Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
A 37 ans, Matthieu Lahaye est à la tête de Lahaye Global Logistics, une ETI familiale située près de Rennes qui emploie 1 700 collaborateurs.
V.Maignant
A 37 ans, Matthieu Lahaye est à la tête de Lahaye Global Logistics, une ETI familiale située près de Rennes qui emploie 1 700 collaborateurs.

Lahaye Global Logistics. Investissements massifs dans la transition énergétique

Véronique Maignant, le 07.12.2022

A 37 ans, Matthieu Lahaye est à la tête de Lahaye Global Logistics, une ETI familiale située près de Rennes qui emploie 1 700 collaborateurs. Détenteur avec son frère Jean-Baptiste de 75% du capital, il poursuit la dynamique de croissance enclenchée par son père dans les années 80. En 2022, le chiffre d’affaires attendu s’élève à 242 millions d’euros, contre 212 millions d’euros en 2021. Achat des premiers camions électriques à batterie, ouverture d’une seconde ligne de fret multimodale rail-route à destination de Lille, nouvelles plateformes, renforcement à l’international, Matthieu Lahaye nous dévoile les projets du groupe qui fêtera ses 70 ans en 2023.

« L’entreprise va bien. Nous prenons de nouvelles parts de marché. Croyez-moi, ça donne des perspectives, se réjouit Matthieu Lahaye. Depuis deux ans, la montée en puissance du e-commerce dope l’activité du transport et de la logistique : + 4% au niveau national, entre +10 et +15% pour le groupe breton. Ses clients, issus pour l’essentiel de l’agroalimentaire et de la grande distribution, constituent selon le dirigeant, « un bon thermomètre de la consommation du pays. Avec nos camions, nous mesurons quotidiennement les flux de marchandise. En 2022, la crise du pouvoir d’achat me semble être restée très limitée. Les effets de l’inflation se feront ressentir en 2023. Dans ce contexte, il sera nécessaire d’ajuster le tarif des prestations à nos clients qui supportent déjà les fluctuations du gazole. » Ainsi, sur les 28 millions d’euros supplémentaires de chiffre d’affaires réalisés en 2022 versus 2021, 7 millions sont imputables à la hausse du gazole. « En 2023, pour garder notre rentabilité, nous allons devoir ralentir notre croissance. »

 

Dans le top 10 des ETI de transport à capital familial

Dans un secteur qui ne cesse de se concentrer, l’arrivée de la nouvelle génération aux commandes de l’entreprise renforce sa dynamique. « La transition énergétique décourage un certain nombre de transporteurs. Investir dans de nouveaux modes de transport, moins émetteurs de CO2, nécessite de franchir des seuils. Notre jeunesse et notre statut d’entreprise familiale les rassurent. Ils se tournent vers nous pour vendre leur entreprise ». Aujourd’hui, Lahaye Global Logistics se situe entre le 30e et le 40e rang des sociétés de transport en France, dans le top 10 des ETI à capital familial. En trois ans, elle a multiplié les croissances externes et ouvert trois nouveaux sites : Laurent Pelliet (Pleudihen-sur-Rance-22), STT Froid (Goven-35) et Bretagne Stockage Logistique (Buléon-56).

 

Investissements continus

Au global, le groupe détient 25 plateformes logistique réparties sur l’ensemble du territoire, dans lesquelles il investit régulièrement. A l’image de la plateforme de Carhaix qui a déménagé dans un site flambant neuf à l’été 2022 (1 500 m² - 40 salariés) après avoir bénéficié d’1,5 million d’euros de travaux. Courant 2023, sont programmés l’agrandissement de 3 000 m² de la plateforme froid à Etrelles (35) et la construction d’une nouvelle plateforme de 3 000 m² au nord de Lyon. « Le site d’Etrelles va passer à 10 000 m². C’est un investissement de 6 millions d’euros. L’ouverture est prévue à l’été. Près de Lyon, nous avons engagé 5 millions d’euros dans le déménagement du site actuel. » Enfin, le site de Vern-sur-Seiche, qui abrite le siège social de l’entreprise (65 personnes) et une plateforme logistique (200 personnes), bénéficie lui aussi d’un gros plan de rénovation à hauteur de 5 millions d’euros sur cinq ans. « Les travaux prendront fin l’année prochaine. »

