Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Finistère. Les ports de pêche poursuivent leur modernisation

Maude Duval, le 13.01.2020

En 2019,les ports de pêche de Cornouaille ont débarqué 48 788 tonnes de poissons. Plus de sardine et de thon, moins de lotte, d'églefin et d'anchois. L'activité générale enregistre une légère baisse : moins 4% par rapport à l'année précédente. En 2020, la CCIMBO Quimper, gestionnaire, et le Syndicat mixte des ports de pêche et de plaisance de Cornouaille, concessionnaire, continuent leur programme de modernisation des criées finistériennes.

CCIMBO Quimper

En 2020, la CCIMBO Quimper et le Syndicat mixte des ports de pêche et de plaisance de Cornouaille vont investir plus de 20 millions d'euros dans la restructuration et la modernisation des criées du Guilvinec (10.1 M€) et de Concarneau (12.5 M€). Les travaux répondront à plusieurs objectifs : adapter les outils aux besoins, aux normes et aux quantités de poissons vendues, améliorer les conditions de travail (modernisation des process) et améliorer la prise en compte environnementale. "La filière pêche cornouaillaise est certes confrontée à de nombreux défis et à des incertitudes liées notamment au Brexit, mais elle conserve un profond dynamisme que nous voulons accompagner et amplifier", a souligné Jean-François Garrec, président de la CCIMBO Quimper, à l'occasion de ses voeux. 

Sous la barre des 50 000 tonnes

En 2019, le tonnage de poissons débarqués est en baisse, de 4%, pour atteindre 48 788 tonnes dans les six ports concernés (Douarnenez, Audierne, Penmarc'h, Le Guilvinec, Loctudy et Concarneau). Soit une valeur totale de 140,9 millions d'euros de marchandises. Le port du Guilvinec reste largement en tête en termes d'activité, avec plus de 15 000 tonnes débarquées. L'année a été propice pour la sardine (+ 1247 tonnes) et le thon (+ 368 tonnes), moins pour les principales espèces (lotte, églefin et anchois), dont la production a significativement baissé. Une météo défavorable et l'effectif réduit de navires hauturiers (-3) soutiennent également l'explication de cette baisse de l'activité générale.

Construction de nouveaux navires

En 2020, la flotille sera renforcée avec l'arrivée de 2 hauturiers neufs et le rachat de côtiers par des Cornouaillais. "Il y a des jeunes qui reprennent des navires, a précisé Jean-François Garrec. Nous les accompagnons pour la plupart dans leur installation et dans les emplois qu'ils contribuent à maintenir sur le territoire." Le président de saluer également le courage de Soazig Palmer-Le Gall, patronne de l'armement bigouden, "qui poursuit ses investissements en confiant la construction de ses navires aux chantiers Gléhen à Douarnenez", ainsi que l'engagement de Michael Cavanagh, repreneur de l'armement La Houle, "pour la construction de deux chalutiers hauturiers de 24 mètres".


L'évènement

Relance Export Tour en Bretagne. Un webinaire pour tout comprendre

Relance Export Tour en Bretagne. Un webinaire pour tout comprendre

La Team France Export Bretagne anime un webinaire gratuit sur le Plan de relance export, en présence de Franck Riester, ministre délégué chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité et Loïg Chesnais-Girard, Président du Conseil régional de Bretagne, accompagnés de Jean-François Garrec, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bretagne, Christophe Lecourtier, directeur général - Business France, Pedro Novo, directeur exécutif en charge de l'export - Bpifrance, Guy Richard, président de Syrlinks, André Prigent, président de Bretagne Cosmétiques Marins.

Quelles sont les mesures phares de la région Bretagne pour vous accompagner à l'export ? Réponse lundi 30 novembre 2020 de 9h00 à 10h00