Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Pari gagné pour les 3 salariés repreneurs de Roto Armor (Plouagat-22).

Bretagne économique, le 30.05.2012

La rentabilité dégagée par l’imprimerie depuis sa reprise en 2007, via un LBO, permet 2 ans avant la fin du remboursement de la dette d’envisager les futurs investissements. La seule difficulté est d’opérer le bon choix d’équipement. «Concurrencé par Internet et l’impression numérique, on a de cesse depuis quelques années de nous prédire la fin du papier, explique Franck Communier, l’un des trois associés repreneurs. Paradoxalement, depuis le début de l’année nous sommes en surcharge de travail comme d’ailleurs tous les rotativistes en France. La nécessité accrue de fidéliser et recruter des clients a certainement entraîné les services marketing à multiplier les opérations d’encartage ou d’envoi de prospectus et plaquettes. Les retombées papier seraient-elles supérieures à celles d’Internet ? Il faut le croire ! Et c’est une bonne nouvelle qui nous permet d’envisager un CA 2012 (31.07) en hausse sensible à 9 millions d’euros, il était de 8,2 millions d’euros en 2011 avec un résultat net de 384 800 euros. »
De G à D, Franck Legonidec, Franck Communier et Bruno Lepage.

Roto Armor a la particularité d’être la dernière imprimerie en France à avoir investi dans des rotatives à 8 feuilles. Après la crise elle a fait le choix stratégique d’investir 500 000 euros dans du matériel pour façonnage, tâche qu’elle sous-traitait au préalable. Cette réorganisation a payé. Aujourd’hui, l’effectif se monte à 48 personnes. Travaillant principalement avec 3 secteurs d’activité, banque, automobile et tourisme, ses clients se situent hors Bretagne. « A court terme, nous sommes sereins mais à long terme, le marché de l’impression papier reste incertain. Le prix du papier, du moins celui pour l’écrit, est catastrophiquement bas, ce qui confirme que la demande est au point mort. Malgré tout, nous n’attendrons pas la fin des 7 ans pour investir. Les rotatives à 8 feuilles ne sont plus fabriquées et les vitesses des imprimantes numériques sont encore loin de rivaliser avec l’offset : comme vous le voyez le choix n’est pas simple et l’avenir du marché encore moins…mais nous avons les reins solides »


L'évènement

L'Open de l'International revient le 5 juillet , pour une édition on line

L'Open de l'International revient le 5 juillet , pour une édition on line

Le 5 juillet 2021, 150 prestataires étrangers agréés Bretagne Commerce International (BCI) résidant dans 70 pays différents seront à la  disposition des entreprises bretonnes pour les rencontrer en entretiens B2B, trouver de nouvelles opportunités de marchés à l’international, échanger sur des projets ou missions en cours sur les 5 continents…Informations et inscriptions.

 

Recommandations