Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Ecotaxe : "Elizabeth Borne doit compter sur les Bretons pour contrer ce projet."

Véronique Maignant, le 01.06.2018

La perspective d’une réintroduction de l’écotaxe en vue de financer les infrastructures routières, entraîne une nouvelle mobilisation  du  Collectif des acteurs économiques Bretons. Pour l’ensemble des 60 organisations réunies au sein de cette instance régionale, il n’est pas envisageable de revenir sur son abandon obtenu en octobre 2014. Enjeux : l’économie et la compétitivité  des entreprises bretonnes

De g à d : François Beaudoin (FNTR), Joël Chéritel ( Medef Bretagne) ,  Hervé Vasseur, Président de Nutrinoë représentant l'Afab et Thierry ( FRSEA)
V.maignant

Même s’il n’existe pas  encore à ce jour de calendrier officiel, le rapport Duron remis en février dernier à l’exécutif et les récents propos de la Ministre des transports,  Elizabeth Borne, laissent supposer que l’écotaxe  pourrait bientôt faire son retour. « C’est pourquoi nous nous mobilisons dès aujourd’hui.  Elizabeth Borne doit  compter sur nous pour contrer ce projet, indique  Joël  Chéritel, Président du Medef Bretagne. En 2014, après des années de mobilisation,  nous avons fini par convaincre les députés et le gouvernement de l’époque de la contreproductivité de cette taxe sur notre économie. Nous n’envisageons pas de revenir sur son  abandon. Plutôt que de créer une nouvelle taxe, ne serait-il pas  préférable d’étudier toutes les pistes d’économies pour financer nos routes ?».

 

Déjà 7 milliards de taxes pour le secteur des transports

François Beaudoin, Président de la FNTR Bretagne fortement engagée dans cette nouvelle mobilisation régionale précise : « Dans les faits, cette écotaxe nous la payons déjà. En effet, depuis le 1er janvier 2017, nous supportons une hausse de 4 centimes sur la TIPCE. Entre cette dernière,  la taxe à l’essieu et le péage autoroutier, les entreprises du secteur transport versent 7 milliards d’euros de contribution. Or, seulement la moitié sert à l’entretien des infrastructures  routières. Pour l’autre moitié, je n’ai aucune idée à quoi elle est utilisée ». La FNTR a d’ailleurs demandé au gouvernement un audit sur l’utilisation de ces différentes contributions. D’autre part,  l’ensemble du secteur estime que les efforts de la profession réalisés en matière d’environnement ne sont pas pris en compte : « La norme Euro 6 représente aujourd’hui  50 % de notre parc de véhicules. Ces investissements, nous les avons réalisés sans aucune incitation fiscale, alors même qu’un seul camion Euro 6 coûte 10% plus cher.» Selon la FNTR, au lieu d’instaurer une taxation punitive, l’Etat devrait soutenir la création de stations GNV (gaz naturel) sur le territoire. Il en existe seulement deux aujourd’hui, à Locminé et Vannes. « Le retour de l’écotaxe nous obligerait à imposer une hausse aux chargeurs, ce qui en Bretagne est totalement improductif. Cela a déjà été démontré»

 

La filière agricole unie contre l’écotaxe

Pour la  Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles de Bretagne (FRSEA), en amont comme en  aval de la filière il n’existe pas de modes  interchangeables au transport routier. «Tous les intrants et matières premières sont livrés aux exploitations  agricoles par camion, souligne Thierry Coué, Président. Qui plus est, toute nouvelle montée en gamme de nos produits, voie dans laquelle le gouvernement souhaite que nous nous engagions, entraîne une segmentation accrue du marché. Or, qui dit plus de choix de productions, dit plus de transport pour répondre  aux besoins des consommateurs. Il existe donc une certaine  forme de contradiction entre les différents objectifs affichés du  gouvernement ».  Même constat de la part d’Hervé Vasseur, représentant de l’Afab (fabricants d’aliments du bétail) qui pointe comment le modèle breton est très sensible aux taxes transport : « 10 millions de tonnes de matières premières entrent dans nos usines et autant repartent une fois transformées vers nos éleveurs. Tous ces flux transitent par la route. Il est donc logique que la moindre taxe affecte notre rentabilité qui comme tout le monde le sait est déjà très faible. Nous sommes opposés à toute nouvelle taxe ».

