Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Self Signal (Cesson-Sévigné - 35) renoue avec la croissance et vise un CA de 8 millions d'euros 2012, après avoir atteint 6,9 millions en 2011

Bretagne économique, le 11.04.2012

Suite à une période d’observation d’un an, de juin 2010 à juillet 2011, consécutive à une procédure de redressement judiciaire, Jean-Charles Jégo, Président de Self Signal explique : «on a toujours 20% de fournisseurs que nous payons comptant. Cependant, si nous avons pu poursuivre notre activité c'est avant tout parce que nous avons su saisir à temps le tribunal de commerce et que l'Urssaf a joué le jeu. Autre facteur important, n'ayant pas chargé en stocks avant de me déclarer en cessation de paiement la grande majorité de mes fournisseurs a continué à me faire confiance ». Créée en 1985, Self Signal a été reprise par Jean-Charles Jégo en 2005. Spécialisée à l'origine dans la signalisation routière, l'entreprise s'est diversifiée au fil du temps vers d'autres types de signalétiques, des totems, des plans mais aussi du mobilier urbain.

Aujourd’hui, ce marché représente 50% de son activité. L’autre moitié concerne la réalisation d’enseignes commerciales, de stands, d’équipements et aménagements de magasins jusqu’aux éclairages. Avec 34 métiers différents pour un effectif total de 70 personnes, Jean Charles Jégo poursuit : « nous sommes un village d’artisans et Bretagne Ateliers (entreprise adaptée basée en Ille-et-Vilaine dont la finalité vise l’insertion socioprofessionnelle des personnes fragilisées par un handicap) est notre outil industriel. Nous sommes de véritables partenaires. La particularité de Self Signal réside dans la fabrication de panneaux en plastique, normés, plus chers mais hautement résistants. Nous fabriquons beaucoup de hors standards et 50% de nos commandes partent dans la semaine. Le panier moyen tourne autour de 1 000 euros même si en ce moment nous travaillons sur la décoration intérieure d’un centre commercial, un marché qui s’élève à 250 000 euros. Autre exemple, nous avons collaboré avec l’Ademe Bretagne sur la signalétique des déchetteries et sommes désormais sollicités par un grand nombre de communautés de communes à l’échelle nationale. » Avec un CA en janvier 2012, en hausse de 15 -20 % par rapport à l’année dernière sur la même période, le dirigeant reste serein. Il pense pouvoir investir de nouveau, de manière à poursuivre ses projets, en particulier celui qui concerne la création de néons et autres luminaires contemporains. Pour atteindre son objectif de 8 millions d’euros, il embauchera dans les semaines à venir, 4 personnes à des postes de marketing et de production. « Il ne faut pas avoir honte d’aller au redressement judiciaire, l’essentiel est de se relever », conclut-il en forme de conseil.


Recommandations