Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Homard m'a ressusciter   Allo fruits de mer, la nouvelle franchise bretonne

Bretagne économique, le 25.03.2009

Alain Cadet aime les défis. Quand personne n’y croyait encore, il s’est lancé dans les boutiques de téléphonie mobile. Aujourd’hui, il lance une franchise de livraison de fruits de mer à domicile.
Les aléas de la vie n’ont pas épargné Alain Cadet. De succès professionnels en drames familiaux, il a toujours su rebondir. Pour aujourd’hui, après fortune faite dans la téléphonie portable en ayant été un des premiers à y croire, il se fait plaisir en appliquant sur le terrain son intime conviction : les Bretons gagneront en valorisant l’image de leur pays. “On parle sans cesse de crise de la pêche. C’est une réalité que je comprends mais à laquelle, on n’apporte pas, selon moi, de solutions de terrain. Je veux montrer qu’en utilisant notre image régionale, on peut vendre plus et mieux.” Au départ, il s’agit d’un hasard. Alain Cadet est appelé à l’aide par un ami qui connaît des difficultés dans son activité de mareyage. Il injecte de l’argent par solidarité mais les résultats ne sont pas à la hauteur. Alors il décide de prendre les rênes de l’entreprise avec un regard extérieur. Les viviers de Plougrescant seront sauvés selon ses critères : valorisation de produits frais et ouverture au public. De là à imaginer au réveillon 2007 de proposer une livraison gratuite de plateaux de fruits de mer chez les particuliers sur le secteur de Lannion-Guingamp. Le succès est au rendez-vous et Alain Cadet pense aussitôt à étendre le concept.

Un concept bretono-breton
_ Réveillons 2008 : Alain Cadet ouvre simultanément un centre de réception en bacs d’eau de mer spécialement conçus sur son idée pour les fruits de mer pêchés par des bateaux affrétés en Manche dans le Val-de-Marne à Chevilly-Larue et une boutique près de la rue de Rivoli dans le 1er arrondissement de Paris. Trois véhicules estampillés sont prêts à sillonner la capitale pour livrer à la part araignées, tourteaux, langoustines, huîtres, palourdes, crevettes, palourdes, bigorneaux... au maximum une heure et demi après leur cuisson ou ouverture. ”A Noël, nous avons livré 100 plateaux, puis 250 pour la Saint-Sylvestre à raison de 25 euros la portion de base par personne, je n’espérais pas un tel résultat pour un premier essai. La démonstration a été faite de la viabilité de l’entreprise et a permis de peaufiner le concept.” Ainsi Alain Cadet concentrera à l’avenir la préparation des plateaux sur sa boutique du centre de Paris pour éviter les bouchons routiers retardant la livraison rapide depuis la banlieue. “Au magasin, nous avons aussi vendu beaucoup d’huîtres et de homards à emporter pour une clientèle proche, ce qui me conforte dans l’idée de boutiques au plus près des consommateurs.” Des produits ultra frais bénéficiant de l’image Bretagne, une préparation à la commande par téléphone ou internet, une livraison gratuite en un temps rapide... le concept est finalisé.

Mai-juin partout en France
_ “J’ai créé ce principe de boutiques livrant des plateaux de fruits de mer gratuitement à domicile, comme des pizzas, pour susciter des vocations. Le retentissement du lancement sur Paris a amené de nombreuses candidatures, de toute la France, de Carcassonne, Metz, Rouen... et même de Bretagne ! A partir de mars, j’étudierai les dossiers pour lancer le premier réseau de ce type en France.” Parmi les obligations des futurs franchisés Allo fruits de mer, l’accueil, la rapidité de livraison... et des produits uniquement bretons. “Mes viviers et les bateaux qui travaillent pour moi depuis Saint-Malo ou Loguivy seront les uniques fournisseurs obligatoires. C’est ma contribution à la pêche bretonne pour qu’elle ne dilapide pas son travail auprès de gros acheteurs réduisant les prix.” A court terme, du pain de seigle made in Breizh et du vin blanc de Loire-Atlantique compléteront l’image armoricaine. “Je garderai toujours un contrôle sur ce qui se fait dans les Allo Fruits de mer dont les premières boutiques ouvriront en mai-juin partout en France.”

_ Yves Pouchard
_ N° 191 février-mars 2009

Taille du texte

L'évènement

Le commerce connecté à la rescousse des centres-villes

Centre-ville connecté Morbihan

Du 28 septembre au 1er octobre, des commerces de Lorient vont expérimenter de nouvelles solutions. Objectif : continuer d'attirer les consommateurs en centre-ville.