Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Cogedis
Philippe Remaud, directeur général de Cogedis

Saint-Thonan (29). En intégrant l'intelligence artificielle, Cogedis devient le premier cabinet d'expertise-comptable augmenté

Maude Duval, le 10.02.2021

Cogedis est entré de plain-pied dans l'ère de l'intelligence artificielle. Après 4 années d'entrainement de son moteur IA à la lecture et la reconnaissance complète des factures, le Groupe national, dont le siège est dans le Finistère, se dit prêt à continuer sa mue pour faire évoluer le métier de comptable. La crise sanitaire et économique actuelle, qui impose le distanciel et accélère la numérisation des process, renforce ce choix. 

"Pour un cabinet d'experts-comptables, on a un temps d'avance sur la transformation numérique", assure sans vantardise Philippe Remaud, directeur général du groupe finistérien Cogedis. Et pour cause : dès 2015, quand d'aucuns abordaient la digitalisation par le seul biais de la dématérialisation, Cogedis approchait déjà les techniques de l'intelligence artificielle pour initier une révolution profonde de ses métiers et de sa culture d'entreprise. "Très tôt nous avons identifié les avantages de la numérisation des factures avec les premiers outils proposés par les éditeurs traditionnels. Nous avons aussi très vite compris que ces solutions de reconnaissance, sans l’utilisation de l’intelligence artificielle, ne pouvaient pas répondre à notre exigence de traiter plus efficacement les factures", reprend Philippe Remaud.

Basé à Saint-Thonan près de Brest et Landerneau, déployé dans 33 départements en France au travers de 85 agences, le groupe Cogedis traite chaque année 5 millions de factures pour le compte de 19 000 clients, principalement des agriculteurs, artisans, et commerçants, des TPE et PME également. "Avant l’arrivée de l’intelligence artificielle dans notre groupe, 50% du temps des collaborateurs était consacré à la saisie comptable", souligne le directeur général qui voit là un véritable levier de performance humaine à actionner. L'automatisation de la saisie comptable devient dès lors un axe stratégique.

Développer un réseau de neurones dédié au traitement des factures

Le groupe Cogedis se rapproche de la startup parisienne Dathim, intéressée par le développement d'un réseau de neurones dédié au traitement des factures. Les deux partenaires co-construisent et perfectionnent Conciliator Expert, un moteur d'intelligence artificielle affûté aux besoins de l'expert-comptable. "Pendant 4 ans, nous avons entrainé ce robot à lire et reconnaitre la totalité des éléments d'une facture, quels que soient sa taille et son format." 

Envoyées par les clients, les factures sont numérisées et traitées en temps réel par le moteur Concialiator capable d'identifier les différentes données pour les affecter directement dans le logiciel comptable. A ce jour, la "machine" traite quelque 30 000 factures par semaine. "Aujourd’hui, nous sommes prêts, nous sommes en capacité de cesser la saisie comptable manuelle pour nous consacrer davantage aux projets de nos clients", souligne Philippe Remaud.

Pas de retard d'activité malgré les confinements

En 2020, cette transition numérique anticipée a permis au groupe Cogedis de réagir plus rapidement et efficacement aux contraintes d'organisation du travail imposées par la crise et les confinements répétés. "En mars, nous avons pu poursuivre  à distance une activité normale sans pouvoir recevoir de clients dans nos agencesNous avions déjà les outils numériques intégrés : accès réseaux et serveurs, documents partagés, visio et signature électronique. Ainsi, nos projets ont continué d'avancer en 2020 et on a pu répondre rapidement aux besoins et questionnements de nos clients, en leur assurant un accompagnement spécifique et sur-mesure", souligne Philippe Remaud qui salue l'agilité des 900 collaborateurs qui font vivre le réseau Cogedis. En 2020, le groupe confirme un chiffre d'affaires établi à 75 millions d'euros.

Evolution du métier et des compétences

En 2021, la révolution numérique va faire place à la révolution du métier de comptable. L'automatisation de la saisie comptable accélère un changement de culture au sein de l'entreprise et ouvre le champ de la valorisation des compétences vers plus de conseil et de services clients. "Nous entamons cette année un important travail lié à la GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) et à la réécriture de nos référentiels pour amener nos collaborateurs à évoluer dans leur métier", explique le directeur général. 

La formation devient le nouveau levier stratégique du groupe, avec plus de 27 000 heures dédiées et cette question en point de mire : c'est quoi le métier de comptable demain ? "Le sujet n'est plus tabou chez nous. Nous revisitons nos produits, explorons de nouveaux services pour élaborer une offre plus agile, mieux ciblée et plus proche des besoins de nos clients."

Déjà, le groupe Cogedis a intégré de nouveaux profils, tels que des data analysts, des webmarketeurs.. et créé de nouveaux postes au sein d'un service d'accompagnement à la transformation numérique. "Je suis convaincu que la technologie va continuer de bouleverser le monde de la comptabilité, via les lois de finances par exemple qui ont déjà établi le prélèvement de l'impôt à la source et automatiseront demain le flux TVA à l'Etat. Il faut se tenir prêt à toujours bouger et s'adapter", conclut Philippe Remaud.

Voir le site Cogedis

L'évènement

29 octobre 2021 : les Premières Rencontres professionnelles Culture & Economie de La Gacilly

29 octobre 2021 : les Premières Rencontres professionnelles Culture & Economie de La Gacilly

La Culture et le Tourisme sont des atouts évidents pour la Bretagne. Partant de ce constat, le réseau Produit en Bretagne propose une journée de réflexion et d'actions en proposant les Premières Rencontres professionnelles Culture & Economie  qui se tiendront ce vendredi 29 octobre à La Gacilly.

La journée sera constituée de 2 tables rondes le matin, animées par Cécile Peltier, et de 4 ateliers participatifs l’après-midi, et rassemblera des professionnels de la culture et du tourisme en Bretagne, des élus, des journalistes, et des entreprises du territoire.