 

Le collectif des acteurs économiques Bretons semble bien déterminé à monter une nouvelle fois au créneau contre toute nouvelle proposition d’écotaxe. « A l’occasion du bureau mensuel du Medef, le 12 juin prochain à Paris, j’ai prévu de  sensibiliser mes collègues des autres régions sur ce risque de réintroduction de l’écotaxe, conclut Joël Chéritel  Je les sais très attentifs à la position de la Bretagne ». Avant cela les patrons bretons engagés dans le collectif n’auront pas manqué d’adresser un courrier à tous les députés bretons, pour leur expliquer les conséquences désastreuses de tout nouvel arbitrage de l’écotaxe sur l’économie bretonne.  

En savoir plus :

Ecotaxe : la bataille des Bretons expliquée dans un livre

Le péage de transit poids lourds chasse l’écotaxe : la Bretagne partiellement exonérée


* Le Collectif des acteurs économiques bretons contre l’écotaxe représente 150 000 entreprises employant 900 000 actifs . Les organisations membres sont :

Union des entreprises - MEDEF Bretagne (UE – MEDEF Bretagne)

Union des entreprises du Finistère - MEDEF Finistère (UE - MEDEF 29)

Union patronale interprofessionnelle d'Armor - MEDEF Côtes d'Armor (UPIA - MEDEF 22)

Union des entreprises pour l'Ille-et-Vilaine - MEDEF Ille-et-Vilaine (UE - MEDEF 35)

Union des entreprises du Morbihan - MEDEF Morbihan (UE - MEDEF 56)

Association bretonne des entreprises agroalimentaires (ABEA)

CERAFEL (Comité des fruits et légumes)

Chambre régionale d'agriculture de Bretagne (CRA de Bretagne) et les chambres d’agriculture de Bretagne

Chambre de commerce et d'industrie de région Bretagne (CCI de Bretagne) et les chambres de Commerce et d’industrie de Bretagne

Chambre régionale de métiers et de l'artisanat (CRMA) et les chambres de métiers et de l'artisanat de Bretagne

Comité régional des pêches maritimes et élevages marins (CRPMEM de Bretagne)

Coop de France Ouest

Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles  (FRSEA Bretagne)

Fédération nationale des transports de voyageurs de Bretagne (FNTV Bretagne)

Fédération nationale des transporteurs routiers de Bretagne (FNTR Bretagne)

Fédération régionale du bâtiment (FRB Bretagne)

Fédération du bâtiment et des travaux publics du Finistère (FBTP 29)

Fédération du bâtiment et des travaux publics des Côtes d'Armor (FBTP 22)

Fédération du bâtiment et des travaux publics d'Ille-et-Vilaine (FBTP 35)

Fédération du bâtiment et des travaux publics du Morbihan (FBTP 56)

Fédération des entreprises de transport et logistique (TLF)

Groupement des industriels de la plasturgie de l'Ouest (PLASTI-OUEST)

Investir en Finistère

Jeunes agriculteurs Bretagne

Leclerc Bretagne (SCARMOR)

Nutrinoë (Association fabricants d'aliments du bétail)

Produit en Bretagne

Association pour le maintien de l’élevage en Bretagne (AMEB)

Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB)

Union des industries chimiques Ouest-Atlantique  (UIC Ouest-Atlantique)

Union des industries de carrières et matériaux de construction Bretagne (UNICEM Bretagne)

Union des industries et métiers de la métallurgie de Bretagne (UIMM Bretagne)

Union des industries et métiers de la métallurgie du Finistère (UIMM 29)

Union des industries et métiers de la métallurgie des Côtes d'Armor (UIMM 22)


Taille du texte

L'évènement

Startup Weekend du 29 au 31 mars à Saint-Brieuc : les inscriptions sont ouvertes

Startup Weekend du 29 au 31 mars à Saint-Brieuc : les inscriptions sont ouvertes

Startup Weekend rassemble des personnes aux profils variés, qui possèdent la fibre entrepreneuriale. Regroupées en équipes, elles ont 54 heures pour proposer une idée de startup. L'évenement se déroule à la CCI des Côtes d'Armor. Inscrivez-vous dès aujourd'hui.