Transitions

Cuisines Morel à Maen-Roch (35) s’allie à Evertree pour fabriquer des meubles meilleurs pour la santé et l’environnement

Sur un marché de la cuisine en recul de 10%-15%, l’enseigne Cuisines Morel (24 M€ de CA – 140 salariés) prend le virage de la décarbonation en s’appuyant sur la technologie d’Evertree (60), précurseur en matière de colle végétale fabriquée à partir de tourteaux de colza et tournesol. Le site de Maen Roch (70 salariés) en Ille-et-Vilaine est un des deux centres de production appartenant au groupe STF (74) présidé par Stéphane Treboux et dédié à la fabrication des Cuisines Morel. Il lance un premier modèle de cuisine conçu avec des panneaux de particules n’utilisant plus de colles pétro-sourcées, fortement émettrices de CO2 mais également de Formaldéhyde. Une première en France pour un groupe qui possède, depuis 2019, un 3e site de production (La Réole-33) et produit près de 10 000 cuisines par an.
V.Maignant
De gauche à droite : Stéphane Treboux, PDG du groupe STF, Maxime Legendre, Directeur communication et marketing chez Evertree et Martin Treboux, Directeur Marketing chez Cuisines Morel.

Avec deux sites de production, un près de Fougères en Bretagne et l’autre à Allinges à Haute-Savoie, la société Cuisines Morel, filiale du groupe STF, structure depuis 2018 son réseau de distribution. Désormais avec 8 magasins en propre et une petite cinquantaine sous concession exclusive, elle totalise 53 points de ventes sur toute la France. « L’objectif est d’ouvrir une dizaine de concessions par an et d’atteindre, d’ici 2030, une centaine de points de ventes avec à la clé une personnalisation de l’accompagnement clients homogène sur l’ensemble du réseau. Quand on sait qu’une cuisine a une durée de vie moyenne de 21 ans, la qualité de service doit être optimale », explique Martin Treboux, Directeur Marketing chez Cuisines Morel. Le positionnement haut de gamme semble porter ses fruits.  « En 2023, alors que le marché était en recul de 10%, notre réseau de concessionnaires a fait +11 %. »

 

« Le circuit court de meuble français »

Le groupe STF (Allinges-74), qui a acquis en 2019 un 3e site de production, Sagne Cuisines, réalise un chiffre d’affaires de 36 M€ et emploie 220 personnes. En 2021, il a lancé un vaste plan d’investissement de 5 millions d’euros. « Aujourd’hui, nous avons trois usines de fabrication situées à 800 km les unes des autres. Cela nous a permis de réintégrer certaines activités de sous-traitance et optimiser la production, indique Stéphane Treboux, PDG du groupe STF. Ici, en Bretagne (6 000 m² de surface de production), le site est spécialisé dans les plans de travail et les finitions en laque. Il fabrique pour les autres sites. L’objectif à terme est de lancer le circuit court du meuble français en organisant nos usines de manière à ne produire que pour sa propre région. »

 

Société à mission depuis juillet 2023

Pour y parvenir, l’entreprise labellisée société à mission depuis juillet 2023, entend améliorer sensiblement son bilan carbone. « Nous devons à la fois agir sur le transport, 20% de nos émissions de CO2, mais plus encore sur nos composants et notamment les panneaux de particules en bois qui servent à la fabrication des cuisines. Ils représentent près de 40% de nos émissions de CO2Ces panneaux sont constitués de copeaux de bois issus du recyclage et d’environ 10 % de résines pétrosourcées à base de formaldéhyde, une substance cancérigène. C’est pourquoi avec Evertree nous nous voulons révolutionner le monde de la cuisine. Cela fait un an que nous travaillons ensemble en vue de mettre sur le marché une première cuisine entièrement composée de panneaux de particules biosourcé 100% français classés A+ pour la qualité de l’air intérieur » Aujourd’hui, ces panneaux de particules en bois composés à 90 % de chutes et de copeaux et 10% de colle pétrosourcée sont partout : dans les cloisons, sur le plan de travail des cuisines, dans les meubles en kit, dans les jouets… Selon l’European Panel Federation, il s’en construit 30 millions de tonnes par an sur le Vieux Continent, dont 60 % à destination de l’ameublement.

 

Une résine végétale pour 60% de CO2 en moins

Evertree (60) est née en 2016 de l’union avec le groupe Avril et le fonds SPI, géré par Bpifrance. Son ambition : remplacer les résines toxiques dans les panneaux de bois intérieurs. « On récupère auprès des usines françaises du groupe Avril les tourteaux de colza et de tournesol, c’est-à-dire ce qui reste des graines écrasées lors de la trituration pour obtenir de l’huile. Grâce à des procédés de chimie verte, on modifie les protéines et le sucre contenus dans ces coproduits pour les rendre plus actifs, et créer ensuite une résine collante dont les qualités sont similaires à une colle formaldéhyde », commente Maxime Legendre, Directeur communication et marketing chez Evertree. L’entreprise assure n’utiliser que des matières premières issues de l’agriculture française, mais sans risque d’empiéter sur les terres agricoles. Les tourteaux de colza et de tournesols ne sont, en effet, pas utilisés dans l’alimentation humaine et « leur production mondiale suffit plus que largement à répondre à la demande en panneaux en bois.  Notre résine permet d’émettre 60 % de CO2 en moins que les résines adhésives traditionnelles. Cela s’explique par le fait que nous n’utilisons aucun élément pétrochimique ». Outre ses performances environnementales, cette nouvelle résine biosourcée apporte de nombreuses garanties pour la qualité de l’air intérieur. « Elle contient huit fois moins de formaldéhyde que ne l’exige la norme européenne, pour arriver au même niveau que le bois naturel. »

Ce premier modèle de cuisine biosourcées constitue un test pour les dirigeants de Cuisines Morel. « Nous n’allons pas basculer toutes nos gammes en même temps. Nous nous donnons un an pour observer le marché. » Il faut compter un surcoût de 5% pour ce nouveau matériau et le nouveau process de fabrication qu’il entraîne. « Nous avons fait le choix d’adapter une gamme accessible donc au final le prix reste attractif », conclut le PDG.

Évènements

AGENDA DES ÉVÈNEMENTS À VENIR

Palmares
des entreprises
bretonnes

PALMARES 2023-2024 Je commande

Bretagne Économique