Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Production végétale. Les groupes Eureden, Tromelin et Valorex relocalisent la filière protéique

Maude Duval, le 18.09.2020

L'enjeu est clairement défini : accélérer l'autonomie protéique, de la Bretagne en premier lieu et de la France à terme. Pour ce faire, les groupes bretons Eureden, Tromelin et Valorex ont créé un groupement d'intérêt économique pour construire une filière locale de production végétale à forte teneur en protéines, et amorcer ainsi un retour à une souveraineté alimentaire. Une première sur le territoire national.

Parce que l'alimentation des bétails en Bretagne est dépendante à 95% des importations de matières protéiques (le soja principalement), parce que cette filière d'importation (le soja précisément) participe de façon significative à la déforestation de l'Amazonie, les groupes Eureden, Tromelin et Valorex, trois acteurs majeurs de la production agricole et agroalimentaire en Bretagne, unissent leurs savoir-faire pour initier et structurer une filière locale de production végétale riche en protéines. Une première en France qui pourrait rapidement se dupliquer pour accélérer l'élan de relocalisation soutenu par le plan de relance gouvernemental.

"Il s'agit de construire une filière de production végétale riches en protéines qui soit rentable, durable et dont le modèle puisse se dupliquer l'échelle du pays", s'entendent les trois dirigeants, Yves Nicolas d'Eureden, Stéphane Deleau de Valorex et Henri Tromelin de Tromelin nutrition, présents ce jeudi 17 septembre sur le site de production de Tromelin nutrition, à Plounéventer (29), pour présenter ce GIE "Services de valorisation des protéines", ou GIE SVP.

1/ produire

Le premier, à la tête de la coopérative Eureden, rassemble près de 20 000 agriculteurs adhérents qui pourront compléter leur assolement avec la culture de protéagineux, pois et féveroles notamment. "Les légumineuses à graines occupent aujourd'hui 0,6% de la surface agricole bretonne, alors que les céréales en couvrent près de 30%", compare Yves Nicolas, directeur production, nutrition et santé animale chez Eureden.

L'objectif du GIE SVP est donc d'encourager le retour à la culture de légumineuses et d'accompagner leur développement en Bretagne. "En ce qui concerne le végétal, il s'agit de démontrer la rentabilité et la plus-value agronomique de ces cultures", explique Yves Nicolas.

Les agriculteurs seront accompagnés via un système de contractualisation afin de favoriser l'élaboration d'une filière tracée et de qualité. En 2020, 1000 hectares de pois et de féveroles seront semés via Eureden. La coopérative s'engage à fournir 2 250 tonnes de protéagineux, pour commencer. 

2/ transformer

Pour Tromelin, producteur de nutrition animale, et Valorex, spécialiste dans la transformation des graines oléagineuses et protéagineuses à destination de l'alimentation, leur engagement au sein de ce GIE SVP relève dans l'optimisation de la transformation des graines protéiques sélectionnées. 

A eux deux, ces industriels ont prévu un investissement de plus de 5 millions d'euros dans l'amélioration de leurs outils de production dédiés à cette filière :  3M€ pour l'industriel finistérien qui a d'ores et déjà adapté sa flotte de machines au sein de son usine de Plounéventer, et de l'ordre de 2,1M€ pour l'entreprise brétlilienne qui a prévu d'améliorer sa ligne de cuisson-extrusion. 

"Les graines mises en culture et collectées par Eureden subissent un traitement spécifique pour être transformées en aliment hautement digestible par l'animal. Ce process est issu de la recherche de Valorex dans le cadre du programme Proleval", précise Stéphane Delveau, directeur général de Valorex. 

3/ valoriser

Au terme de ce process, le GIE SVP élaborera de nouveaux produits à destination des éleveurs bretons. Ces programmes de recherche et d'innovation seront financés par le GIE SVP, à hauteur de de 225 000 € annuels dédiés aux projets de valorisation des protéines végétales. L'objectif étant d'obtenir, in fine, des rendements protéiques laitiers équivalents sinon meilleurs à ceux issus de la ration habituelle de tourteau de soja. 

Les études avancées par les chercheurs du GIE SVP annoncent d'ores et déjà des résultats et bénéfices encourageants. "Avec la structuration d'une filière coordonnée, valorisée et rentable, nous allons devenir un modèle", escomptent les acteurs du GIE SVP.


L'évènement

Jusqu'au 15 mai, candidatez au prix de l'entrepreneur de l'année

Le Prix de l'Entrepreneur de l'Année met à l'honneur depuis près de 30 ans ces femmes et ces hommes, créateurs de richesse et d’emplois en France Les entrepreneurs à la tête d’une entreprise alliant un modèle économique pérenne et une capacité démontrée à générer de la croissance peuvent faire partie de ce palmarès en soumettant leur dossier en ligne jusqu’au 15 mai 2021.  Le Prix de l’Entrepreneur de l’Année se tient sur l’ensemble du territoire français : Auvergne-Rhône-Alpes, Est, Ile-de-France, Nord de

Le Prix de l'Entrepreneur de l'Année met à l'honneur depuis près de 30 ans ces femmes et ces hommes, créateurs de richesse et d’emplois en France. Les entrepreneurs à la tête d’une entreprise alliant un modèle économique pérenne et une capacité démontrée à générer de la croissance peuvent faire partie de ce palmarès en soumettant leur dossier en ligne jusqu’au 15 mai 2021.

Le Prix de l’Entrepreneur de l’Année se tient sur l’ensemble du territoire français : Auvergne-Rhône-Alpes, Est, Ile-de-France, Nord de France, Nouvelle-Aquitaine, Ouest, Sud-Est et Occitanie. Les lauréats distingués dans chacune des régions concourront ensuite pour la cérémonie nationale qui se tiendra en fin d’année 2021 à Paris.

Le Prix de l’Entrepreneur de l’Année est organisé par EY, en partenariat avec HSBC Continental Europe, Verlingue, courtier en assurances, et Steelcase, leader mondial de l’aménagement tertiaire, avec le soutien de Bpifrance.

Recommandations