Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Installée depuis quatre ans à Plérin, One Kin, dirigée par Sylvain Aurenche (PHOTO) et  Erwann Rehault  a su imposer sa marque Lokahi sur le marché international
V.Maignant
Installée depuis quatre ans à Plérin, One Kin, dirigée par Sylvain Aurenche (PHOTO) et Erwann Rehault a su imposé sa marque Lokahi sur le marché international

Kenavo China , retour en Côtes d’Armor, One Kin planche sur un projet industriel

Véronique Maignant, le 27.04.2017

Sur la côte ou en eau douce le stand-up paddle surfe depuis quelques étés sur la vague du succès. Installée depuis quatre ans à Plérin, One Kin a su imposer sa marque Lokahi sur le marché international. Elle réfléchit  aujourd’hui à rapatrier sa production chinoise à Saint-Brieuc.

Le  paddle vient de loin. De la Polynésie. A un moment ça a été utilisé comme un outil de déplacement pour aller chasser, pour aller pêcher (…) C’est un petit peu l’ancêtre du surf. On a enlevé les pagaies, on a diminué la taille des planches. Aujourd’hui, reconnaît Erwann Rehault, directeur de One Kin, «le paddle est un sport à la mode, accessible à tous les âges qui connaît une véritable explosion depuis 5 ans, notamment avec l’arrivée des modèles gonflables. » En effet, d’année en année, le marché est multiplié par deux. Si, jusqu'au milieu 2016, la vente de planches rigides représentait 60 à 70 % de l’activité de la PME costarmoricaine,  aujourd'hui, elle  vend  majoritairement des gonflables.

Une activité à l’international 

One kin produit chaque année entre 2 500 et 3 000 planches de paddle,  80% sous marque propre Lokahi, le reste en sous- traitance pour deux gros majors du marché de la glisse. Le  chiffre d’affaires atteint 1,26 million d’euros dont 65 % sont réalisés à l’international, Maroc, Israël, Japon, États-Unis, Mexique. «Tous nos modèles, environ une cinquantaine,  sont fabriquées en Chine et une partie  rapatriée ici à Plérin, notre base logistique ». Erwan Réhault (sur la photo) s’est entouré de 3 collaborateurs après s’être  associé dans cette aventure avec Cyril Coste fondateur de la marque Lokahi et Sylvain Aurenche. «  Aujourd’hui le stand-up paddle connaît un engouement extraordinaire auprès du public mais cet effet de mode peut très vite retombé.  A un moment  l’innovation produit ne suffit plus, il est temps pour nous de penser à se diversifier.»

Relocaliser à Saint –Brieuc

Par l’intermédiaire des conseillers de la CCI des Côtes d’Armor, Erwan Rehault a  découvert le savoir-faire d’entreprises locales spécialisées dans la fabrication de matériaux composites.  Il a aussi et surtout fait la rencontre de  Morgan Barroux, responsable technique chez Id composite, centre de formation et d’innovation en composite à Saint-Brieuc. L’idée de produire sur place ses planches en composite a rapidement fait son chemin. « Il y a des choix de marché à faire sur le composite. Mais avec un  outil de production industriel performant et un procédé de fabrication innovant, le projet est viable.  Cela nécessite aussi des produits à valeur ajoutée, sur de la moyenne série,» 

Un site industriel  envisagé pour fin 2018

Une aide de 10 000 euros du conseil Région a permis de passer une première étape, le sourcing des matériaux, les calculs mécaniques, le prototypage miniature . « Nous entamons tout juste  la seconde phase qui consiste à réaliser le  prototypage grandeur nature. Une réflexion est en cours avec Bpifrance et la Région Bretagne  pour bénéficier d’une aide de développement à l’innovation, puis d »’industrialisation, qui peut s’élever à 500 000 euros. Ce soutien est essentiel pour la suite, d’autant que nous avons déjà quelques personnes clés prêtes à participer au projet.» 10 000 pièces en composite destinées aux sports nautiques mais aussi à l’agroalimentaire, l’automobile ou encore la médecine,  pourraient ainsi sortir, d’ici fin 2018 de ce nouveau site industriel localisé à Saint-Brieuc. « Sur l’emplacement, précise le dirigeant, je n’ai aucune inquiétude, il existe plusieurs options. » Montant de l’investissement : entre 1,2 à 1,5 million d’euros et à terme, la création d’une vingtaine d’emplois.

L'évènement

Journée du Numérique responsable dans l'Ouest : un événement hybride et multi-sites le 25 janvier prochain

Journée du Numérique responsable dans l'Ouest : un événement hybride et multi-sites le 25 janvier prochain

ADN Ouest, l’association qui Agit pour le Développement du Numérique dans l’Ouest, se mobilise pour sensibiliser aux enjeux environnementaux du numérique en organisant un événement
hybride et multi-sites le 25 janvier prochain. Une journée dédiée au numérique responsable dans 6 villes de l’Ouest dont Brest Ploufragan et Rennes.
L’objectif de cette journée est double :  Sensibiliser sur l’impact environnemental du numérique et susciter une mise en action des professionnels du secteur par le partage de
pratiques permettant une utilisation plus sobre du numérique. Inscription ici

Recommandations