Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

IRT B-Com vise l'indépendance financière avec sa solution souveraine de 5G privée

, le 23.06.2022

L’institut de recherche technologique breton B-com fête ses 10 ans. L’occasion pour Bertrand Guilbaud, son directeur général, de revenir sur ses principales réussites dans les domaines de la vidéo, de la protection des contenus et plus récemment de Dome, sa solution de réseau 5G privée. Cette dernière vise à s’affranchir des technologies des GAFA. En cours de déploiement auprès de grands groupes français comme SNCF, EDF ou Lacroix, elle pourrait rapporter des « dizaines de millions d’euros » à l’horizon 2025.

Bertrand Guilbaud, directeur général de B-Com

« Avec 33 % de taux de réussite aux projets européens contre 11% en moyenne à l’échelle nationale, B-com est devenue en 10 ans une référence internationale dans le développement d’innovations technologiques (infrastructures réseaux, traitement/distribution son et image, cybersécurité), explique Bertrand Guilbaud. Au total, une trentaine de produits et services à destination des industriels a été mise sur le marché. « L’avenir passe par la commercialisation de notre solution souveraine de 5G privée, en partenariat avec nos membres fondateurs. Ils viennent tous de prolonger leur engagement jusqu’en 2027. »

B-com est un des 8 instituts de Recherche Technologiques (IRT) français créé par l’Etat en 2012 pour concevoir, développer et fournir des technologies innovantes aux industriels, dans le domaine du numérique. Son budget annuel de 27 millions d’euros est financé à hauteur de 40 % par l’Etat, 30% par ses membres, 10 % par les collectivités locales et 20 % par ses propres revenus (brevets et contrats de recherche). Basé sur un modèle hybride/privé public, 160 salariés sur les 400 qu’il totalise aujourd’hui sont mis à disposition par l’ensemble des membres.

 

Renforcement du site de Lannion

Depuis 2021, grâce au plan de relance, B-com s’est développé sur la technopole de Lannion (22) avec pour objectif de développer le réseau privé 5 G. Pour ce faire, il a recruté une soixantaine d’ingénieurs, des experts de la cybersécurité, anciennement salariés chez Nokia. D’ici fin 2023, l’effectif trégorrois devrait grimper à 100 personnes et intégrer un bâtiment flambant neuf de 1 200 m² financé par Lannion Trégor Communauté à hauteur de 2 millions d’euros. « Il y a une place à prendre. La 5 G est le WIFI du futur. Elle est capitale pour les entreprises, afin qu'elles puissent maîtriser leur avenir et ne pas dépendre uniquement des technologies des GAFA. »

 

Déploiement de Dome, une solution 5G souveraine

A Lannion et Rennes, les équipes ont conçu Dome. La solution est marketée comme "souveraine", au sens où B-com contrôle les éléments clés de l'infrastructure. « C’est une technologie qui nous permet de conserver nos données. Elle répond aux enjeux de sécurité mais aussi de latence, de saturation et de coût d’exploitation des réseaux. Nous sommes à la fois éditeur et distributeur via des intégrateurs comme Airbus, SNCF ou Lacroix ». Les cas d’usages de Dome sont variés : EDF teste ainsi la maintenance de sites industriels à risque, Lacroix travaille l’optimisation des réseaux de distribution d’eau, la SNCF cherche à optimiser la connectivité sur des grands sites de production et de maintenance industrielle et le CHU de Rennes avance sur l’aide au diagnostic à distance et le projet de bloc opératoire sans fil.

Dome pourrait bien à terme assurer l’indépendance financière de B-com -«Nous tablons sur plusieurs dizaines de millions d’euros de chiffre d'affaires »- et aller dans le sens de la réflexion nationale menée en ce moment  sur la structuration des IRT et ITE en France : « d’ici 2025, la part de l’Etat  dans notre budget devra tomber à 33 % contre 42% aujourd’hui. Lors de notre démarrage en 2012, elle était de 50% »

Parmi les autres sources de revenus de B-com, on trouve aussi des actifs de propriété industrielle. L’IRT breton possède 400 brevets. « Certains d’entre eux sont essentiels dans des standards internationaux en particulier dans la compression vidéo. » En matière de cybersécurité, l’IRT propose aussi des solutions souveraines pour sécuriser les réseaux, les flux de données, les contenus et les terminaux. « Tag permet de d’identifier les pirates de contenus vidéo et couper les flux. Depuis 2020, cette technologie est distribuée par Viacces-Orca. »  Autre exemple : Serenity. « Cette technologie vise à atténuer le phishing. Elle se substitue au mot de passe classique en offrant une protection à haut niveau des transactions sur Internet. »  Toutes ces solutions sont facilement transférables aux acteurs industrielles (santé, défense, industrie 4.0 sécurité…).

« Dans les 10 ans à venir, les objectifs de développement durable seront au coeur de nos travaux de recherche pour que le numérique de demain soit compatible avec nos enjeux de société et ceux de la planète», conclut Bertrand Guilbaud. Une telle réflexion est déjà en cours autour de la 6G dont l’échéance se situe autour de 2030. En s’attachant à des enjeux psychologiques éthiques et environnementaux devrons nous garder tous les domaines d’application actuels comme le métaverse ou la cryptomonnaie ? Je pose la question », conclut le dirigeant.

 

Découvrir B-Com

*Des grands groupes comme Orange , Harmonic, Airbus , des ETI comme TDF Viacces-Orca , Ekinops et des établissements de recherche et d’enseignement supérieur comme IMT Atlantique , Insa CHU Rennes, CHRU (Brest).


L'évènement

Crisalide Numérique. Concours ouvert jusqu’au 22 septembre à toutes les entreprises bretonnes

Crisalide Numérique.   Concours ouvert jusqu’au 22 septembre à toutes les entreprises bretonnes

Crisalide Numérique est un dispositif de développement économique dédié aux entreprises bretonnes qui innovent dans le numérique. Organisé par Bretagne Compétitivité et la CCI Ille-et-Vilaine, ce programme complet associe un concours et un accompagnement par un grand nombre de partenaires. Information et dépôt de dossiers de candidature.

Recommandations