes contre 900 000 en 2016. Plus que jamais, la dirigeante souhaite un sursaut de la filière qui a sans doute trop tardé à investir dans des technologies de pointe et peine aujourd’hui à attirer les jeunes talents. « C’est pourtant une nécessité pour rester performant, motiver ses équipes, recruter les meilleurs et au final devenir un acteur incontournable ».

 

Un savoir-faire unique basé dans l’Ouest

Le Helloco Accouvage est la seule entreprise indépendante parmi les quatre acteurs exerçant en France le métier d‘accouveurs de dindes. Leurs savoir-faire concentrés dans l’Ouest confèrent à la Bretagne une place unique en Europe. « Il existe ici un maillage extraordinaire de tous les professionnels qui gravitent autour de notre métier : des vétérinaires, des sexeurs, des sélectionneurs, etc. Il serait dommageable pour toute la filière et pour l’emploi en général que de tels savoir-faire disparaissent», avertit Estelle Le Helloco. La filière espère relever la tête avec la mise en place du nouvel étiquetage qui s’imposera aux industriels dès le printemps 2017. En effet, les viandes (y compris de volailles) transformées contenant plus de 8% de viandes étrangères ne seront pas étiquetées « produit d'origine française ». Une façon d’encourager l’achat de viande produite en France et de conforter la filière.

 

Un marché structurellement à l’export

 

Avec le rachat d’Amice-Soquet en 2013, Le Helloco Accouvage a vu sa production doubler en deux ans. Son chiffre d’affaires 2015-2016 (30.06) atteint 22 millions d’euros, il ne s’élevait qu’à 12 millions en 2013. A l’époque, l’export représentait déjà plus d’un tiers de l’activité. Si l’entreprise s’est d’abord intéressée à l’Europe, au fil du temps sa clientèle étrangère s’est élargie aux pays du Maghreb, Moyen-Orient, Iran, Russie. « L’export reste très dynamique. Les marchés bougent sans cesse sous l’effet de l’évolution des modes de consommation mais aussi et surtout des crises sanitaires que nous subissons. Or, en dehors de l’Europe, chaque pays décide de ses propres sanctions. C’est aujourd’hui hui le cas avec l’Iran. Il y a deux ans, nous avons réussi à investir ce marché. Très prometteur, il a fermé ses frontières du jour au lendemain. Par contre, nous n’avons pas été affectés par l’embargo russe. Il faut dire que le développement que connaît le pays dans la filière dinde est inédit au monde. Le gouvernement russe a énormément investi dans la production ». Si les crises à répétition dans la filière perdurent sur le marché domestique, l’export pourrait devenir rapidement majoritaire dans l’activité de Le Helloco Accouvage. Un scénario d’autant plus réaliste qu’il lui reste tout une partie du monde à explorer : l’Asie et son géant la Chine.


Chiffres clés

Année de création : 1973

CA 2015-2016 : 22 M€

Effectif : 120


 

Taille du texte

L'évènement

Les mercredi 6 et jeudi 7 septembre, à Quimper, auront lieu les Blue Deiz. Cette académie de la Blue Economy en Cornouaille se tiendra à la CCIMBO, à l’Ecole de Management Bretagne Atlantique (EMBA) et aux Halles de Quimper. Au programme, des conférences, des workshop et des tables rondes, en présence de Gunter Pauli (Fondation Zeri).