Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Bretagne Ateliers (35) capte 1,050 million d’euros de souscriptions auprès d’investisseurs régionaux

Bretagne économique, le 05.01.2012

Le 1er septembre 2011, Bretagne Ateliers, l’une des plus importantes entreprises adaptées industrielles de France, basé en Ille-et-Vilaine a lancé son opération d’émission de titres associatifs pour conforter ses fonds propres et accélérer sa stratégie de diversification.
Créative depuis plus de 35 ans sur le champ social et industriel, l’entreprise innove cette
fois pour trouver une nouvelle source de financement. En tant qu’acteur de l’économie sociale et solidaire, Bretagne Ateliers, de part son statut associatif, n’est pas éligible aux sources de financement à vocation capitaliste classiques. L’entreprise adaptée s’est tournée vers l’émission de titres de créances, adaptés à son statut ; les titres associatifs.
L’opération de levée de fonds, fixée pour un montant minimal de 500 000 euros et maximal de 2 millions d’euros, s’est clôturée le 31 décembre 2011. Elle a permis à l’association Bretagne Ateliers de réunir 1,050 millions d’euros de souscriptions auprès d’investisseurs qualifiés. L'émission de Titres associatifs clôturée le 31.12.2011 compte 10 souscripteurs.
Mr Faber Emmanuel, Mr Pierre-Yves Legris et Mr Jean-Paul Legendre - à titre personnel.
La SAS OCDL Groupe GIBOIRE, CRAMA Bretagne Pays de Loire, TRIBALLAT Noyal SAS, la Compagnie Foncière de la MACIF, MANUTAN International, PEUGEOT CITROEN AUTOMOBILES SA, le CREDIT AGRICOLE Mutuel d'Ille et Vilaine.

Présentation succincte de la stratégie commerciale de BRETAGNE ATELIERS :


De culture industrielle, l’entreprise adaptée Bretagne Ateliers est souvent assimilée comme prestataire dédié à l’automobile. Il est vrai que cette activité historique lui a permis de développer ses emplois et ses compétences mais aujourd’hui ses savoir-faire et son expertise largement reconnus lui permettent de capter de nouveaux marchés et de limiter ainsi sa dépendance au secteur automobile (65 % de son CA en 2008).


L’entreprise a acté ce choix de diversification en 2008, en concentrant sa stratégie de développement sur deux axes :


- Diversification de secteurs industriels (hors automobile), sur son coeur de métier ; intégrateur ensemblier.


- Développement d’une activité de service tertiaire auprès des banques, assurances, collectivités et services de l’Etat : reprographie et numérisation de documents.


Bretagne Ateliers reste toutefois à l’écoute de son client principal PSA Peugeot Citroën et des


équipementiers locaux pour répondre à leurs besoins et aux mutations inévitables du secteur automobile.


Bretagne Ateliers prend pied dans de nouveaux secteurs industriels :


Aujourd’hui l’entreprise développe son activité sur divers secteurs, et entend bien progresser dans sa stratégie de diversification pour les années à venir.


Les chiffres de 2010 montrent qu’elle est déjà bien engagée sur cette voie.


Son secteur industriel hors automobile regroupe les équipements pour industriels et particuliers, le ferroviaire et le matériel agricole. L’évolution est évidente et les chiffres en témoignent. En 2010, il représentait 56% du CA contre 34.5 % en 2008. Un développement en partie dû à une année 2010


difficile pour l’automobile mais aussi au travail des équipes commerciale, industrialisation et production de Bretagne Ateliers en termes de diversification.


Ce pourcentage devrait rester quasiment à l’identique d’ici 2013.


Il faut noter que les chiffres de l’entreprise sont fortement impactés par « l’effet cycle » lié à l’automobile.


- Le ferroviaire avec la SNCF et Alstom Transport, inexistant en 2008, devrait représenter 11% du CA de l’entreprise d’ici 2013.


- Les équipements de chauffage faisant partie du secteur d’activité « Biens d’équipements particuliers » et la signalétiq ue, intégrée dans les « Biens d’équipements industriels » sont des activités qui tendent également à se développer.


- La part de CA dédié au matériel agricole, reste stable en valeur absolue.


La démarche commerciale de Bretagne Ateliers est centrée sur les grands donneurs d’ordre en direct tels que Leroy Merlin, Alstom, SNCF, Manutan… ou sur les prospects qu’il peut toucher grâce à la stratégie d’alliance mise en place avec ses clients industriels, Self Signal, Insignis, Satisform…


Cette stratégie d’alliance, très porteuse pour Bretagne Ateliers lui permet d’approcher des groupes tels que la SGREG, SPIE, mais aussi des collectivités. Les clients d’aujourd’hui ont de nouvelles exigences auxquelles Bretagne Ateliers doit s’adapter.Accoutumée à la production grande série, propre à l’automobile, l’entreprise doit à présent répondre àdes productions dont les séries sont moindres. Cela nécessite une réorganisation des sites industriels et une acquisition, pour les salariés, de compétences nouvelles. Les petits clients industriels, pour lesquels Bretagne Ateliers ne peut apporter de réponse économique ou humaine satisfaisante, sont progressivement arrêtés.


Bretagne Ateliers développe de nouvelles activités dans le secteur tertiaire :


Le développement d’activités du secteur tertiaire répond à un double enjeu pour Bretagne Ateliers :


- Apporter une réponse au secteur tertiaire qui emploie beaucoup de salariés en France et qui a


des difficultés à remplir son obligation d’emploi de personnes handicapées,


- Sortir d’une dépendance à 100% du secteur industriel qui diminue en France en termes d’emploi


et qui nécessite des capacités de travail qui ne correspondent plus à celles de certains salariés de l’entreprise.


Bretagne Ateliers développe son activité de reprographie initiée avec le Crédit Agricole d’Ille et Vilaine


et souhaite démarrer, courant 2011 une activité de numérisation en partenariat avec Flandres Ateliers.


Cette entreprise adaptée du Nord de la France, travaillant auparavant uniquement sur le secteur


industriel, a réalisé cette mutation il y a deux ans, en partant du même constat. Ses clients sont


aujourd’hui : ORANGE, SNCF… pour le traitement des réclamations et la numérisation des documents


sans archivage papier.


Ce secteur d’activité va se développer dans les années à venir compte tenu du souhait de standardiser


le travail sur support numérique dans le secteur tertiaire.


En 2008, le secteur tertiaire représentait 0.5% du CA de Bretagne Ateliers. Aujourd’hui l’entreprise


travaille principalement pour le Crédit Agricole et Groupama et entend bien intéresser de nouveaux


clients… Les efforts de diversification dans ce domaine devraient permettre à l’entreprise d’atteindre


un taux proche des 4% de son CA d’ici 2013.


Recommandations