Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Ille-et-Vilaine. Les entreprises estiment à + 38 % la hausse de leur facture énergétique au 2nd semestre 2022, + 50% au 1er semestre 2023

Véronique Maignant, le 26.09.2022

L’envolée des prix de l’électricité et du gaz fragilise beaucoup d’entreprises et met en péril certaines d’entre elles. Pour mieux comprendre l’ampleur du phénomène, la CCI-et-Vilaine a mené une enquête auprès des entreprises de son territoire du 19 au 22 septembre. Près de 700 d’entre elles, issues de tous les secteurs, ont répondu. C’est dans l’industrie que l’inquiétude est la plus grande :  la hausse des prix de l’énergie atteint +85 % au 2e semestre 2022 et pourrait bondit à +137 % au 1e semestre 2023. La situation est inquiétante reconnaît la CCI mais des aides directes existent pour soutenir les entreprises. « Par ailleurs, les 10% de baisse de consommation d’énergie souhaités par le gouvernement sont atteignables à partir du moment où tout le monde joue le jeu » estime Jean-Philippe Crocq, président de la CCI Ille-et-Vilaine.

Jean-Philippe Crocq, président de la CCI Ille-et-Vilaine

« Nous avons voulu mesurer la hausse de la facture énergétique subi par les entreprises bretilliennes mais plus encore son impact sur leur activité. Les situations sont très différentes d’un secteur à l’autre. Globalement, à l’analyse des chiffres, on s’aperçoit que les entreprises prennent sur leur marge, augmentent leur prix de vente, font des économies d’énergie et baissent leur production ou l’activité. Pour les plus dépendantes des énergies fossiles, en particulier l’industrie, certaines (4 %à 5%) vont jusqu’à cesser leur activité ou licencier.  La soudaineté et la rapidité de cette crise accentuent sa gravité », indique le président de la CCI Ille-et-Vilaine

 

L’industrie, le secteur le plus touché

Au regard des données collectées, la hausse globale de la facture énergétique est de 38% sur le 2e semestre 2022. C’est le gaz qui augmente le plus avec une hausse estimée de 43 %, suivi par l’électricité, +39 % et enfin les produits pétroliers, +31%. « Il existe une grande disparité entre les entreprises avec des hausses, pour certaines, de 800% voire 1 000% », précise Loïc Jezequelou, Responsable du service Informations Economiques à la CCI Ille-et-Vilaine.

L’industrie est le secteur le plus impacté avec une hausse globale de la facture énergétique de 85%. Viennent ensuite le commerce, +38%, la construction, +35%, et les services + 32%. « Si on enlève les produits pétroliers, la hausse moyenne de la facture s’établit à +62% au lieu de 38%. » Avec l’accélération de la tendance, les entreprises, tous secteurs confondus estiment la hausse à +50 % au 1er semestre 2023. Pour les industriels, elle atteindrait 137%.

 

Un impact significatif pour trois quarts d’entre elles

Dans ce contexte, seul un quart des entreprises interrogées estiment que le coût de la facture énergétique n’aura aucun impact ou un faible impact sur leur rentabilité. Pour toutes les autres, soit les trois quarts, l’impact sera significatif. Si l’industrie est très impactée, Jean-Philippe Crocq redoute une dégradation rapide de la situation des commerçants, nombreux à ne pas avoir pris la mesure de l’augmentation de leur facture et de son incidence. « C’est particulièrement le cas des commerçants installés en galerie commerciale et dont les syndics n’ont pas encore effectué les refacturations énergétiques. Les difficultés risquent de se révéler assez brutalement », souligne-t-il  

 

3 entreprises sur 4 ne connaissent pas les aides

Face à cette situation totalement inédite, près de 60 % des entreprises ont augmenté leurs tarifs pour compenser partiellement la hausse de leur facture et près de la moitié a déployé des mesures d’économie d’énergie. La baisse des marges concerne aussi 45% d’entre elles et elles sont 18 % à renégocier leurs contrats ou changer de fournisseur. « La situation est d’autant plus inquiétante poursuit Jean-Philippe Crocq que 3 entreprises sur 4 ne connaissent pas les aides directes mises en place le gouvernement courant 2022*.  Je pense notamment au bouclier tarifaire destiné aux TPE et PME de moins de 10 salariés et réalisant un chiffre d’affaires inférieur à 2 M €. Pour elles, la hausse est plafonnée à +15%.  J’invite toutes les entreprises à contacter la CCI pour s'informer de tous les dispositifs à leur disposition  : les aides mais aussi les audits énergétiques ou les accompagnements sur mesure . Chaque situation est particulière. En aucun cas, elles ne doivent rester isoler. »

Cet appel va dans sens de la campagne de communication lancé par CCI France qui au niveau national, au sein de chaque territoire, entend accompagner les entreprises sur tous ces enjeux avec un programme prioritaire d’économie d’énergie.  Parmi les actions concrètes déployées par le réseau des chambres de commerce et d’industrie, le Flash diag énergie permet aux entreprises et aux collaborateurs d’effectuer en ligne une analyse de leurs pratiques en matière de consommation d’énergie. A l’issue du questionnaire, elles reçoivent des premières préconisations et des pistes d’actions à explorer avec un conseiller CCI.

