Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

La santé des dirigeants pendant le confinement : apparition du risque de burnout d'empêchement

Maude Duval, le 15.05.2020

Olivier Torrès, professeur à l'université de Montpellier et président-fondateur de l'Observatoire Amarok publie les résultats d'une enquête nationale qu'il vient de mener sur "l’état de l’entrepreneuriat français et le redémarrage économique". Il a ainsi pu sonder l'état de santé des dirigeants d'entreprise en s'appuyant sur différents réseaux professionnels et consulaires. La CCI du Morbihan a relayé cette enquête nationale en sollicitant ses ressortissants. 

DR

Quel est l’impact de la crise actuelle sur l’état de santé des entrepreneurs ? Les chefs d’entreprise sont-ils en vigilance entrepreneuriale, c'est-à-dire assez agiles pour pouvoir transformer leurs idées en opportunités ? Cette vigilance a-t-elle un impact sur la capacité de rebondir, conditions du redémarrage économique ?

Enseignant-chercheur à l'Université de Montpellier, le professeur Olivier Torrès a fait de la PME son champ d'étude de prédilection. A l'heure de la crise et de la mise en confinement de la majorité des activités économiques, il a engagé une large enquête nationale sur la santé des dirigeants en ces temps mouvementés et incertains.

Pour ce faire, il s'at appuyé sur les réseaux professionnels et consulaires qui fédèrent des milliers de chefs d'entreprise. La CCI du Morbihan compte parmi ces relais. La collecte s’est déroulée du 16 au 22 avril, un mois après le passage au stade 3 de l'épidémie en France.

Un taux de réponse élevé

Au total, 46 220 chefs d’entreprise, commerçants, artisans, professionnels libéraux et agriculteurs ont été invités à renseigner un questionnaire de 102 questions dont la durée de passation a été estimée à 15 minutes. Au final, 1 925 ont renseigné l’intégralité du questionnaire, soit un taux de réponse de 4,16%. "Ce taux de réponses est très élevé, estime le chercheur. Cela est dû à deux raisons principalement : la plus grande disponibilité des entrepreneurs en situation de confinement et l’intérêt suscité par l’objet de l’étude. Le redémarrage économique est une question clé du rebond français."

Les résultats de cette étude ont été publiées cette semaine, sur le site de l'Observatoire Amorok et Labex Entreprendre, deux entités de recherche présidées par le Pr Torrès.

Des entrepreneurs atteints par un risque accru de burnout

Ils montrent que "le risque de burnout s'est considérablement accru ces deux derniers mois. Les principaux déterminants de cette dégradation de la santé mentale des chefs d'entreprise sont les sentiments d'impuissance et d'être coincés. Cela veut dire que les chefs d'entreprises déclarent être passés d'un risque de burnout d'épuisement à un risque de burnout d'empêchement", synthétise Olivier Torrès dans un article d'opinion qu'il cosigne avec Nicolas Dufourcq, président de BpiFrance et publié dans le journal La Tribune, le 13 mai dernier. 

"Mais cette étude met aussi en exergue le renforcement de traits psychologiques déterminants dans le processus résilient, un "capital salutopreneurial" ou "décret de la volonté" qui profiteront tout autant à eux-mêmes qu'à la relance de l'économie."

Sommeil dévasté

Dans le détail, cette étude révèle que les chefs d'entreprise sont davantage préoccupés par le risque du dépôt de bilan (30,5%) que par celui de contracter gravement le virus du Covid-19. Si cette période de repos forcé a bénéficié à leur santé physique, la plupart des dirigeants avouent une santé mentale dégradée et un sommeil dévasté. "Les entrepreneurs français sont sur les nerfs. Rien n’est pire pour eux que la rude épreuve de l’inactivité. La baisse de régime est vécue comme une angoisse du lendemain. La mesure de la qualité du sommeil vient conforter ce constat : jamais, depuis que l’Observatoire Amarok mesure la santé des entrepreneurs, nous n’avons constaté une aussi mauvaise qualité du sommeil. La situation actuelle hante les nuits blanches des chefs d’entreprise", confirme Olivier Torrès.

Sentiment d'impuissance

Selon des calculs spécifiques et scientifiques, le chercheur a pu établir le score de burnout qu'il juge élevé auprès des chefs d'entreprise interrogés. "9% d'entre eux atteignent en phase qui nécessiterait une aide ou une intervention extérieure", analyse l'enseignant. Il y a quelques semaines, en plein confinement, Bercy et les organismes consulaires ont à ce sujet activé une cellule d'écoute et de soutien psychologique .

Revenant sur l'enquête, Olivier Torrès note que la nature de ce burnout est en train de muter pour laisser émerger un sentiment d'empêchement plutôt que d'épuisement. "Le sentiment d’impuissance et d’être coincé, ainsi que les difficultés à dormir sont exacerbés(...). Ce sont les trois déterminants les plus forts du risque d’épuisement professionnel actuel des chefs d’entreprises. A l’épuisement du combattant qui travaille trop succède un épuisement d’attente où, à l’image du soldat anxieux qui attend l’heure de livrer bataille, les entrepreneurs rongent leurs freins et se sentent empêchés."

Une capacité de résilience en augmentation

La bonne nouvelle de cette étude réside dans le constat d'une nette augmentation de la capacité de résilience. Olivier Torrès nomme ce trait de caractère le capital salutopreneurial du dirigeant, c'est-à-dire sa capacité à combiner deux fonctions complémentaires et salvatrices : la résolution de problèmes et la création de sens. "Les capacités à s’adapter, à résoudre les problèmes, à assumer les conséquences et à donner du sens à ses actions sont stimulées par la crise. De même, la capacité de résilience est en augmentation", précise le professeur.

En conclusion, Olivier Torrès identifie et revendique le "décret de volonté" propre aux chefs d'entreprise pour les aider à faire face et sortir de cette crise. Il reconnait également le rôle déterminant et bénéfique des corps intermédiaires et des acteurs de proximité (réseaux consulaires, syndicats de branche et associations économiques) pour accompagner, aider et soutenir les dirigeants pendant cette période inédite.

En lire plus

Voir les résultats de cette enquête 
Lire la tribune conjointe d'Olivier Torrès et Nicolas Dufourcq


L'évènement

24H pour l'Emploi et la Formation, le 29 septembre à Brest Arena

Le salon 24H pour l'Emploi et la Formation s'installe à Brest le mardi 29 septembre 2020 à Brest Arena.

Ce salon permettra aux candidats de venir à la rencontre de nombreux recruteurs et de postuler à des centaines de nouvelles offres.