Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Marie-Pierre Vedrenne, ancienne directrice de la Maison de l’Europe à Rennes, élue eurodéputée a pris ses fonctions officielles en juillet dernier à la vice-présidence de la Commission du Commerce International au Parlement européen.
Marie-Pierre Vedrenne, ancienne directrice de la Maison de l’Europe à Rennes, élue eurodéputée a pris ses fonctions officielles en juillet dernier à la vice-présidence de la Commission du Commerce International au Parlement européen.

L’eurodéputée bretonne Marie-Pierre Vedrenne : "En finir avec la naïveté de l’Europe"

Véronique Maignant, le 06.11.2019

Marie-Pierre Vedrenne, ancienne directrice de la Maison de l’Europe à Rennes, élue eurodéputée a pris ses fonctions officielles en juillet dernier à la vice-présidence de la Commission du Commerce International au Parlement européen. A 36 ans, la jeune femme connaît le premier mandat de sa vie. Elle nous confie ses combats à venir.

Originaire du Limousin, Marie Pierre Vedrenne est arrivée en Bretagne il y a plus de dix ans pour terminer son cursus en Droit européen et de l’OMC. Cette formation et son expérience professionnelle lui ont permis d’acquérir une fine connaissance de la politique commerciale de l’Union européenne. « Depuis ma prise de fonction en juillet, nous sommes dans la constitution de notre groupe central. Même si la délégation Renaissance est la plus importante au sein du Parlement, nous devons concilier tous les points de vue avec l’ensemble de mes collègues européens. L’objectif est de mettre fin à la naïveté européenne sans pour autant entrer dans une logique de protectionnisme exacerbée ».

 

Marie Pierre Vedrenne assure : « Ce qui me tient à cœur, en lien avec mon parcours et les sujets que je pilote aujourd’hui au sein du Parlement, est de défendre un commerce international juste, équilibré, qui promeut nos normes sociales et environnementales et qui prend en compte les intérêts de chacun. On ne peut pas conclure des accords commerciaux avec des Etats qui ne sont pas signataires des Accords de Paris. Faire adopter une directive éthique sera un de mes combats au sein du Parlement européen. On doit être en mesure de contrôler tous les produits qui rentrent sur le territoire européen ». Il est vrai que l’accord conclu en juin dernier entre l’union européenne et les pays du Mercosur (Amérique latine) suscitent de vives inquiétudes, notamment chez les éleveurs bretons.

 

Eviter l’escalade de mesures commerciales restrictives

Autre sujet prioritaire pour l’eurodéputé et pas des moindres est le blocage actuel du mécanisme de règlement des différends de l’Organisation Mondiale du commerce (OMC). Il pourrait paralyser le système dès la fin 2019. « La guerre économique que se livre les Etats-Unis et la Chine a des répercussions sur l’économie européenne. L’exemple de la hausse des droits de douanes envisagée dernièrement par les Etats-Unis à l’encontre d’Airbus en est une parfaite illustration. L’instauration de mesures commerciales négatives réciproques pourrait entraîner une grave crise internationale en se diffusant à d’autres secteurs industriels tout autant qu’au commerce mondial dans son ensemble. Nous devons trouver des solutions tout en montrant plus de fermeté ».  Les Etats-Unis mais aussi la Chine vont essayer de diviser l’Europe en ciblant différents marchés stratégiques, pays par pays, comme le vin pour la France. « Il est impératif de rester unis ». Mais il ne s’agit pas du seul défi pour cette Organisation, qui doit être capable de traiter les distorsions de concurrence grandissantes (subventions industrielles, transferts forcés de technologies…) et élaborer des nouvelles règles plus adaptées au commerce du 21e siècle, transformé par la révolution digitale. 

 

Brexit : place à la négociation sur la relation future

Sur la question du Brexit, «il faut respecter la décision du peuple britannique, poursuit Marie-Pierre Vedrenne. Le report in extremis de la date du Brexit, du 31 octobre 2019 au 31 janvier 2020 ne pourra pas être prolongé au-delà. Il n’est plus temps de rediscuter de l’accord. A chaque nouvelle extension,  aucune nouvelle proposition émerge. Cette période d’instabilité n’est pas bonne, ni pour le Royaume-Uni, ni pour l’Europe. Ce qui prime aujourd’hui, c’est l’unité de l’Europe. Il nous faut terminer ces négociations et passer à la négociation sur la relation future. C’est aux britanniques de nous dire comment ils envisagent l’avenir. La balle est dans leur camp. Et puis, l’agenda de l’Europe ne doit pas être uniquement celui du Brexit. Nous devons avancer sur tous les autres sujets ! ».

 

Membre de la Commission des Pétitions

Outre le commerce international, Marie- Pierre Vedrenne a également  obtenu la Commission des Pétitions. « Cela nous permet de sentir l’état de l’Opinion.  La pétition est un véritable outil démocratique que chaque citoyen, seul ou en groupe, peut utiliser à tout moment pour saisir le Parlement européen.  Récemment, nous avons reçu de pêcheurs français qui dénonçaient l’implantation d’éoliennes. C’est un rôle d’écoute qui nous permet de faire remonter des problématique terrain. C’est essentiel. ». Plus de 1000 pétitions citoyennes parviennent au Parlement européen chaque année. Pour qu’une pétition soit recevable, il faut qu’elle réponde à des critères précis, et qu’elle porte sur des sujets relevant des compétences de l'Union européenne comme la protection des consommateurs, la libre circulation des personnes, ou encore l’environnement.

 

« Notre devoir en tant parlementaires est d’être présents en sessions et commissions, mais aussi de revenir sur notre territoire, conclut Marie-Peirre Vedrenne. Nous avons un rôle important à remplir, celui de donner aux citoyens la possibilité de mieux comprendre l’Union européenne, son fonctionnement. Nous devons être à l’écoute. Prochainement, je vais rencontrer une délégation du Medef Bretagne mais aussi des étudiants de l’école de commerce de Rennes. L’Union européenne c’est la paix, la libre circulation. C’est de là que vient mon attachement au projet européen, qui s’est ensuite poursuivi à travers des études de droit européen et l’appréhension d’un espace européen de réglementation qui nous est essentiel. C’est un espace à préserver dans un contexte de montée des nationalismes, des populismes, qui nous font croire que l’Union européenne serait la cause de tous nos maux ».

 

Evènement

Marie-Pierre Vedrenne sera présente à Rennes le 14 novembre prochain dans le cadre d’une table ronde organisée en partenariat avec  Bretagne Conseil la Junior Entreprise de Rennes School of Business & le réseau Enterprise Europe Network.

Le thème : "Les enjeux commerciaux hors et intra UE, les perspectives de Business au sein de l'UE-le soutien de l'UE aux entreprises bretonnes."

Le lieu et l’heure : Rennes School of Business à partir de 18 h30

Participation gratuite mais inscription obligatoire