Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Défaillances d’entreprises : en Bretagne leur nombre baisse à l’exception de celui des PME qui enregistre une hausse de +15,2%

Véronique Maignant, le 28.01.2020

Le nombre de défaillances d’entreprises en Bretagne enregistre en 2019 ses meilleurs chiffres depuis plus de 10 ans. Toutefois le Groupe Altarès à l’origine de cette étude pointe un niveau de défaillances des PME bretonnes de moins de 50 salariés en forte hausse. Au niveau national une stagnation des défaillances est attendue pour 2020.

Avec 2025 procédures enregistrées dans la région, le niveau global des défaillances a reculé en un an de 0,8 % pour atteindre son plus bas niveau depuis 2007.

Avec 2025 procédures enregistrées dans la région, le niveau global des défaillances a reculé en un an de 0,8 % pour atteindre son plus bas niveau depuis 2007. Une tendance qui confirme les bonnes performances de 2018 (-6,3%). Cette dynamique est cohérente avec les données observées à l’échelle nationale : en 2019, on comptabilise en effet en France un total de 52 002 défaillances, un chiffre en baisse de 4,8 % sur un an.

Dans ce contexte favorable, les PME bretonnes, celles qui emploient entre 10 et 49 salariés, sont à la peine. Alors qu’elles étaient repassées sous le seuil des 80 en 2018, les défaillances repartent à la hausse de +15,2 % en 2019 et dépassent les 90 procédures. Les secteurs les plus touchés par ces défaillances sont le Transport et logistique qui enregistre une hausse de 17,9%, le commerce de gros, + 12,8 %, les Services aux entreprises, + 11% et enfin le Bâtiment, +6,2%. De même, le nombre de sauvegardes (44) a fortement augmenté cette année pour atteindre son plus haut niveau depuis la mise en place de la procédure en 2006. « chaque jour en France, une PME de plus de 50 salariés tombe en défaillance, soit 347 sociétés au total (+13,8%), dont 98 en cette fin d’année (10,1% de plus que fin 2018) », soulignent les responsables de l’étude.

Par département, il est intéressant de noter que les Côtes d’Armor enregistrent le plus fort taux de recul de défaillances d’entreprises avec -5,3 % et retrouvent comme les départements d’Ille-et-Vilaine et du Finistère des niveaux de défaillances similaires à la période d’avant crise de 2008. Seul le Morbihan voit le nombre de procédures augmenter de 4,3 %, hausse qui succède pourtant à une année 2018 où le département signait ses meilleures performances depuis 2006.

 

Une stagnation des défaillances attendue pour 2020 en France

"Des créations d’entreprises records, une embellie sur le front de l’emploi, une croissance (un peu) meilleure qu’en zone euro, et aujourd’hui le recul des défaillances d’entreprises. Autant d’indicateurs qui démontrent la capacité de résistance, et même de résilience, commente Thierry Million, Directeur d’études chez Altares, de nos entreprises. Les tensions sociales ont vraisemblablement paralysé la consommation des ménages, les tensions internationales ont assurément freiné nos échanges commerciaux, et pourtant l’économie a résisté dans ce contexte morose. La question est probablement désormais de savoir si 2020 tiendra encore. Tenir, en effet, est la seule option proposée à toutes ces très petites entreprises dont l’absence de cessation de paiement - et donc de défaillance en 2019 - masque en réalité des trésoreries toujours sur le fil. La survie de nombre d’entre elles passe par de fortes mesures d’économies à commencer par l’acceptation de ne plus se verser un salaire en attendant… Les PME sont quant à elles déjà entrées en zone de turbulence. Chaque jour, une société de plus de 50 salariés tombait en défaillance cette année. La croissance 2020 est attendue au mieux stable et plus certainement en retrait par rapport à 2019. Dans ces conditions, on peut difficilement prévoir de descendre sous le seuil des 52 000 procédures collectives l’année prochaine. »

L’étude complète « Défaillances et sauvegardes d’entreprises en France, 4e trimestre - bilan 2019 » est accessible en ligne en cliquant ici