Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Rennes-Saint-Malo : le marché des îles Anglo-Normandes dans le viseur

Véronique Maignant, le 04.06.2019

Et si le Brexit représentait une opportunité majeure pour développer le business entre les îles Anglo-Normandes et les villes de Rennes et Saint-Malo ? Les membres du « Rennes Franco-British Business Club », créé à l’initiative de la chambre franco-britannique et la CCI Ille-et-Vilaine, y croient fermement.  Depuis son lancement en avril 2018, un groupe de travail multiplie les rencontres avec les principaux acteurs économiques. Le projet Transmanche est sur les rails.

Brian Murphy (à g ), délégué à la Franco-British Chamber en charge de la Bretagne et des îles Anglo-Normandes et Nicholas Beaty, Coordinateur réseau WTC Rennes Bretagne

Brian Murphy n’en démord pas : « Rennes dispose d’un potentiel économique formidable. Il n’est pas pensable que les entreprises de Jersey et Guernesey n’en profitent pas. Avec le Brexit qui arrive à grands pas, c’est un marché aux portes de l’Ille-et-Vilaine ».  Ce Britannique, installé en Bretagne, est depuis 2017 le délégué à la Franco-British Chamber en charge de la Bretagne et des îles Anglo-Normandes*.  A ce titre, il est à l’origine du rapprochement opéré en avril 2018 entre les deux chambres de commerce et WTC Rennes Bretagne**. « Depuis trois ans que les britanniques ont voté en faveur du Brexit, beaucoup de choses ont été dites sur les risques encourus par les entreprises. Au final, peu de dispositions concrètes ont été prises. En créant ce partenariat, il y a plus d’un an, nos présidents ont souhaité aller de l’avant, en favorisant le lien direct entre les entreprises d’Ille-et-Vilaine et celles du Royaume-Uni. Au fur et à mesure de nos échanges et réunions, nous avons pris conscience qu’un potentiel d’affaires important existait entre Saint-Malo et les îles Anglo-Normandes, Jersey et Guernesey. C’est ainsi que le projet Transmanche a vu le jour ».

 

Une grande part du fret maritime transite par l’Angleterre

La particularité des Îles Anglo-Normandes est qu’elles ne sont pas dans le Royaume-Uni mais sont des possessions de la couronne britannique. Malgré leur absence de participation au vote sur la sortie de l’union européenne, elles craignent par-dessus tout que si un accord sur le Brexit n’est pas trouvé entre la Grande-Bretagne et la communauté européenne, elles seront soumises à des droits de douanes et des taxes pour leurs marchandises sur le continent. Or, plus de 90% du fret maritime qui débarquent sur ces îles proviennent du port de Portsmouth. « Le plus aberrant, poursuit Brian Murphy est que la quasi-totalité des exportations des îles Anglo-Normandes part au Royaume-Uni et plus de la moitié repart vers le continent européen, en France, Italie, Espagne, Portugal, etc.  Les marchandises espagnoles destinées au marché des îles anglo-normandes transitent aussi pour partie par Portsmouth. Ne serait-il pas plus économique et plus écologique qu’elles transitent par le port de Saint-Malo ? A condition, bien sûr, d’adapter les infrastructures existantes. De même, il n’existe pas de ligne aérienne directe entre la France et les îles de Jersey et Guernesey. Pour se rendre à Paris, les jersiais passent là encore par le Royaume-Uni et changent ainsi d’avion voire même d’aéroport ! Vous imaginez la perte de temps ? Je pense qu’un transit par l’aéroport de Rennes suivi d’un trajet en TGV serait plus intéressant en termes de durée et de confort. Ce serait aussi un vrai plus pour la capitale bretonne. »

 

Expérimentation de la ligne de fret Saint-Hélier Saint-Malo

L’analyse du marché ainsi faite, le groupe de travail s’est rapproché des autorités de Jersey pour tenter de comprendre pourquoi une telle situation perdurait. Une des principales raisons pense Brian Murphy relève tout simplement de l’habitude : « la chaîne de distribution fonctionnant ainsi depuis des décennies, pourquoi faudrait-il la changer ? ». Sauf que le Brexit pourrait rebattre les cartes. Le risque de voir les taxes s’envoler et les temps de passage à la douane s’allonger ont incité certains responsables économiques à étudier d’autres solutions. Pour mieux convaincre l'ensemble des élus et décideurs des deux côtés de la Manche à s’intéresser à ce marché, deux entreprises de Jersey ont été sollicitées pour expérimenter la liaison maritime Saint-Helier Saint-Malo. « L’une comme l’autre ont reconnu de nombreux avantages. La première entreprise, fournisseur en produits alimetaires pour l’hôtellerie se tournait pour la première fois vers des marques bretonnes. Non seulement elle a été conquise par leur qualité, mais elle a gagné trois jours de durée de vie supplémentaires sur l’étagère. » C’est la Compagnie malouine Morvan et Fils qui a pris en charge le fret.

La balle est désormais dans le camp des responsables économiques et politiques. Intéressés par ce projet Transmanche, les premiers se sont donnés rendez-vous les 19 et 20 juin prochain à Rennes, en vue de signer un partenariat. Seront présents les présidents des CCI d’Ille-et-Vilaine, de Jersey, de Guernesey et britannique en France.

WTC Rennes Bretagne 

Rennes : la CCI Ille-et-Vilaine crée un club d’affaires franco-britannique

*Les îles Anglo-Normandes :  180 000 habitants, un tiers de plus en haute saison avec les travailleurs saisonniers et les touristes. Le Pib par habitant atteint 45000 euros / an

**Fort d'une centaine de membres, le WTC Rennes Bretagne est un Club d'entrepreneurs qui échangent autour des sujets liés à l'International. Il est porté par la CCI Ille-et-Vilaine


L'évènement

Challenge national du commerce et des services 2020 : les inscriptions sont ouvertes

Organisé par CCI France et le réseau des Chambres de commerce et d’industrie en partenariat avec la Fondation d’entreprise MMA des entrepreneurs du futur, ce Challenge permet aux entreprises participantes de bénéficier de retombées en matière de communication et de valoriser leur société. Informations et inscriptions