20 conseils pour faire baisser votre facture d'énergie


Aides sur achats gaz & électricité :

Ci-dessous, l’historique des aides mises en place début 2022 & mi 2022 :

ØLe Décret n°2022-967 du 1er juillet 2022 a institué une aide visant à compenser la hausse des coûts d'approvisionnement de gaz naturel et d'électricité des entreprises particulièrement affectées par les conséquences économiques et financières de la guerre en Ukraine

Sont concernées par cette aide :

Les entreprises grandes consommatrices d'énergie : entreprises qui ont des dépenses d'énergie (dépenses liées à des achats d'énergie, lesquelles incluent toutes taxes, exceptée la taxe sur la valeur ajoutée déductible) représentant au moins 3 % du chiffre d'affaires réalisé en 2021

  • qui ont subi un doublement du prix du gaz et/ou de l'électricité sur la période éligible par rapport à une moyenne de prix sur l'année 2021,
  • qui ne se trouvent pas en procédure de sauvegarde, redressement judiciaire ou liquidation judiciaire ,
  • qui ne disposent pas de dette fiscale ou sociale impayée au 31 décembre 2021, à l'exception de celles qui, à la date de dépôt de la demande d'aide ont été réglées ou sont couvertes par un plan de règlement. Il n'est pas tenu compte des dettes fiscales ≤ à un montant total de 1 500 € ni de celles dont l'existence ou le montant font l'objet au 1er avril 2022 d'un contentieux pour lequel une décision définitive n'est pas intervenue,
  • qui exercent une activité pendant la période éligible trimestrielle considérée,

mars, avril et mai 2022,

juin, juillet et août 2022.

  • Qui ont payé, au titre d'au moins 1 des mois de la période éligible trimestrielle considérée, un prix unitaire d'énergie, qui a au moins doublé par rapport au prix unitaire payé en moyenne pour la période de référence comprise entre le 1er janvier 2021 et le 31

Le Décret n°2022-1250 du 23 septembre 2022 paru le 24 septembre 2022 prolonge la date de dépôt des demandes d'aide :

« - au titre des mois de mars, avril et mai 2022, elle est déposée entre le 4 juillet 2022 et le 31 décembre 2022 ;
« - au titre des mois de juin, juillet et août 2022, elle est déposée entre le 3 octobre 2022 et le 31 décembre 2022. »

Sur cette page, résumé du Décret (avec entreprises éligibles et méthodologie pour demander l’aide).

  • Le Bouclier tarifaire mis en place en février 2022 :  pour tous les professionnels éligibles aux tarifs réglementés de vente d’électricité, c’est-à-dire ceux de moins de 10 employés et moins de 2 millions d’euros de chiffres d’affaires, le bouclier tarifaire est en place et assure, comme pour les consommateurs résidentiels, une hausse plafonnée à 4% début 2022. La mise en place de ce bouclier a été automatique 

A venir : hausse plafonnée à 15%  

Le bouclier tarifaire, déjà prolongé jusqu'en décembre 2022 pour le gaz, et jusqu'au 1er février 2023 pour l'électricité, sera reconduit en 2023. C'est ce qu'a annoncé le gouvernement le 14 septembre 2022 dans sa conférence sur la situation énergétique

La hausse des tarifs de gaz et d'électricité sera limitée à 15 %. La limitation est supérieure à celle de 2022 (qui était de 4 %) mais elle concerne « tous les ménages, les copropriétés, les logements sociaux, les petites entreprises et les plus petites communes ».

Il n'y a pas de rattrapage annoncé en 2024 à supporter par les ménages, le manque à gagner pour les énergéticiens devant être pris en charge par l'État. Par ailleurs, une aide pouvant aller jusqu'à 200 € est également prévue pour les Français se chauffant au fioul ou au bois.

  • Du 1er février 2022 au 31 janvier 2023 : minoration des tarifs de la taxe TICFE (anciennement dénommée Contribution au Service Public de l'Electricité [CSPE]) (article 29 de la loi de finances pour 2022) constatée par le décret n°2022-84 du 28 janvier 2022 :

o Catégorie fiscale « ménages et assimilés » : 1 €/MWh

o Catégorie fiscale « petites et moyennes entreprises » : 0.5 €/MWh

o Catégorie fiscale « haute puissance » : 0.5 €/MWh

 


L'évènement

Le 8 décembre à Rennes. Participez à une matinée d’échanges sur la transition énergétique et les tendances pour les véhicules d’entreprises

Le 8 décembre à Rennes. Participez à une matinée d’échanges sur la transition énergétique et  les tendances pour les véhicules d’entreprises

Entreprises, artisans, vous êtes en Ille-et-Vilaine ? Inscrivez-vous vite pour venir échanger sur les solutions de l'après diesel

Avec la présence de Régis Masera, directeur d'Arval Mobility Observatory, pour nous parler des tendances sur les véhicules d'entreprise.

 Plusieurs tables rondes vous seront proposées, pour aborder :

  • les énergies pour les véhicules et utilitaires légers ;
  • le contexte et les enjeux pour les entreprises ; des retours d'expériences d'entreprises qui sont passées à l'électrique, au GNV, à l'hydrogène.

Jeudi 8 décembre à 9:00 - 13:00 // CCI Ille-et-Vilaine, Rennes –  Programme et inscription