Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Restaurant le Patio à Evran (22). Une réactivité maximum pour garder la tête hors de l’eau

Véronique Maignant, le 08.01.2021

Pour Stéphane Richard et Yann Juliand, comme pour l’ensemble des restaurateurs, 2020 restera une "annus horribilis". L’ironie du sort a voulu qu’ils signent l’acte d’achat de leur restaurant Le Patio, située à Evran dans les Côtes d’Armor, le 13 mars 2020. Soit tout juste 24 heures avant l’annonce du confinement par le Gouvernement. Depuis, ils font preuve de créativité pour sauver leur commerce. Renouvellement de la carte, commandes à emporter, offre digitalisée, présence sur les réseaux sociaux et même lancement de produits gastronomiques…leur réactivité est tout simplement remarquable.  

Yann Juliand et Stéphane Richard ont repris le Patio à Evran dans les Côtes d'Armor, en mars 2020

« Suite à l’annonce de la fermeture de tous les restaurants, on a eu trois jours de flottement confie Stéphane Richard, mais on ne s’est pas laissé abattre. Très vite, on a décidé de réaliser par nous-mêmes tous les travaux de rénovation. Le chantier a duré de mars à mai et nous a permis de faire de substantielles économies. »  Avant que leur offre de reprise ne soit acceptée, en début d’année 2020, Le Patio était en liquidation. Pour les deux associés, il s’agissait d’une première affaire. « La signature n’a pas été reportée, tout simplement parce que nous ne nous attendions absolument pas à une annonce aussi brutale, 24 heures plus tard. Par chance nous avons financé notre projet sur nos fonds propres, sans recourir à aucun prêt. C’est ce qui va nous sauver ». Entre l’acquisition du fonds de commerce et l’ensemble des travaux l’investissement total s’élève à environ 100 000 euros.

 

Aides gouvernementales, régionales et locales

Face à la tournure des évènements, les deux associés font preuve de créativité. Alors qu’ils pensaient proposer une cuisine semi-gastronomique, ils se mettent aux pizzas et burgers, recrutent un pizzaiolo et misent sur la vente à emporter. Un changement de cap indispensable pour survivre. « L’aide gouvernementale de 1 500 euros du fonds de solidarité nous permet de payer le loyer et les fournisseurs. Nous allons aussi bénéficier d’une aide de 1 200 euros de Dinan Agglomération. Par ailleurs, sur les conseils de la CCI des Cotes d’Armor nous avons monté un dossier Pass Commerce et Artisanat et ainsi obtenu auprès du Conseil régional de Bretagne un financement de 7 300 euros pour nos travaux et l’achat de matériels de cuisine ».

 

Une excellente saison estivale

A la réouverture, fin mai 2020, la clientèle est de retour.  « Les locaux étaient impatients de découvrir le nouveau Patio ». Situé en bord de Rance, l’établissement dispose également de 5 chambres d’hôtes. Sur la période juin à septembre, les deux associés recrutent 5 personnes dont un apprenti. « En juillet, le taux d’occupation des chambres a été de 75%, en août, il a atteint 90%. L’afflux de touristes nous a permis de multiplier par deux notre chiffre d’affaires prévisionnel et ainsi renflouer notre trésorerie ». Hélas, cette période d’activité intense s’arrête de nouveau, fin octobre, avec la seconde fermeture imposée par le Gouvernement aux commerçants et restaurateurs.

 

Commandes en ligne

« Lors du premier confinement, nous n’avions pas mesuré les enjeux du digital. Nous prenions les commandes uniquement par téléphone. Or, étant fermé de 15 h à 18 h, nous avons très certainement perdu quelques clients », poursuit Stéphane Richard. Cette prise de conscience incite les associés à refondre leur site Internet et inclure une offre de réservation en ligne. « Les clients choisissent leur formule en ligne et l' heure de retrait. Nous n’avons pas retenu le paiement en ligne de peur de décourager une partie de notre clientèle, peu encline à un règlement sur Internet. Les gens payent sur place, lorsqu’ils viennent récupérer leur commande. L’avantage avec le site Internet est que nous pouvons bloquer les commandes dès que nous sentons que nous ne sommes plus en mesure de satisfaire la demande. Tout le monde veut sa pizza ou son burger entre 19 et 20 heures. Par téléphone, il est toujours possible de différer l’heure de retrait. » Le résultat s’avère payant, les commandes s’envolent et surtout une nouvelle clientèle voit le jour.

 

Actifs sur les réseaux sociaux

 « Depuis le début de l’année 2021, nous ne sommes ouverts que les vendredis, samedis et dimanches. Avec le recul, on s’est aperçu que c’était sur ces trois jours que nous réalisions l’essentiel de notre chiffre d’affaires. Tous les salariés sont au chômage partiel, à l’exception de notre apprenti. Il est essentiel qu’il mène à bien sa formation ». En parallèle, Stéphane Richard est très actif sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram en particulier. « Je partage un maximum de photos de nos plats et relaie les informations en lien avec la commune. Tout ce partage avec des Hashtags bien choisis aide à nous faire connaître et attirer de nouveaux clients ». Contacté fin d’année par la CCI des Côtes d’Armor dans le cadre d’un diagnostic digital- Digipilote- le restaurateur a pu balayer son site avec la conseillère en vue d’optimiser sa visibilité sur Internet.

 

L’épicerie fine, un nouveau créneau

Ce qu’il retient de cette période hors-normes: « Psychologiquement, c’est dur, en particulier pour mon associé, le chef cuisinier. Ce n’est pas son métier de faire des pizzas et des burgers. Nous sommes sous perfusion et malgré la vente à emporter, on survit. Je ne table pas sur une réouverture avant mars. Nous sommes en permanence sur le qui-vive, il faut être inventif ».  C’est pourquoi Stéphane Richard et Yann Julian se sont aussi lancés dans la production de rhum arrangé. « Nous avons créé une nouvelle société, JR Food et déposé notre marque : Têtes à claques. D’autres produits, à commander en ligne, sortiront bientôt, comme des cannelés en bocaux. On s’oriente vers l’épicerie fine. Il est indispensable de se diversifier. »

Découvrir le restaurant et les chambres d'hôtes Le Patio à Evran


L'évènement

Les enjeux de l'économie verte. Inscrivez vous dès à présent à cette (visio) conférence organisée le 26 janvier par le Club Totem

Les enjeux de l'économie verte. Inscrivez vous dès à présent à cette (visio) conférence organisée le 26 janvier par le Club Totem

Généralement réservé aux membres, le Club Totem ouvre sa prochaine conférence à tous les chefs d’entreprises des Côtes d’Armor. Une bonne opportunité de découvrir les enjeux de l’économie verte et de connaître les programmes d’appui mobilisables pour les entreprises. Cette conférence sera animée par l'Association Créativ et ponctuée de témoignages d'entreprises du territoire engagées dans cette thématique. Pour participer en présentiel ou en visio, il suffit de s'inscrire.

Recommandations