Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Objet social de l’entreprise : Laurence Méhaignerie (Citizen capital), chef de file de la communauté des entreprises à mission

Véronique Maignant, le 10.03.2018

Alors que Nicole Notat et Jean-Dominique Senard, viennent de remettre au ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, leur rapport sur l'évolution de l'objet social de l'entreprise, un petit groupe d’entrepreneurs parmi lesquelles Laurence Méhaignerie, originaire de Vitré (35), Présidente  de Citizen Capital lance la communauté des entreprises à mission.

Laurence Méhaignerie

 

Tout d’abord le rapport Notat et Senard  préconise que les entreprises prennent en  compte « les enjeux sociaux et environnementaux » de leur activité,  au sens large et pas seulement de  l'intérêt des actionnaires, tel que cela est rédigé aujourd'hui. Mais pas question que la réécriture des articles 1833 et 1835 du Code civil se traduise par une avalanche de contentieux. Il s’agit avant tout  de recréer de la confiance autour de l'entreprise, dont l'image s'est dégradée, notamment auprès des générations qui entrent sur le marché du travail. La mission propose par ailleurs de compléter l'article 1835 sur les statuts en ajoutant : « L'objet social peut préciser la raison d'être de l'entreprise constituée. » Il s'agit d'une option laissée à la main du conseil d'administration, qui pourra préciser des sujets sur lesquels l'entreprise s'engage : diversité, environnement, etc.. La communauté des entreprises à mission initiée par Citizen Capital avec Camif, Mines Paris Tech et Nuova Vista va donc  s’attacher au cours des prochains mois  à diffuser le plus largement  possible ce modèle d’entreprise qui selon elle « contribue activement au bien commun ».

 

Citizen Capital : servir les intérêts de la communauté comme ceux des actionnaires

Originaire d' Ille-et-Vilaine, Laurence Méhaignerie est la fille de Pierre Méhaignerie, maire de Vitré .  Après avoir travaillé pour l’Institut Montaigne dans le cadre d’un rapport sur les politiques publiques en matière d’égalité des chances, elle a eu une expérience d’un an dans un cabinet ministériel. C’est là qu’elle s’est intéressée de près au rôle de l’entreprise dans la sphère publique. « Un concept très anglo-saxon mais peu français . Maintenant on parle plus facilement d’investissement d’impact sociétal. On sert les intérêts de la communauté comme ceux des actionnaires. L’utilité publique depuis le privé n’est plus tabou ». Cette conviction l’a conduit à cofonder en 2008 Citizen Capital qui investit des montants compris entre 1M et 5M€ en fonds propres dans des entreprises françaises en forte croissance, avec un chiffre d’affaires supérieur à 1M€ et engagées sur un ou plusieurs thèmes comme l'inclusion, la mobilité sociale, la production et consommation responsable, l'innovation sociale et managériale. Une des premières entreprises financées a été TraceTV, un groupe de média pour la jeunesse, notamment tourné  vers les pays d’Afrique, la  Camif, en 2013, lorsque les nouveaux dirigeants voulaient rendre toute leur démarche responsable et locale : donner du sens aux achats et créer des emplois localement. Plus récemment, Citizen Capital a investi dans Openclassrooms, une société qui propose la première formation diplômante en ligne reconnue par l’État et forme gratuitement 30 000 chômeurs. Elle  accompagne aussi Ulule, pour leur financement participatif.

 

Lancement de la communauté  des entreprises à mission fondée sur le partage d'expériences  

 « Au-delà du débat sur le Code Civil et l’éventuelle adoption d’un statut spécifique, comment concrètement construire une entreprise à mission ? Nous vous proposons de nous inspirer des communautés d’innovation fondées sur le partage d’expériences, la réciprocité, la collaboration et la mise à disposition open source pour approfondir les 4 branches de l’entreprise à mission : formuler une mission, engager et s’engager, rendre compte, protéger et pérenniser. L’objectif est aussi de faire grandir les entreprises à mission et faire entendre les voix des entrepreneurs qui affirment le rôle de social de l’entreprise dans la société du XXIème siècle », indiquent les initiateurs de cette communauté. 

Fonctionnement :

•Accueillir des entreprises de toutes tailles, de tous statuts et de tous secteurs qui contribuent à une forme de bien commun, animées par une volonté de progresser dans la voie de l’entreprise à mission

• Un écosystème qui permet de nourrir les échanges (experts, chercheurs, autres mouvements d’entreprises réfléchissant à ces sujets), avec un recrutement par cooptation et un engagement de réciprocité fondé sur l’échange et la contribution

• Les 1ers membres de la communauté, (une trentaine d’entreprises à ce jour) élaborent un manifeste (programme d’action) et arrêtent les grandes lignes qui organisent les échanges et les règles du jeu. De là s’organisent des rencontres régulières structurant le mouvement.

1 ère rencontre des entreprises à mission les 6 et 7 juillet à Aix-En-Provence pour la Fabrique d’Avenir, au Parlement des Entrepreneurs d’Avenir @The Camp Témoignages, retours d’expérience, tables rondes, ateliers… sur les entreprises à mission.

contact@citizencapital.fr

 

Les membres initiateurs de la communauté des entreprises à mission :

Emery Jacquillat - Camif Matelsom

Laurence Méhaignerie -  Citizen Capital

Blanche Segrestin, Kevin Levillain   - Mines Paris Tech

Anne-France Bonnet - Nuova Vista