Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Le projet breton Pump-Ille-Up, en lice pour le concours national « Mon projet ma planète » : plus que 15 jours pour le soutenir

Véronique Maignant, le 25.04.2018

Intégrer des micro-turbines dans les réseaux d'eau pour récupérer l'énergie perdue afin de la transformer en électricité, c’est le projet novateur d’Erik Zilliox, fondateur de Pump-ille-Up, à Rennes. Sélectionné dans le cadre du concours national,  « Mon projet pour la planète », lancé par Nicolas Hulot, il a besoin de tous les bretons pour passer une seconde étape et tenter d’être dans les 50 projets finalistes. A la clé une aide de 100 000 euros sur trois ans.

 « Dans le cadre de « Mon projet pour la planète », chaque citoyen avait la possibilité de proposer un projet pour lutter contre le réchauffement climatique. 1 173 projets ont été déposés. Un premier jury a sélectionné et retenu 420 projets qui aujourd’hui et jusqu’au 11 mai sont soumis au vote des citoyens », explique Erik Zilliox chef du projet Pump-ille-Up, basé à Rennes. Afin de lutter contre le réchauffement climatique, je souhaite intégrer des micro-turbines sur le réseau d'eau urbain, au niveau des réducteurs de pression, pour réduire la pression, et récupérer l'énergie perdue pour la transformer en électricité ».  A travers ce projet, l’idée d’Erik Zilliox est aussi et surtout de structurer toute une filière locale de micro-hydroéléctricité, jusque-là entre les groupes nationaux.

« Ce gisement d’énergie reste inexploré et permettrait de (re) lancer une filière délaissée, celle de la petite hydroélectricité. Il est économiquement viable d’équiper un maximum de sites à travers une innovation simple, abordable et pourvoyeuse d’emplois locaux. Un seul site peut alimenter l’équivalent de la consommation électrique de 10 à 100 logements », poursuit le chef de projet.

 

Les partenaires déjà mobilisés

Parmi les partenaires mobilisés, désireux d’identifier les sites à fort potentiel de production d'énergie citons  Créativ, les syndicats départementaux d'énergie 22, 35, 56, le syndicat mixte de gestion d’approvisionnement d'eau potable 35, le Syndicat Mixte Arguenon-Penthièvre, Eau du Morbihan ou encore la direction Assainissement Rennes métropole. Des entreprises locales montrent également un vif intérêt pour participer au cluster et trouver de nouveaux débouchés.

 

Un projet pionnier

Jusqu’à aujourd’hui, les réducteurs de pression ont pour seule fonction de réduire la pression de l’eau des réseaux d’eau urbains. Or, de l’énergie se dissipe. Il s’agit donc de créer une dérivation parallèle (un by-pass) afin d’apposer des micro-turbines qui réduiraient la pression et récupéreraient l’énergie perdue pour la transformer électricité. Les réducteurs de pression restent en place dans la canalisation principale afin de fonctionner lors d’une maintenance/panne de la turbine. Il est donc possible de produire de l’électricité à partir de l’énergie perdue (de 40 000 à 400 0000 kWh/an selon les sites). Concernant les technologies, l’utilisation des turbines/pompes déjà sur le marché est envisageable. Les entreprises de pompes trouvent d’ailleurs ici  un nouveau débouché.

Tous les citoyens peuvent aujourd’hui prendre part au projet en se prononçant. Les projets qui auront le plus de votes bénéficieront d’une subvention.

Le projet en quelques slides 

Découvrez le projet Pump-Ille-Up et votez pour lui 


Taille du texte

L'évènement

Startup Weekend du 29 au 31 mars à Saint-Brieuc : les inscriptions sont ouvertes

Startup Weekend du 29 au 31 mars à Saint-Brieuc : les inscriptions sont ouvertes

Startup Weekend rassemble des personnes aux profils variés, qui possèdent la fibre entrepreneuriale. Regroupées en équipes, elles ont 54 heures pour proposer une idée de startup. L'évenement se déroule à la CCI des Côtes d'Armor. Inscrivez-vous dès aujourd'hui.