Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Son métier de technicien forestier, Alain Hervé l’a appris sur le tard, à 42 ans. En  2008, diplôme en poche, il crée à Lamballe sa société Alain  Hervé Travaux forestiers
V.Maignant
Son métier de technicien forestier, Alain Hervé l’a appris sur le tard, à 42 ans. En 2008, diplôme en poche, il crée à Lamballe sa société Alain Hervé Travaux forestiers

Alain Hervé à Lamballe, son ADN : le circuit court

Véronique Maignant, le 24.08.2017

Après avoir travaillé  pendant 20 ans en milieu hospitalier, Alain Hervé a décidé de tourner la page et créer son entreprise de travaux  forestiers et aménagement d’extérieurs bois. Une manière  d’assouvir sa passion, la traction animale, celle des chevaux en particulier. Son leitmotiv : privilégier le  circuit court, à savoir prélever, transformer et vendre en local.

Son métier de technicien forestier, Alain Hervé l’a appris sur le tard, à 42 ans. En  2008, diplôme en poche, il crée à Lamballe sa société Alain  Hervé Travaux forestiers. Dix ans plus tard  il est à la tête d’une équipe d’une petite dizaine de collaborateurs et réalise un CA de 600 000 euros. « Je valorise tout de A à Z. J’achète du bois sur pied, uniquement du châtaignier et du Douglass et le transforme sur place, dans un rayon de 40 km à la ronde. Mon but n’est pas faire du volume mais de travailler sur toute la chaîne», explique avec retenu le dirigeant.

 

Un bâtiment neuf, visible depuis la RN12

Dans son bâtiment tout habillé de bois, un investissement de 240 000 euros opéré en 2015, avec l’aide de la CCI des Côtes  d’Armor et Lamballe Communauté,  il organise ses différentes  activités. La première est dédiée aux travaux forestiers : abattage, élagage, et plantation d'espèces forestières et bocagères. « Ce n’est pas l’activité la plus rentable mais, la découpe, le débusquage, le débardage et le transport des bois sont les maillons successifs de la chaîne qui alimente toute valorisation du bois à destination de différents  usages. Dans les zones à forte sensibilité écologique,  nous utilisons de temps à autres le cheval pour des travaux de débardage forestier ou d’entretien des pelouses. Dans ce dernier cas la tondeuse est tractée par un cheval. Cette activité ne représente plus que 5% du CA mais elle reflète parfaitement l’identité de l’entreprise.» L’office national des forêts ainsi que le Conseil départemental des Côtes d’Armor font appel à ses services.

 

Des extérieurs en bois sur mesure

Pour se développer, l’entreprise a misé sur la transformation et l’aménagement d’extérieurs en bois, clôtures, terrasses, carports, abris pour animaux et plus récemment des traverses de chêne, des poteaux de châtaigniers et des ganivelles. Pour ce faire, il a embauché  un charpentier mais travaille aussi en partenariat avec des menuisiers et des  scieries. «Je conçois moi-même les plans en fonction des critères des clients.  Ces travaux aboutis donnent un sens à notre métier de départ »poursuit le dirigeant. Aujourd’hui, la centaine de clients que compte l’entreprise se répartit entre particuliers et collectivités.

 

Développement de la vente de bois de chauffage

 
Plus récemment,  Alain Hervé s'est mis à valoriser des bois qui ne l'étaient pas avant : les petites branches font désormais du paillage pour les massifs. Les résineux, il en fait des plaquettes pour les chaudières des collectivités. Et il fait du bois de chauffage. « Nous voulons développer la vente de ces produits issus de la ressource locale. C’est ma fille, aujourd’hui salariée de l’entreprise qui aura la charge de cette activité L’objectif est que le public  vienne voir notre nouveau show-room et comprenne mieux ainsi tout le sens de notre démarche, celui du circuit court. Beaucoup de personnes ont le réflexe jardinerie, où ils achètent des bois peut-être produits pas loin, mais transformés en Chine et revenus ensuite ».
 

A l’avenir, Alain Hervé envisage si nécessaire de scinder ses différentes  activités. L’équipe grossissant, il réfléchit à de nouveaux débouchés. Il vient d’embaucher un paysagiste mais avoue que c’est plus compliqué de recruter un charpentier. « La  main d’œuvre peu qualifié reste facile à trouver, pour celle qui requiert de la technicité, nous  faisons appel aux savoir-faire locaux. Nous travaillons et coopérons avec tout le monde, c’est cet esprit de solidarité que je veux insuffler à toute mon équipe ».

 


Contact : alainhervetf@orange.fr
 

 

Taille du texte

L'évènement

Le 27 mars, c'est la soirée des nouveaux entrepreneurs, à Rennes, à la CCI Ille-et-Vilaine

Pour vous aider à réaliser vos premiers pas d’entrepreneur, améliorer vos performances, et accroître vos chances de réussite, la CCI Ille-et-Vilaine vous propose un dispositif spécifique. Venez le découvrir !