Accès par territoire
Menu principal
Votre territoire

La boutique de Lilie à Plouagat (22) : « les réseaux sociaux ont chamboulé ma vie »

Véronique Maignant, le 09.05.2019

A la tête d’une boutique de vêtements à Pouagat, dans les Côtes d’Armor, Laëtitia Dufrêne commence à s’investir sur Facebook en 2018. Très vite, les ventes s’emballent. En mars 2019, elle ouvre son site e-commerce. Résultat :  en cinq semaines, la jeune femme décroche 600 commandes et un article dans un prochain numéro de Voici. Histoire d’une success-story bretonne.

Le site, www.laboutiquedelilie.fr a ouvert le 12 mars 2019. En cinq semaines, Laëtitia Dufrêne a enregistré 33 000 visites uniques et près de 600 commandes.

La voix est tonique, le débit rapide, il s’agit d’aller à l’essentiel. C’est que depuis deux mois, Laëtitia Dufrêne n’a plus de temps, ni pour elle, ni pour sa famille.  Elle travaille 14 heures par jour pour honorer ses commandes en provenance de toute la France. « J’ai beaucoup de mal à expliquer ce succès. Pour autant, c’est une vraie fierté pour moi, de faire partir de Plouagat, des colis à destination de Paris, Marseille, Bordeaux, etc. »

 

Premières commandes à distance avec Facebook

Il y a cinq ans, cette jeune femme de 38 ans, mère de deux enfants, a ouvert une boutique de vêtements à Plouagat, une commune de 2 800 habitants située entre Saint-Brieuc et Guingamp. « Je propose des vêtements à prix doux, pour les femmes de 25 à 55 ans, dans toutes les tailles, du XS au XXL ». Pendant trois ans, sa présence sur les réseaux sociaux reste minime. Le chiffre d’affaires stagne.

Début 2018, la jeune femme décide d’investir Facebook.  Dès lors, elle met en ligne, chaque lundi soir, à la même heure, des photos de ses tenues, en jouant elle-même le mannequin. « L’objectif était de créer une addiction auprès de mes fans.  Pour booster ma visibilité, j’ai commencé à y consacrer un budget hebdomadaire de 50 euros. Puis je suis passée à 250 euros ». Pari réussi : avec de belles photos, la viralité prend et Laëtitia Dufrêne se lance dans les commandes à distances avec Facebook.

 

Création d’un site e-commerce

En parallèle, courant 2018, la jeune femme réfléchit avec l’agence 2KOM (Trégueux) au lancement d’un site vitrine. En septembre, face à l’envolée des ventes, elle opte pour un site e-commerce. Une boutique en ligne sur PrestaShop, couplée à son logiciel de caisse de manière à gérer ses stocks en temps réel, voit le jour. Avec un budget global de 8000 euros, création de site compris, elle avoue bénéficier d’un suivi quotidien de l’agence. « Ils me conseillent sur les prises de vues, mettent en place de nouvelles fonctionnalités comme une Google Business Page optimum avec des photos, des articles, des produits, des liens. Ils ont également installé un système permettant de mettre mon catalogue e-commerce sur ma page Boutique Facebook.  Mes prix attractifs, en moyenne 25 euros la pièce, attirent les clientes mais surtout les fidélisent. Ce sont des femmes qui préfèrent payer moins cher mais changer régulièrement de tenues ».  Aujourd’hui 10 000 fans suivent sa page Facebook. « D’une manière générale, je poste mes photos le lundi, vers 18 heures Seulement quelques heures après, j’ai déjà une quarantaine de commandes. Pour que ça marche, il faut être d’une régularité exemplaire.». Son panier moyen ne cesse de progresser et ses ventes sur Internet dépassent largement celles de son magasin.

 

600 commandes en 5 semaines

Le site, www.laboutiquedelilie.fr a ouvert le 12 mars 2019. En cinq semaines, Laëtitia Dufrêne a enregistré 33 000 visites uniques et près de 600 commandes. Elle propose la livraison gratuite en point relais. « C’est inattendu, au-delà de mes espérances. Ma vie est totalement chamboulée ». Désormais, chaque lundi, elle part faire ses achats sur Paris. A peine rentrée, elle enregistre ses stocks, puis fait le mannequin, récupère les photos et les mets en ligne avec un commentaire pour chaque vêtement. Dès le lendemain, il lui faut porter ses commandes à la Poste et continuer d’accueillir ses clientes en boutique : « certaines viennent même de Brest ». Il lui faut aussi animer les réseaux sociaux, gérer les réassorts : « en cas de rupture de stock, il m’arrive de faire un second A/R sur Paris dans la semaine ». Un nouvel arrivage, c’est à chaque fois, 200 pièces à traiter. Consciente qu’elle ne pourra pas continuer indéfiniment à ce rythme, elle espère pouvoir embaucher, au plus tard, début 2020. La sortie d’un article dans Voici pourrait la contraindre à accélérer ce calendrier : « c’est un numéro spécial consacré aux vêtements d’été, sans marque. Ils m’ont repéré via Google ».  Avis aux fans : l’article paraîtra le 17 mai.

D’ici là, Laëtitia Dufrêne l’assure : « je pars du principe, que pour celui qui se lève tous les jours pour aller travailler, au bout d’un moment, ça finit par payer ». CQFD

www.laboutiquedelilie.fr

Facebook : la boutique de Lilie


L'évènement

L'impact de la guerre économique sur les grandes entreprises du Morbihan

Guerre Economique

Intitulée "La guerre économique, une réalité d'aujourd'hui", la conférence -débat proposée conjointement par la CCI du Morbihan et le Syndicat français de l'intelligence économique (Synfie) s'accompagne du lancement national de l'Observatoire de l'intelligence économique. Nombre de places limité, événement s'adressant majoritairement aux chefs d'entreprises. Inscriptions en ligne.