Accès par territoire
Newsletters
Menu principal
Mayway made in France
Simon Cohen
La Brestoise Morgane Dennielou a créé Mayway, marque de vêtements respectueux de la peau et de la planète. Tee-shirt blanc basique, combinaison chic, marinière : Mayway veut conquérir les dressings responsables.

Mayway : la marque finistérienne de vêtements éco-responsables veut étoffer son réseau de revendeurs

Julie Menez, le 23.05.2018

Jeune marque brestoise de vêtements pour femmes, Mayway a été fondée par Morgane Dennielou. Au départ imaginés pour convenir aux femmes souffrant de problèmes de peau, les vêtements éco-responsables de Mayway plaisent à un public plus large et correspondent à une tendance qui a le vent en poupe : acheter du beau et du bon pour soi et la planète. 

Après avoir passé 10 ans à travailler dans le secteur bancaire, l'envie d'entreprendre dans un métier créatif l'a rattrapée. Et aussi l'envie de transcender une histoire personnelle. "Depuis l'enfance, je souffre de problèmes de peaux graves et je sais combien la qualité de vie peut être dégradée quand on a des allergies ou des problèmes cutanés. En créant Mayway, mon projet était de proposer une ligne de vêtements confortables et respectueux de la planète et de la peau", raconte Morgane Dennielou, fondatrice de Mayway.

Cette bosseuse, diplômée d'une école de commerce, a d'abord appris à utiliser une machine à coudre et à bâtir un patron. Puis, afin de se familiariser avec le milieu du textile, elle a écumé les salons professionnels spécialisés. "J'étais à la recherche de façonniers, de fournisseurs. J'avais une idée précise en tête." A savoir des vêtements sans étiquettes et sans coutures susceptibles d'irriter la peau et de créer des allergies. Surtout, la Finistérienne voulait que ses vêtements soient réalisés à partir de coton GOTS, c'est-à-dire Global Organic Textile Standard, une référence mondiale. "Du coton biologique, sans intrants chimiques, sans pesticides. Cela donne du coton plus souple et hypoallergénique."

Une marque brestoise, à l'opposé de la fast fashion

Après trois ans de travail et un crowdfunding réussi début 2018, la marque brestoise a pris son envol. Au départ pensée pour des femmes souffrant de problèmes de peau, la gamme de vêtements touche une clientèle plus large : des femmes qui ont tourné le dos à la fast fashion, consciences de l'impact écologique que peut avoir la mode, et qui ont envie de porter des vêtements confortables "made in France et made in Europe". 

Une seconde gamme, baptisée Skin, devrait sortir au cours de l'été. "Elle sera davantage destinés aux revendeurs du domaine médical." Notamment fabriquée à base de modal (fibre issue du bois de hêtre) et de seacell (à base de pulpe de bois et de poudre d'algues, cette matière a pour particularité de favoriser le soin de la peau), "cette gamme sera plus près du corps et se composera de sous-vêtements et d'accessoires comme des coudières à genouillères pour protéger les zones sensibles aux frottements", résume Morgane Dennielou, qui confie à présent le dessin des modèles à une styliste brestoise

Mayway veut développer son réseau de revendeurs

En plus d'un site e-commerce, réalisé à l'issue de l'opération de financement participatif, les vêtements Mayway seront prochainement à retrouver dans des boutiques à Brest et Paimpol et sur l'e-shop parisien Dressing Responsable, en plus de la boutique Ulule, dans le deuxième arrondissement de Paris. La marque est aussi régulièrement présente dans les magasins du réseau Biocoop et, a effectué deux escales tests de paquebots à Brest

Si la jeune marque travaille en ce moment à tisser un réseau de revendeurs sur le Grand Ouest, elle garde un oeil sur l'export, en particulier les pays où les textiles GOTS sont plus connus qu'en France, et est accompagnée par une conseillère de Bretagne Commerce International. "Une étude d'opportunités a été réalisée sur le marché germanique et le marché asiatique, cela nous donne des pistes pour la rentrée prochaine", assure Morgane Dennielou.

Les vêtements éco-responsables de la marque brestoise intéressent les professionnels

Autre opportunité qui s'est présentée à l'entrepreneuse : la marque et les valeurs qu'elles véhiculent ont tapé dans l'oeil de plusieurs professionnels bretons. Propriétaires d'hôtels avec spa et même de brasseries se sont montré intéressés pour équiper leurs salariés de vêtements doux et éco-responsables. "Nous y réfléchissons avec la couturière car il y a des contraintes différentes, par exemple des lavages beaucoup plus fréquents et, dans le cas des spas, le contact avec les huiles et les crèmes qui peuvent tâcher..." Un marché B2B, pas du tout envisagé au départ, qui devrait stimuler la créativité de la jeune entrepreneuse brestoise.

Pour aller plus loin

 

L'évènement

Challenge national du commerce et des services 2020 : les inscriptions ont démarré

Organisé par CCI France et le réseau des Chambres de commerce et d’industrie en partenariat avec la Fondation d’entreprise MMA des entrepreneurs du futur, ce Challenge permet aux entreprises participantes de bénéficier de retombées en matière de communication et de valoriser leur société. Informations et inscriptions