Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


« Boire une binouze comme à la maison », c’est la promesse du Bin House et de ses créateurs, Ludovic Carlier et Jean-Jacques Rousseau.
V.Maignant
« Boire une binouze comme à la maison », c’est la promesse du Bin House et de ses créateurs, Ludovic Carlier et Jean-Jacques Rousseau.

Le Bin House à Bain de Bretagne, générateur de pression et de convivialité

Véronique Maignant, le 21.11.2018

A la fois bar traditionnel et en libre-service, cave à vins et salle de concert, le Bin House attire une clientèle de 18 à 65 ans. Situé en pleine zone commerciale, à Bain de Bretagne, à 30 kilomètres de Rennes, ce lieu atypique propose une nouvelle expérience de dégustation ludique, conviviale et décalée. Ses concepteurs ont bénéficié d’un accompagnement de la CCI Ille-et-Vilaine.

« Boire une binouze comme à la maison », c’est la promesse du Bin House et de ses créateurs, Ludovic Carlier et Jean-Jacques Rousseau.  Auparavant technicien dans l’informatique et responsable de rayon liquide dans la grande distribution, ils ont ouvert ce nouveau concept en janvier 2018. « L’un comme l’autre, nous avions passé plus de 10 ans dans le même environnement. Il était temps de passer à autre chose et devenir notre propre patron, indique Ludovic Carlier. Avant de rencontrer Jean-Jacques, je visais plutôt une franchise de bar à bières, un concept en pleine explosion. Au final, vu notre extrême complémentarité, nous avons créé notre propre concept : une cave à vins doublée d’un bar à bières, traditionnel et en libre-service ». Un peu plus de 12 mois ont été nécessaires pour monter le projet.

 

 Un équipement dernier cri et ludique

 « Nous disposons de 8 Beer Up, une technologie 100 % française ». De fait, ce nouveau système de tirage de bières permet de remplir les verres par le fond. « Non seulement on évite les pertes, mais en plus les petits comme les grands peuvent jouer aux barmen ». Cerise sur le gâteau, les verres spéciaux sont réutilisables et personnalisables. Ces tireuses à bière révolutionnaires sont aussi connectées à la caisse. « Chaque client peut ouvrir un compte et se servir dans la limite de son crédit. Il suffit pour cela qu’il utilise sa carte équipée d’une puce RFID et un écran situé au-dessus du Beer Up, lui indique le montant dont il dispose. Ensuite, deux options s’offrent à lui : un verre de dégustation à 50 centimes d’euros ou un verre entier à deux euros ». Tous les mois, Ludovic et Jean-Jacques proposent de nouvelles bières, certaines en exclusivité comme la bière de Noël que nous vendons en ce moment. Elle vient de la brasserie du Bout du Monde. Nous sommes les seuls en France, hors Finistère, à la servir en fût.

 

Le vin également en libre-service

La carte de crédit est utilisable pour tous les achats au bar comme à la cave. Bien sûr il est aussi possible de se faire servir au comptoir et payer comptant. Environ 240 références de bières sont proposées. Le vin est également en libre-service via un Vineox. « Nous proposons en permanence 4 grands vins, à 4 euros le verre. En ce moment, par exemple, nous avons un vin de Toscane en provenance du domaine du chanteur Sting. Tout l’avantage d’un tel système est qu’il se conserve même une fois la bouteille ouverte. Sans compter que beaucoup de clients transforment l’essai en achetant une bouteille à la cave ». Au Bin House, on trouve 120 références de vins, mais aussi 80 références de thés, différents cafés et chocolats…Toutes sortes de produits locaux, bio de préférence.

 

Au plein cœur d’une zone commerciale

L’autre point fort du Bin House est sans aucun doute son emplacement. Situé dans une zone commerciale en plein développement, juste à la sortie de la nationale 137, en direction de Nantes, le lieu draine une clientèle à 30 km à la ronde. « La zone de château Gaillard va passer de 75 ha à 120 ha à l’horizon 2020. Vous imaginez le potentiel. D’autant que nous sommes les seuls sur ce créneau ». Ouvert de 10 h à 20 h en semaine, plus tard les vendredi et samedi, le Bin House dispose d’une licence IV et attire une clientèle de tout âge.

« Le week-end, nous avons beaucoup de familles car l’espace est assez vaste, 370 m² et comporte un écran géant, un flipper, un babyfoot, etc. De quoi passer un bon moment. Nos soirées à thème et nos concerts remportent un francs succès. Via les réseaux sociaux, on peut attirer jusqu’à 180 personnes. Notre meilleure soirée ? Une spéciale 100% filles. Nous avons créé un lieu où les gens peuvent faire la fête sans risque de déranger leurs voisins, alors forcément ça plait ! » Résultat :  en à peine 12 mois d’activité, le CA dépasse le prévisionnel. 

 

Un accompagnement de la CCI

Un premier rendez-vous début 2017 avec Fabienne Tarrada, conseillère entreprise  à l’antenne de Redon de la CCI Ille-et-Vilaine, a conforté les deux créateurs dans leur concept. Elle les a aidés à structurer leur projet et ouvert des portes pour les financements.  Le local est loué, mais l’investissement total s’élevait à 180 000 euros.  Outre un apport personnel, Ludovic Carlier et Jean-Jacques Rousseau ont bénéficié d’un prêt d’honneur de 10 000 euros de la plateforme Initiative ainsi qu’une aide financière d’un de leurs distributeurs,  Manche Atlantique Boissons. Les banques ont apporté le reste. « Nous avons trouvé à la CCI, un parrain et un réseau de chefs d’entreprise. C’est primordial pour se développer », confient ces deux trentenaires.

 

Le Bin House 

Découvrir tous les dispostifs d'aides à la création de la CCI