Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


L’immobilier en Bretagne : un marché serein et équilibré avec un effet LGV bien réel mais encore modéré

Véronique Maignant, le 22.06.2018

Après une année 2017 caractérisée par un volume de transactions exceptionnel, le 1er semestre 2018 retrouve un rythme normal. C’est ce qui ressort du dernier baromètre de l’immobilier présenté ce jour par les Notaires de l’Ouest. Sur l’ensemble de la région, les prix de l’immobilier progressent légèrement ou se stabilisent sauf dans les zones éloignées des grandes villes et des axes de circulation qui voient leurs prix décrochés.

Si les acquéreurs bénéficient toujours d’excellentes conditions de financement, avec des taux moyens de 1,50 % sur 15 ans, 1,70% sur 20 ans et de moins de 2% sur 25 ans, les notaires restent prudents pour les mois à venir. « En effet, la politique de l’Etat vis-à-vis de l’immobilier se durcit avec des mesures d'aides à l’accession (Pinel  et PTZ) recentrées sur les zones tendues ou la transformation de l’ISF en impôt sur la fortune ». Malgré tout,  les Bretons restent attachés à la propriété immobilière. Pour preuve, tous types de biens confondus, 44 % des acquéreurs sont originaires de leur département et 31 % de leur commune. Ils ont en moyenne 45 ans.

 

Appartement neufs

Depuis le début de l’année, le marché du neuf reste positif. Le prix médian est de 3 670 €/m², stable sur un  an mais en hausse de plus de 30% sur 10 ans. Sur le littoral, le neuf profite de la reprise du marché secondaire notamment dans le Golfe du Morbihan et sur la Côte d’Amour. Les ventes se concentrent sur des petites surfaces, 2 ou 3 pièces à des prix supérieurs à 4 000 €/m². Saint-Lunaire, la Trinité sur Mer et Quiberon affichent les prix les plus élevés au m², entre 4 910 €/m² et 5 150 €/m² .

 

Appartements anciens

La tendance à la hausse des prix constatée en fin d’année 2017 s’est confirmée au cours du 1er semestre 2018. Le littoral et toutes les villes de la Région à l’exception de Saint-Brieuc subissent la pression de la demande sur le marché de l’ancien. Avec un prix médian de 2 220 €/ m², les appartements anciens ont enregistré une hausse de prix de 4,1 % sur un an contre 0,6 % sur 5 ans. Les investisseurs, pour l’essentiel d’origine bretonne, sont vigilants sur la rentabilité de leur acquisition et intègrent de plus en plus la revente éventuelle de leur bien. Ils privilégient des petits logements. Leurs budgets vont de 50 000 € à Saint- Brieuc, 75 000  € à Brest, 100 000 € à Vannes et 120 000 € à Rennes.

Sur le littoral, les ventes se concentrent sur le marché secondaire. La hausse des prix s’est également confirmée dans de nombreuse stations prisées de la région : Saint-Malo, +8,8 % soit 3 080€/m², Roscoff +18,8% soit 2 030 €/m², Erquy +16,3% soit 3 050€/m²ou Quiberon +4,5% soit 3 600 €/m². « Les stations balnéaires à proximité de Saint-Brieuc bénéficient de l’effet de la LGV, tout comme Saint-Malo ».

 

Maisons anciennes

Après une année 2017 exceptionnelle en termes de volumes, ce 1er trimestre 2018 se caractérise par des stocks au plus bas et une demande toujours élevée. Résultat, on assiste à une progression des prix de 1,8% sur un an. « Malgré tout , nous n'avons pas rattrapé le niveau de prix de 2008. Le prix médian de 168 000 euros reste inférieur de 4 % à celui d’il y a 10 ans ». C’est dans les communes périphériques des villes que la pression de la demande est la plus notable. Dans les villes, les prix progressent aussi mais plus modérément entre +0,6% à Lorient soit 176 000 € et +5, 8% à Brest soit 164 500 €. A Rennes et Nantes, le prix médian des maisons s’établit à 330 000 € pour une surface habitable de 100 m² et à plus de 400 000€ pour 130 m².

« Sur le littoral,  après un début d’année un peu mou, les ventes repartent doucement ». Avec un prix médian de 500 000 €, la Trinité-sur-Mer demeure la station balnéaire la plus prisée de la région loin devant Sauzon ou Saint-Briac-sur-Mer à 400 000 euros.

Hors littoral, les communes de Saint-Grégoire et Cesson-Sévigné affichent toujours les prix médians les plus élevés : 405 000 € pour la première et 355 000 € pour la seconde dont le prix moyen sur un an baisse malgré tout de 6, 6 %.

 

Taille du texte

L'évènement

Crisalide éco-activités : nouvel appel à candidatures ouvert aux entreprises et porteurs de projets du Grand Ouest

Crisalide éco-activités : nouvel appel à candidatures ouvert aux entreprises et porteurs de projets du Grand Ouest

En participant à Crisalide éco-activités, vous intégrez une communauté de business . Retrouvez toutes les informations et  la fiche d’inscription à remplir en ligne