Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Créée à Lannion en 2007 par Stéphane Statiotis et Anne-Cécile Quéré (photo), Apitic propose « une solution logicielle, entièrement personnalisable, en cloud omni-canal
Apitic

Apitic à Lannion : une solution multicanal pour accompagner toutes les formes de commerce

Véronique Maignant, le 11.01.2018

En un an, de 2016 à 2017, le chiffre d’affaires d’Apitic a progressé de 50%. C’est le résultat de l’heureuse conjonction d’une disposition de la loi de finances pour 2018 et des progrès du numérique dans la gestion des commerces de détail. De quoi aborder avec sérénité les mois à venir.

Créée à Lannion en 2007 par Stéphane Statiotis et Anne-Cécile Quéré, Apitic propose « une solution logicielle, entièrement personnalisable, en cloud omni-canal » pour accompagner les commerçants et les nouveaux comportements d’achat : vente sur place via la caisse, e-commerce, « click-n- collect », borne drive, applications sur smartphone et interface avec des plateformes « pure players « (comme Allo resto, par exemple). Elle emploie actuellement une trentaine de collaborateurs, dont plus de la moitié de développeurs de logiciels. Elle compte plus de 700 clients. Son cœur de cible ? Les métiers de bouche (boucher, traiteur, boulanger poissonnier etc) et les CHR (cafés hôtels restaurants). Depuis un an, son chiffre d’affaires a progressé de près de 50%. Et elle a recruté une vingtaine de collaborateurs sur les deux dernières années.

 

Un modèle SaaS

« Nous avons pu anticiper une disposition de la loi de finances pour 2018 qui impose l’utilisation de logiciels de caisse certifiés pour lutter contre la dissimulation de chiffre d‘affaires et organiser un meilleur contrôle sur la TVA. Cette nouvelle norme pousse les enseignes à se doter d’équipements plus performants », explique Anne-Cécile Quéré. Mais la force de la PME lannionaise réside d’abord dans ses investissements en matière grise. Apitic consacre ainsi 40% de son chiffre d’affaires à la R&D. En observant le développement du commerce en ligne (+14% entre 2016 et 2017), elle a pu développer des solutions qui s’appuient sur les technologies du web et permettent l’interface entre logiciels. Cette stratégie renforce la puissance de sa solution qui améliore le service rendu au consommateur, mais aussi au commerçant qui dispose de données complètes et en temps réel sur tous les aspects de la gestion (stocks, planning, traçabilité, facturation, ressources humaines, programme de fidélité, etc).

« La profondeur produit, c’est-à-dire la gamme très étoffée que nous proposons, séduit les commerçants car ils peuvent disposer d’un outil tout-en-un, qui évite l’éparpillement de prestataires et une meilleure efficacité. » Apitic propose un accompagnement et forme les utilisateurs de sa solution en ligne ou sur place. Elle offre une assistance 7 jours sur 7. Ce modèle d’exploitation SaaS (Software as a Service) s’appuie sur des licences mensuelles qui donnent accès à tous ses services : logiciels, mise à jour gratuite, assistance. La première licence est à 29€ par mois.

 

Des partenariats efficaces

Pour faire connaître son offre, Apitic est présente sur les salons mais l’impact est assez faible. Elle peut s’appuyer sur des partenariats noués avec de grands groupes alimentaires comme Pomona ou Cerfrance (1200 agences en France) mais aussi sur les apporteurs d’affaires que sont les vendeurs de matériels (caisses ou balances) et de plus en plus, en répondant aux sollicitations sur son site. « Depuis deux ou trois ans, nous notons l’arrivée sur le marché de nouveaux concurrents mais ils ne disposent pas d’une offre aussi robuste que la nôtre. Ils ont cependant le mérite de faire vivre le marché », reconnaît Anne-Cécile Quéré.

Cet été, Apitic a  procédé à sa première levée de fonds : 1 M€ auprès du fonds parisien Newfund. L'opération vise notamment à accélérer son développement commercial. C’est l’objectif des tout prochains mois, « nous voulons devenir la solution incontournable dans l’alimentation ». Au titre de ses dernières « prises », Yves-Marie Le Bourdonnec, « meilleur boucher de Paris » aux commandes du rayon aux Galeries Lafayette Gourmet, ou Thierry Marx (en boulangerie). « Nous avons une offre aboutie qui nous permet d’envisager de nouvelles formes de démarchage commercial pour aller vers une force commerciale 100% en ligne. Le produit s’y prête. »


Chiffres clés

Année de création : 2007

CA : 1,4 million € (2017)

Effectif : 30 

Taille du texte

L'évènement

Adhérents de BCI, rencontrez des ambassadeurs de la France à l'étranger, le 31 août

BCI ambassadeurs international

A l'invitation de Bretagne Commerce International (BCI) et dans le cadre de la Semaine des ambassadeurs, une dizaine d'ambassadeurs de la France à l'étranger seront à Rennes, le 31 août. Cette rencontre est réservée aux adhérents de BCI. Elle a été rendue possible grâce à l'aide de la préfecture de Région.