Accès par territoire
Menu principal

Votre territoire


Paoza Pasta reprise entreprise Lorient
Aude Sirvain
Reconversion réussie pour Stéphanie Calcagno, 49 ans, qui, avec l'aide de Pôle Emploi et de la CCI du Morbihan, a repris un restaurant de pâtes à Lorient.

Reconversion : ex-commerciale d'un grand groupe, elle met aujourd'hui la main à la pâte

Julie Menez, le 15.02.2018

Pas facile de changer de voie et de se lancer dans l'entrepreneuriat quand on a passé la quarantaine. Stéphanie Calcagno, 49 ans, a relevé le défi en bénéficiant d'un double accompagnement de Pôle Emploi et de la CCI du Morbihan. Depuis décembre 2017, elle est à la tête de son affaire, un petit restaurant rapide de Lorient.

Quand on la voit aujourd'hui, à l'aise et souriante, dans son petit restaurant, on a du mal à croire qu'il y a quelques mois encore Stéphanie Calcagno ne savait pas quelle voie elle allait suivre. En effet, ayant fait toute sa carrière comme commerciale, la jeune femme avait envie d'autre chose : après 14 ans à vendre des prestations de recyclage des déchets et des solutions de développement durable pour Véolia, la Morbihannaise se sentait "au bout du poste".

Alors, après un départ négocié, la voilà en décembre 2016 qui s'inscrit chez Pôle Emploi. "J'étais perdue, même si j'ai quitté mon entreprise en bons termes. Heureusement, j'y ai trouvé de l'aide, des conseils et j'ai surtout bénéficié d'un bon suivi.

Au fil des entretiens et des rendez-vous, la jeune femme reprend confiance et se découvre l'envie de prendre un commerce. "J'ai intégré un groupe sur 'comment entreprendre' : un suivi de trois mois, avec des rendez-vous collectifs et individuels pour savoir si l'entrepreneuriat était fait pour moi."

Des stages pour découvrir l'activité et apprendre à entreprendre

Après trois stages en immersion dans des restaurants lorientais, c'est la révélation. La restauration nécessite un bon sens relationnel, de la créativité et va lui permettre de garder contact avec la clientèle. Des conditions qu'elle sait nécessaires à son épanouissement professionnel.

"Alors, j'ai fait tous les stages obligatoires : hygiène, exploitation et Cinq jours pour entreprendre, avec la CCI du Morbihan, partenaire auquel m'a adressée Pôle Emploi. D'ailleurs, tous ces stages ont été pris en charge par Pôle Emploi", apprécie Stéphanie Calcagno.

A la CCI du Morbihan, elle bénéficie là encore d'un soutien personnalisé avec un conseiller spécialiste de la création et de la reprise d'entreprise. "Quand j'ai commencé à visiter des affaires à reprendre, je lui ai montré tous les bilans financiers et il m'a aidé à les analyser... et m'a appris à le faire." Jusqu'au jour où La Teglia se présente.

Financer son entreprise 

Rue de la Patrie, à Lorient, cet espace de 70 m² sert des pâtes accompagnées de sauces maison et des pizzas. De la restauration rapide et goûteuse, qui a les faveurs des étudiants et des commerçants du secteur. "Il était fait pour moi", sourit Stéphanie Calcagno, qui a fait appel à Fiducial pour trouver ce commerce à reprendre.

Pour acheter, elle a fait un prêt de 150.000 €, en plus d'un apport de 65.000 €. La nouvelle chef d'entreprise a aussi bénéficié d'un prêt à taux zéro de 10.000 € d'Initiative Pays de Lorient. Et d'une aide à l'entrepreneuriat, dans le cadre d'un plan de revitalisation, là encore par le biais de la CCI du Morbihan.

Plus que des coups de pouce, ces dispositifs augmentent considérablement les chances de Stéphanie Calcagno de pérenniser son activité. "Je bénéficie aussi du Nacre (Nouvel accompagnement à la création et à la reprise d'entreprise) : je touche des indemnités de Pôle Emploi et ne prend aucun salaire dans la trésorerie de l'entreprise", détaille la Morbihannaise. Elle poursuit : "Mon parcours de créatrice et de repreneuse d'entreprise n'a pas été sans embûches mais je craignais que ce soit pire. J'ai eu énormément de chance d'être orientée vers les bonnes personnes."

La Paoza Pasta, une recette gagnante

Volontaire, elle a demandé au précédent dirigeant du restaurant de la former, notamment pour l'élaboration des recettes maison. "J'ai de la chance, il avait sélectionné le plus possible des fournisseurs locaux avec lesquels je continue de travailler. C'était un établissement tenu sérieusement et j'ai gardé la salariée, Marie, qui se charge des encaissements."

Depuis décembre 2017, La Teglia a été rebaptisée Paoza Pasta et Stéphanie Calcagno y met toute son énergie. "Depuis plus de deux mois, je ne fait que penser au restaurant du matin au soir. C'est un investissement total, en termes de temps et en argent... Mais je commence à m'habituer au rythme, je dors beaucoup mieux ! Du dynamisme, de l'adrénaline et du fait maison, c'est ma recette gagnante !"

 

Créer, reprendre ou céder son entreprise avec la CCI du Morbihan