 

Ouverture d’une seconde ligne de fret multimodale

Tous ces investissements vont de pair avec la volonté d’atteindre une certaine taille d’entreprise, indispensable pour réussir la transition écologique. « Le sujet est très complexe, poursuit Matthieu Lahaye. Surtout quand on achète quotidiennement 100 000 litres de gazole et que nos camions parcourent 400 000 km. Oui, on émet beaucoup de carbone et on n’en est pas fier. C’est pourquoi, nous travaillons à développer toutes les autres alternatives en faveur d’un transport plus écologique.» Tout d’abord, le transport multimodal rail-route. Après avoir ouvert une première ligne ferroviaire Rennes-Lyon en 2011 avec cinq trains par semaine, Lahaye ouvrira au printemps 2023 une ligne Rennes-Lille. « On démarrera avec trois trains par semaine. Les sillons sont achetés et nous louons la traction. Cela représente environ 2,5 millions d’euros d’investissement auxquels il faut ajouter 1 million d’euros de coûts variables. C’est un risque financier, mais à chaque train, ce sont 40 à 45 camions en moins sur la route et donc, des économies de CO2. »

 

Achat des premiers camions à batterie électrique

L’autre alternative tient dans l’achat de camions plus propres. Le groupe a investi dans 35 camions au gaz (GNV). « Avec la hausse du prix du gaz, ils ne sont plus compétitifs. Nos clients nous demandent de ne plus les utiliser. » Trois camions électriques à batterie ont par ailleurs été commandés. « La technologie n’a pas encore fait ses preuves. Pourtant, on y va, on prend le risque. Non seulement ils sont trois fois plus chers, mais ils ont entre 300 et 350 km d’autonomie (selon la charge), contre 1 500 km pour un diesel. » Autre point de fragilité : le réseau des bornes électriques. « Comment faisons-nous pour recharger en même temps les 200 camions stationnés, ici, à Vern-sur-Seiche ? Aujourd’hui, on le voit bien, nous sommes dans une phase de transition, en attente de solutions fiables. Au final, le seul moyen de réduire nos émissions de CO2 est de mieux optimiser nos camions et faire en sorte que leur nombre sur la route diminue progressivement. »

Lahaye Global Logistics entend continuer à croître à l’international. « On a regagné en compétitivité. En 2022, nous avons réalisé 22 millions d’euros de chiffre d’affaires avec le Royaume-Uni et sommes devenus le 1er prestataire national en transport, sous température dirigée. Notre développement passera, là aussi, par un rapprochement avec des opérateurs de transport ferroviaire. » Cette stratégie de croissance s’opère en tenant compte de l’évolution des attentes des salariés en matière de RSE. Sens au travail, flexibilité, semaine de 4 jours, l’entreprise est en veille sur tous ces sujets et certains sont déjà mis en œuvre. « Toutefois, nous y allons avec prudence car nous constatons des freins au changement. Il ne s’agit pas de déstabiliser les organisations et générer du stress », conclut Matthieu Lahaye qui espère dépasser le cap des 300 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2025.

Propos recueillis mi-novembre 2022


Chiffres clés

CA 2021 : 212 M€

CA 2022 (estimé): 240 M€

Effectif : 1 700 et 80 postes ouverts en permanence

25 sites en France

600 moteurs et 1 900 cartes grises

 

L'évènement

Conférence Club Breizh Silver Eco : « Comment construire une offre claire et convaincante sur le marché de la Silver Economie ? »

Chaque mois le Club Breizh Silver Eco accompagne à travers une offre de services des entreprises, porteurs de projets implantés en Bretagne à se développer sur le marché des seniors. Parmi ces services des conférences sont organisés. La prochaine aura lieu à Rennes le 9 février avec l’intervention d’ Antoine Gérard. Cofondateur de Briscard - Expert en vieux , il livrera  sa méthode et ses outils pour rentrer dans la tête de vos clients, comprendre leur psychologie et utiliser ces éléments dans la construction d’une offre claire et convaincante.

ATTENTION : pour s’inscrire, il est nécessaire d’être adhérent au Club Breizh Silver Eco.
Adhérer / s'informer : https://bit.ly/3FugdXF / silvereco@bretagne.cci.fr

Recommandations