Accès par territoire
Newsletters
Menu principal

Agroalimentaire. Face au mur des prix de l’énergie, les industriels bretons lancent un cri d’alarme

Véronique Maignant, le 28.09.2022

L’association bretonne des entreprises agroalimentaires (ABEA) lance un cri d’alarme. Elle appelle officiellement les pouvoirs publics à prendre conscience de la situation alarmante des entreprises et du caractère éminemment stratégique et essentiel du secteur agroalimentaire. « Le 1er secteur économique régional est menacé ! Nous sommes tous extrêmement inquiets sur notre capacité à maintenir nos activités dans ce contexte », s’alarment les industriels bretons qui  réclament un plafonnement du prix de l’énergie au niveau européen  et l’adaptation immédiate du dispositif d’aide d’urgence gaz-électricité  au secteur.

Olga

« C’est dans ce contexte connu de tous : explosion des prix du gaz et de l’électricité, conjuguée à un risque de rationnement et de coupures pour les entreprises cet hiver, que les dirigeants bretons continuent de faire tourner leurs entreprises, mais jusqu’à quand ? » s’interrogent les représentants de l’ABEA, dans un communiqué de presse publié ce mercredi 28 septembre.

Le secteur agroalimentaire breton  se dit  "pleinement mobilisé" pour le succès du Plan de sobriété énergétique , mais reconnait "que cela ne suffira pas au regard de l’envolée vertigineuse et incontrôlable des prix" .   La situation est dramatique et beaucoup d’entreprises, déboussolées par l’envolée des cours, n’auront pas d’autre choix que d’arrêter la production. Pour exemple, sur un échantillon de 30 entreprises, les hausses prévisionnelles sur 2023 s’élèvent à + 231% pour le gaz et + 616% pour l’électricité ! Les entreprises agroalimentaires bretonnes nourrissent chaque jour un français sur trois. Aussi, un ralentissement ou un arrêt de l’activité de fabrication conduira inévitablement à une crise économique majeure pour notre région et à un affaiblissement de la souveraineté alimentaire française.

C'es pourquoi, l’association bretonne des entreprises agroalimentaires (ABEA) lance cet appel et demande officiellement aux pouvoirs publics de prendre conscience de la situation alarmante des entreprises et du caractère éminemment stratégique et essentiel du secteur agroalimentaire.  les industriels bretons de l'agroalimentaire demandent aux pouvoirs publics :

Un plafonnement du prix de l’énergie au niveau européen

L’évolution immédiate du dispositif d’aide d’urgence gaz-électricité, actuellement inadapté et inopérant pour les entreprises du secteur alimentaire.

Pour mémoire , l’agroalimentaire breton représente plus de 70 000 emplois directs concernés dans la région. Une baisse de l’activité aurait des répercussions sur toute la filière agricole, sans compter les risques de pénurie dans les rayons des supermarchés.

« N’oublions pas que le secteur qui fut facteur de résilience économique durant la longue période COVID est aussi celui qui assure l’une des plus essentielles des missions : Nourrir ! », conclut l’ABEA.

Information sur l'ABEA


L'évènement

Le 8 décembre à Rennes. Participez à une matinée d’échanges sur la transition énergétique et les tendances pour les véhicules d’entreprises

Le 8 décembre à Rennes. Participez à une matinée d’échanges sur la transition énergétique et  les tendances pour les véhicules d’entreprises

Entreprises, artisans, vous êtes en Ille-et-Vilaine ? Inscrivez-vous vite pour venir échanger sur les solutions de l'après diesel

Avec la présence de Régis Masera, directeur d'Arval Mobility Observatory, pour nous parler des tendances sur les véhicules d'entreprise.

 Plusieurs tables rondes vous seront proposées, pour aborder :

  • les énergies pour les véhicules et utilitaires légers ;
  • le contexte et les enjeux pour les entreprises ; des retours d'expériences d'entreprises qui sont passées à l'électrique, au GNV, à l'hydrogène.

Jeudi 8 décembre à 9:00 - 13:00 // CCI Ille-et-Vilaine, Rennes –  Programme et inscription

Recommandations