Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Brittany Ferries navigue en pleine crise : les dirigeants seront reçus par le gouvernement

MD, le 02.09.2020

Coup double et coup dur pour la compagnie maritime Brittany Ferries : au Brexit s'ajoute la quarantaine imposée par le Royaume-Uni depuis mi-août aux passagers en provenance d'Espagne et de France. Résultats : des annulations en série et une baisse drastique de la fréquentation et du chiffre d'affaires. Dirigeants, actionnaire, salariés, élus locaux et gouvernement sont mobilisés pour mettre le cap vers un avenir plus serein.

Le Galicia, nouveau navire commandé par Brittany Ferries
Brittany Ferries

"La Compagnie a souffert de la crise du coronavirus au printemps. En avril, mai et juin 2020, nous n’avons pratiquement pas transporté de passagers.

Lorsque l’activité a repris, nous espérions transporter 350 000 passagers, soit moitié moins qu’en saison estivale normale. Après la mise en place d’une période de quarantaine par le Royaume-Uni pour les voyageurs en provenance d’Espagne puis de France, nous avons finalement transporté moins de 200 000 passagers. Le trafic passager représente 75% de nos revenus. Il est évident que, cette année, nos résultats ont durement été impactés."

Des navires restent à quai

Sur le site internet de la compagnie maritime Brittany Ferries, Christophe Mathieu, directeur général du Groupe, écrit en toute sincérité. Son dernier message date d'hier, mardi 1er septembre 2020. 

"Les revenus que nous gagnons pendant l'été nous aident à traverser la saison hivernale, c'est-à-dire les périodes les plus calmes en terme de fréquentation de nos navires. Si nous n'obtenons pas les revenus dont nous avons besoin, nous ne pourrons pas couvrir les coûts d'exploitation de nos navires. Par conséquent, nous avons décidé d’immobiliser des navires et fermer temporairement certaines lignes maritimes en septembre et octobre."

L'Etat s'engage 

Alertés et mobilisés par cette situation, les élus locaux, députés finistériens en tête, ont interpellé le gouvernement sur la situation délicate de la compagnie maritime : ils en appellent à un plan de sauvetage. "Dès cette semaine, les dirigeants de l’entreprise seront reçus au cabinet du ministre de l'économie, Bruno Le Maire, ministre de l'économie, des finances et de la relance", annonce Richard Ferrand, député du Finistère et président de l'Assemblée nationale.

Dès le début de l'été, le gouvernement avait apporté sa garantie sur un prêt de 117 millions d'euros. Au regard de la situation aggravée depuis, il pourrait s'engager davantage en décidant "l’élargissement des exonérations de cotisations sociales, un soutien renforcé à la formation et à la relance du tourisme franco-britannique, l’aménagement des échéances et termes du prêt garanti par l’État", ajoute le député finistérien sur son blog.

Actionnaires de l'entreprise, les régions Bretagne et Normandie sont également mobilisées pour aider au redressement de l'activité.

L'arrivée annoncée d'un navire neuf, le Galicia

En pleine tempête et incertitudes, la compagnie ne manque pas de restée optimiste et de se projeter dans les saisons à venir. La preuve avec l'annonce de la livraison prochaine d'un nouveau navire, le Galicia, opérationnel à compter de décembre 2020. Ce ferry-croisière, à la décoration d'inspiration hispanique, assurera deux rotations hebdomadaires entre Portsmouth au Royaume-Uni et Santander au nord de l’Espagne, et une rotation par semaine entre Cherbourg en France et Portsmouth.

Les premières réservations commencent à affluer.

Basée à Roscoff, Brittany Ferries emploie entre 2 400 et 3 100 collaborateurs selon la saisonnalité (dont 2000 marins). En eaux calmes, la première compagnie maritime française transporte quelque 2,6 millions de passagers par an, dont 85% de Britanniques, pour un chiffre d'affaires annuel de 444,2 millions d'euros.


L'évènement

24H pour l'Emploi et la Formation, le 29 septembre à Brest Arena

Le salon 24H pour l'Emploi et la Formation s'installe à Brest le mardi 29 septembre 2020 à Brest Arena.

Ce salon permettra aux candidats de venir à la rencontre de nombreux recruteurs et de postuler à des centaines de nouvelles offres.