Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


French Tech : A Rennes, Mounir Mahjoubi démarre sa revue sectorielle des startups

Véronique Maignant, le 03.10.2017

Ce mardi après-midi 3 octobre,  le secrétaire d’Etat chargé du numérique, Mounir Mahjoubi est venu échanger avec  les  startups de la French Tech Rennes Saint-Malo . Rennes constitue la première étape de sa revue sectorielle des startups, mission que  lui a confiée le Premier ministre pour accompagner et amplifier le mouvement French Tech national. Objet des échanges : les irritants législatifs, réglementaires ou autres… perçus par les startups comme étant les plus graves dans leur secteur.

De G à D , François Bachelier, Mounir Mahjoubi et Emmanuel Couet
V.Maignant

Mediego, Cailabs, Aladom, Digitaleo, Eliga ou encore Woleet, elles étaient plus d’une dizaine de startups réunies au Mabilais à Rennes, pour échanger avec Mounir Mahjoubi accompagné d’Emmanuel Couet, Président de Rennes Métropole. «  Lorsque nous avons lancé la French Tech Rennes Saint-Malo, nous nous étions fixés l’objectif de 1 000 créations d’emplois dans le numérique, a souligné ce dernier. Et bien,  nous y sommes ou presque puisque 950 créations d’emplois nettes ont vu le jour au sein de notre écosystème ». « Nous allons vous aider à poursuivre dans cette voie en facilitant  encore un peu plus la vie des jeunes pousses et des entrepreneurs", lui a répondu le secrétaire d’Etat avant de lancer rapidement le débat.

L’intégration de profils internationaux , une évidence

Interrogé sur le  Crédit impôt recherche dont certains dirigeants de startup peinent à comprendre le mécanisme, le secrétaire d’Eta a confié «  j’ai moi-même quelques difficultés à tout comprendre. J’ai le sentiment qu’il y a une prime à ceux qui maitrisent l’ingénierie financière du dispositif. Le CIR ne doit pas être vécu comme une sanction car alors il casse l’innovation. Il faudra sans doute le simplifier. » Autre préoccupation soulevée par plusieurs dirigeants présents est celui du recrutement de collaborateurs étrangers sur des fonctions de marketing ou de business développement. « Comment accélérer notre  développement à l’international si nous nous voyons refuser par la Direccte, l’embauche d’un étranger ? a témoigné Jocelyn Denis PDG de Digitaleo  « L’intégration de profils internationaux est indispensable pour que nos startups se développent lui a répondu Mounir Mahjoubi. Cela fait partie de nos priorités (…) Nous ne pouvons pas accepter que nos start-ups accueillent deux fois moins de salariés étrangers qu’au Royaume-Uni. Et que seulement un entrepreneur sur cinq soit une femme Nous allons donc amplifier l’année prochaine le programme French Tech Diversité en doublant les moyens qui lui sont consacrés (…) L’objectif étant de faire émerger toujours plus d’entrepreneurs issus des quartiers prioritaires de la politique de la Ville ou relevant de bourses étudiantes.”

La transition numérique des TPE et PME , une priorité

Parmi les autres  irritants législatifs, réglementaires ou culturels évoqués durant cet échange citons : le déficit de profils bilingues, la prise de risque mal accompagnée, la complexité des contrats professionnels ou encore la notion de privacy. «La French Tech est un atout formidable de notre pays, un atout que nous voulons continuer à accompagner et amplifier, tout en respectant l’équilibre entre performance et humanité. Il nous faut également accompagner la transition numérique de nos TPE et PME qui sont parmi les entreprises les plus en retard à l’échelle internationale. Enfin nous souhaitons faire de la France une nouvelle terre de conquête pour les start-ups de l’international » a exposé  avec force Mounir Mahjoubi avant de promettre aux entrepreneurs présents des réponses concrètes d'ici  6 mois à un an.


Taille du texte

L'évènement

Feuille de route économie circulaire : le club Environnement Sécurité 29 fait le point

Feuille de route économie circulaire

Le jeudi 20 septembre, à Brest, venez découvrir les mesures "entreprises" de la Feuille de route économie circulaire (Frec). A travers ces mesures, les entreprises de tous les secteurs sont appelées à mieux gérer leurs déchets et à saisir les opportunités industrielles du 21e siècle : produire mieux, plus durable et en utilisant moins de ressources. Inscription en ligne.