Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Auray (56). Thermobaby reprend l'activité, progressivement

Maude Duval, le 06.04.2020

Fermée depuis le 17 mars, l'entreprise Thermobaby à Auray reprend progressivement du service. Jacques Vaillant, son Pdg, orchestre une reprise d'activité au jour le jour, en réintégrant petit à petit ses collaborateurs. Et en s'assurant de l'application de toutes les consignes sanitaires et autres mesures de protection au travail pour combattre la propagation du virus.

A Auray, Thermobaby a choisi une reprise progressive de son activité
DR

"On veut sauver notre entreprise." A la tête de Themobaby depuis un an et demi, Jacques Vaillant a décidé la reprise progressive de l'activité. L'atelier de fabrication d'articles de puériculture est à l'arrêt depuis le 17 mars, jour de l'application du confinement. 

Sise à Auray, l'entreprise avait déjà freiné son activité depuis début mars, alors que la ville était soumise à une première vague de restrictions imposées par la préfecture du Morbihan dans le cadre de la délimitation d'un cluster. Depuis plus d'un mois, l'entreprise historique, à qui l'on doit notamment l'invention du chauffe-biberon, tourne donc au ralenti.

Flou administratif

Les 22 personnes employées ont toutes été invitées à rester chez elle depuis la date d'entrée en vigueur du confinement : 9 sont en télétravail pour tout ce qui a trait à l'administratif et au commercial, les 12 autres qui travaillent au sein de l'atelier sont sans activité. "J'espère obtenir l'autorisation d'activité partielle pour ces collaborateurs", s'inquiète le chef d'entreprise. 

Plongé dans ce flou administratif et attentif aux consignes sanitaires traduites et renforcées par le ministère du travail, Jacques Vaillant a proposé à son personnel de réintégrer progressivement l'entreprise. Trois d'entre eux ont donc repris depuis une semaine afin de finaliser les préparations de commandes laissées vacantes. Ces dernières sont principalement destinées à la grande et moyenne distribution. Les livraisons vers les magasins spécialisés et les pays étangers (30% à l'export) ne pourront être honorées dans ce contexte de crise économique quasi-mondiale.

En temps normal, Thermobaby génère plus de 6 millions de chiffre d'affaires.

Sans approvisionnement, "on navigue à vue"

"On va intégrer les autres personnes ce lundi, par effectif restreint et en roulement, afin de relancer les lignes de production possibles. Car nous rencontrons par ailleurs et conséquemment à la crise, des problèmes d'approvisionnement en matériau", constate Jacques Vaillant. "On navigue à vue, l'activité va être disparate certes, mais essentielle pour la continuité de l'entreprise. Je salue le courage et la motivation sans faille de notre persnnel. C'est sans conteste notre point fort et ce qui ressort de cette période difficile que nous traversons."

Avant de réouvrir l'atelier, le chef d'entreprise s'est "mis au carré", comme il le dit lui-même, du point de vue des mesures de protection au travail. "Nous avons récupéré le nécéssaire en équipement de protection individuelle. Les couturières ont confectionné des masques et on a mis à jour le document unique pour y intégrer les règles de sécurité", explique Jacques Vaillant qui a pris ses renseignements auprès de la médecine du travail et de la CCI du Morbihan. "En tant qu'employeurs nous avons en la matière une obligation de moyens. Nous avons fait tout ce qui pouvait l'être, en affichant jusque dans les détails les différents gestes barrière."

Une réactivité gouvernementale salutaire

Ancien industriel dans la plasturgie, Jacques Vaillant a connu et traversé la crise bancaire et financière de 2008, qui a eu des conséquences économiques et sociales dans de nombreuses entreprises. En ce qui concerne cette crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus, Jacques Vaillant estime que "le gouvernement a très bien réagi et agi en apportant immédiatement son soutien aux entreprises. C'est mieux pour le moral des gens ; je crains seulement que l'engorgement administratif qui retarde la validation des mesures au sein des entreprises ne se retourne contre nous... J'ai beau sollicité par tous les canaux possibles les administrations concernées, je n'ai aucun retour, et cela génère une réelle inquiétude."

Le levier du "made in France"

Pour autant, Jacques Vaillant ne perd pas espoir et foi en l'avenir. "Gageons que dans 9 mois il y ai une recrudescence des naissances qui soit porteuse pour l'activité de Thermobaby", sourit-il. Depuis sa reprise de l'entreprise historique alréenne - Thermobaby a été créée en 1949 - Jacques Vaillant mise sur l'innovation. "Depuis un an et demi, nous avons lancé de nouvelles marques de produits, basées sur l'utilisation de matériaux biosourcés", précise-t-il. Soucieux de l'environnement, le développement de l'entreprise se renforce également sur le "Made in France". "La majorité de nos produits sont fabriqués de toutes pièces dans nos ateliers, comme le chauffe-biberon par exemple. D'autres sont agencés par des sous-traitants localisés en France pour 90% d'entre eux." Pour Jacques Vaillant, ce positionnement les aidera à sortir plus vite des conséquences de cette crise.

Voir le site de l'entreprise Thermobaby


L'évènement

Journée de l'Alternance à CCI Formation Lorient

Vous recherchez une formation en alternance (Bac à Bac+5)  dans les métiers du commerce, du numérique ou de l'assistanat ?
CCI Formation Morbihan organise une Journée de l'Alternance : Mercredi 8 juillet, de 9h-12h et 13h30-17h
Lieu : 2 bis rue Edouard Beauvais à Lorient