Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Du marbre dont on fait …les paquebots MDY Marbresol, marbrier au savoir-faire d’exception

Bretagne économique, le 09.06.2010

Depuis son rachat en 2008 par le groupe MDY (Marbrerie des Yvelines), l’entreprise guidéloise Marbresol gagne des parts de marché dans le milieu du luxe. En 2009, elle a travaillé sur le hall d’accueil du paquebot de croisière Magnifica de la compagnie STX.
Marbresol travaille depuis 50 ans comme marbrier haut de gamme. Rachetée par MDY en 2008 suite à un redressement judiciaire, l’entreprise s'est remise en ordre de marche. « Marbresol a toujours privilégié la qualité du travail à la quantité. Elle bénéficie d’une très belle image de marque », souligne Marc Pitussi, directeur de Marbresol. L’entreprise, implantée à Guidel (56), doit répondre aux très hautes exigences de certains de ses clients. « Dénicher des plaques de marbre aux veines parfaites, peu de marbriers savent le faire. Nous ne sommes que trois entreprises françaises sur ce créneau. Nos deux concurrents sont basés à Nantes et Paris. »

Paquebots de croisière, boutiques Chanel et Dior
_ Depuis quelques années, l’entreprise séduit les paquebots de croisière. En 2009, elle a décroché un très gros marché, lié à l’agencement du hall d’accueil du paquebot MSC Magnifica (fabriqué par STX à Saint-Nazaire) et à l’habillage de ses spas. « On a commencé fin juillet et on a terminé en novembre ! Les exigences étaient très hautes. Nous sommes allés chercher le marbre directement où il est produit, en Italie, avec les architectes », précise Marc Pitussi. Grâce à ce chantier de 450 000 euros (quatrième du genre pour l’entreprise), MDY Marbresol a pu atteindre un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros en 2009. L’entreprise rêve à présent de renouveler l’expérience en 2010. Elle attend d’ailleurs une réponse pour un chantier d’aussi grande importance, sur un paquebot…
Mais le domaine du luxe, ce n’est pas nouveau pour MDY Marbresol. La PME travaille aussi pour Chanel et Dior. Les prestigieuses marques ont en effet acheté chez Marbresol un produit blanc à base de poudre de marbre pour le faire poser sur les sols de toutes leurs boutiques. Marbresol est aussi reconnu dans le milieu des hôtels de luxe parisiens, comme le Plaza Athénée ou le Madarin Hôtel, deux enseignes qui ont choisi MDY pour le marbre de leurs salles de bains. Marbresol travaille actuellement sur un chantier en Ouzbékistan, celui du palais présidentiel, comprenant 200 m2 de marbre, murs et plafonds compris ! « Ce chantier, nous l’avons obtenu grâce à un architecte qui nous a repérés au Salon Maison et Objets », tient à souligner Marc Pitussi.

Marbre et carrelage pour séduire tous les clients
_ MDY Marbresol n’a pas pour autant vocation à se spécialiser sur les gros marchés luxueux. « Pas question de dépasser les 500 000 euros pour un gros marché. Nous sommes une PME de 16 personnes, avec certes un bureau d’études de six personnes, mais il ne faut pas être trop gourmand », confie Marc Pitussi. MDY Marbresol compte bien continuer à honorer ses commandes de particuliers. D’autant qu’elle propose, contrairement à ses concurrents, la possibilité de mélanger marbre et carrelage. Un bon point quand on sait que le prix pour faire poser du marbre dans une salle de bains démarre à 15 000 euros, alors qu'avec un mélange carrelage et marbre on divise d’emblée la facture par deux. « Tous nos clients ne sont pas riches ! On fait beaucoup de rénovations de salles de bains pour des seniors qui ont envie de produits de qualité… », note Marc Pitussi.
Marbresol envisage donc de continuer ainsi, sans nouvelles embauches, tout en s’accordant une ou deux grosses commandes annuelles. Avec un souci de taille pour Marc Pitussi : le vieillissement des salariés et l’absence de formation de marbrier. « Nous allons devoir remplacer des départs en retraite, mais avant cela il faut commencer à former des jeunes sur le tas ! C’est un métier extraordinaire, à condition de n’avoir peur ni de la poussière, ni de travailler les pieds dans l’eau !».

Charlotte Viart
_ N° 200 mai 2010

Taille du texte

L'évènement

Meilleure maîtrise des risques, les clés pour comprendre la révision des référentiels agro

Crises sanitaires, internationalisation des échanges, concurrence exacerbée, exigences de traçabilité, maîtrise des coûts, volatilité des goûts des consommateurs… L'Afnor Bretagne organise le mercredi 28 novembre, de 9 h à 12 h 30, à l'Agrocampus de Rennes, un colloque sur la sécurité des denrées alimentaires. Inscrivez-vous !

 

Recommandations